Menu
Connexion Yabiladies Islam Radio Forum News
Krash Boursier
s
10 août 2011 21:57
Salam Everybody!

j'ai parcouru tous les forums de Yabiladi mais aucun sujet sur le Krash Boursier malheureusement.

Quelqu'un a t'il des infos ?

Avec tout ce qui se passe dans le monde, le printemps arabe, le krash boursier , les USA qui perdent leur triple A, les rumeurs d'une contagion en France ect ect ... cela ne ressemble t'il pas à un début de Guerre Mondiale ? Comment les cartes vont être redistribuer si USA perd son hégémonie !

Qu'en pensez vous ?

Merci,

Sunshine*
L
10 août 2011 23:39
Les Bourses européennes chutaient à pic mercredi, plombées par la dégringolade du secteur bancaire et sur fond de rumeurs d'aggravation de la crise en zone euro.

De Londres à Paris, le plongeon a dépassé les 5%. L'affolement des marchés financiers s'expliquait par la dégringolade des titres du secteur bancaire. A Paris par exemple, l'action de la banque Société Générale s'effondrait de plus de 20%.

Vers 17h00, Londres reculait de 2,72%, Paris de 5,03%, Francfort de 4,31%, Madrid de 4,60% et Milan de 5,40%.

Alors que l'on s'acheminait mercredi en Europe vers un rebond, les places financières ont subitement paniqué à deux heures de la clôture, les investisseurs liquidant leurs actions dans la précipitation.

La nervosité était portée à son comble par la multiplication de rumeurs de dégradation de la note de crédit de pays européens comme la France ou de faillite de certaines banques comme la française Société Générale.

La fièvre touchait aussi l'autre rive de l'Atlantique. La Bourse de New York débutait la séance en baisse. L'indice vedette, le Dow Jones, cédait 4,07%. Le rebond spectaculaire de la veille (environ 4%) était bien loin.

Les banques, qui sont les principaux créanciers privés de la Grèce, pays au bord de la faillite, risquent d'essuyer des pertes plus importantes que prévu, selon les analystes
U
11 août 2011 00:19
La bourse, ça monte, ça descend.

Présentement, ce n'est pas vraiment un crash boursier: C'est juste une grosse panique des traders.

Et c'est bien fait. Ce sont les capitalistes sauvages étasuniens qui ont provoqué la perte de confiance, en refusant les deux seules actions qui peuvent faire diminuer le déficit: L'augmentation des impôts et la baisse des dépenses militaires.

Chacun sait que ces deux problèmes ont été créés par les plus à Droite de la Droite dure étasunienne.
1.- La diminution constante des impôts devait, tôt ou tard, aboutir à une situation inextricable.
2.- Bush fils avait pour programme de relancer les dépenses d'armement et de provoquer des problèmes dans le domaine du pétrole.
On ne peut exclure que Ben Laden et Bush fils, qui étaient copains comme cochons, aient organisé ensemble les attentats du 11 septembre 2001, car c'était la seule manière de faire oublier qu'il était alors un usurpateur et n'avait pas gagné les élections.
Chacun y gagnait quelque chose: Bush fils pouvait donner de l'argent public aux industriels de l'armement et Ben Laden pouvait jouer au grand défendeur de l'Islam.

En fait, c'est même plus piquant que ça: Les États-Unis doivent actuellement rembourser les emprunts à 30 ans (30 years bonds) qui ont été contractés par Ronald Reagan, au moment où il a commencé à baisser les impôts.


Ce sont les Chinois qui ont baissé la notation de la dette étasunienne. Les agences étasuniennes, systématiquement très dures envers les pays étrangers et très complaisantes envers leur propre pays, n'ont pas pu faire autrement que de suivre les Chinois.

Dans les faits, ce sont les Chinois qui financent la guerre en Irak et qui sont, sinon le plus grand, un des plus grands créditeurs des États-Unis.

Qui paie commande ...
U
11 août 2011 00:20
Pour l'€uro, ce n'est pas vraiment la même chose:
Les spéculateurs ont attaqué les pays qui devaient rembourser des dettes, en les empêchant d'emprunter pour payer.

C'est d'abord tombé sur l'Irlande, car les débiteurs des banques irlandaises avaient suivi le conseil foireux d'arrêter de payer les intérêts. Le gouvernement ayant dû sauver d'urgence la principale banque du pays (banque qui, par ailleurs, était plutôt saine), il a dû emprunter. C'est ce moment que les spéculateurs ont choisi pour attaquer l'Irlande.
Les Allemands ont refusé d'aider l'Irlande et ont permis aux spéculateurs de s'enrichir, puis de passer la spéculation suivante, contre un autre pays.


Au point où nous en sommes, la balle est dans le camp de l'UE: Les Allemands vont devoir accepter de financer les pays dépensiers du Sud du Continent et ces derniers devront suivre le programme économique dicté par les Allemands.
Les taux d'intérêt de toute la zone €uro vont monter et tous les pays qui auront reçu de l'aide devront diminuer le nombre de fonctionnaires et/ou leur salaire et les dépenses sociales.

Dans beaucoup de pays, dont la France, il y a des dizaines de milliards qui manquent dans les caisses: Les cotisations sociales impayées, du fait du travail au noir. Rien que d'obliger les employeurs fraudeurs à payer est probablement de nature à boucher une grande partie des trous, en tous cas en France.

Plutôt que de passer leur temps vissés sur une chaise, à poursuivre des "riches", pour un produit fiscal peu conséquent, il faudrait mettre quelques milliers d'inspecteurs sur le terrain, afin de faire la chasse au travail au noir.
Dans le même ordre d'idée, rien n'empêche de supprimer totalement les subventions aux entreprises qui sont foireuses et non-nécessaires.



Modifié 1 fois. Dernière modification le 11/08/11 00:45 par Unesuggestion.
Quand l'être humain montre la Lune, Bôfbôfbôf le chien regarde le doigt. Les chiens aboient, la caravane passe. ***********************************************************************
U
11 août 2011 00:36
Pour le Printemps arabe, je pense qu'il faut distinguer les pays, en fonction de leur niveau d'éducation et d'instruction.

Voici ce que je pense être la situation et la meilleure manière d'avancer vers la paix et la Prospérité.


La Tunisie est la mieux placée pour réussir sur tous les plans, pour autant qu'elle adopte une Constitution qui se base, au minimum, sur les principes de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1789.
Le principe No 1 est d'écrire dans le préambule que la source du Droit est le Peuple (ou la Nation) et non pas des lois qui ont précédé la Révolution. Ce principe doit être répété à l'article No 2 de la Constitution.
L'article No 1 de la Constitution doit être celui de la liberté de conscience imprescriptible de chaque être humain, ainsi que sa liberté physique.

Il est spécialement important que toutes les forces démocratiques, qu'elles soient de Droite ou de Gauche, forment un front commun dans l'Assemblée Constituante qui doit écrire la nouvelle Constitution, quitte à laisser pour plus tard les points de divergence.

Ce qu'il faut éviter à tout prix, c'est un scénario à l'italienne: Les forces qui étaient majoritaires lorsqu'elles étaient ensemble ont chacune tenté les actions jusqu’au-boutistes.

La Gauche et les syndicats sont spécialistes de ce type de suicide politique.
Ils ont actuellement le choix: Faire une trêve et travailler ensemble, sinon ils vont tout perdre pour deux générations.

Les Révolutions arabes sont une bénédiction, en ce sens qu'elles sont en mesure de faire échouer les plans des agitateurs à la solde de l'Arabie Saoudite.
Si les Peuples qui ont fait la révolution virent les agitateurs islamistes, les valets des Wahabites et autres Salafistes, en ne leur conférant aucune légitimité populaire, ils échapperont à des dizaines d'années de malheur, éviteront les conflits de civilisation et trouveront la prospérité & la Liberté.


En ce qui concerne le Maroc, je pense que le mieux qui puisse se faire est d'avancer en accomplissant totalement ce que permet la Constitution actuelle, le plus vite possible et en appliquant l'intégralité des promesses faites en ce qui concerne les Droits de l'Individu et sa Liberté, sans oublier d'avancer le plus rapidement possible pour alphabétiser l'intégralité du Peuple marocain.
L'alphabétisation devrait même être la priorité No 1, jusqu'à ce que l'intégralité des enfants et le 70 % des adultes sachent lire et écrire.
Une possibilité est celle choisie par certains pays qui veulent alphabétiser rapidement: Choisir la transcription facile en alphabet international (et le clavier qwerty). Comme les claviers de machine à écrire ont été conçus de manière à freiner l'écriture (lorsque les machines étaient mécaniques, on peut utiliser cette opportunité pour développer un clavier national marocain qui puisse être utilisé pour écrire le tamazight, l'arabe et le français.
La translittération vers d'autres alphabet pourrait se faire comme en japonais: Comme le texte peut être écrit intégralement en caractères latins, une seule touche permet de le transposer en syllabaire japonais. Ceux qui aiment bien s'amuser peuvent alors écrire en caractères chinois: C'est joli, mais pas indispensable.


L'Algérie ... Elle est encore coincée dans les contradictions des partis qui l'ont amenée à se séparer de la France européenne. Au fond, son sort importe peu, car elle sera obligée de s'adapter aux pays qui l'entourent et sortir de 50 ans d'errements idéologiques.

La Libye devrait s'en sortir aussitôt que cacadhafi aura épuisé la montagne de fric qu'il a volée au Peuple libyen et ne pourra plus payer les mercenaires qui tue le Peuple libyen.

L'Égypte, c'est difficile à dire:
- Si les Démocrates gagnent, il y a des chances que les Égyptiens échappent à la misère et l'obscurantisme.
- Si les jeunes Islamistes gagnent, il y a peut-être des probabilités que les Égyptiens échappent à la misère.
- Si les fossiles islamistes gagnent, il y a de fortes probabilités que les Égyptiens n'aient ni l'un ni l'autre.


Chacun de ces Peuples est différent et chacun doit trouver en lui-même le courage de virer totalement les organisations qui l'ont rendu esclave et soumis.
Quand l'être humain montre la Lune, Bôfbôfbôf le chien regarde le doigt. Les chiens aboient, la caravane passe. ***********************************************************************
A
11 août 2011 02:44
Pour la guerre ou "les" guerres : Libye, Irak, Afghanistan, Syrie, Somalie, Tchechénie, .... faisant suite à Bosnie
Pour la guerre larvée : Tunisie, Egypte, Yemen, .............
Qu'ont-ils de communs tous ces pays ? ........

Pour le krach boursier, c'est un vrai krack dilué dans le temps, que les bas taux d'intérêts repousse et distribue dans le temps entretenant une fluidité inflationniste. En fait la valeur des actions découle généralement et principalement des résultats escomptés, valeur modulée et garantie par des capitaux immobilisés en une contrepartie "matérielle" pouvant faire l'objet d'un inventaire actualisé.
Si la valeur des actions chute, c'est pour la simple raison qu'elles étaient surévaluées (le crédit à bas taux encourage les mutations et cessions d'actions qui font augmenter, par la surenchère, artificiellement les prix). Le cac40 a perdu 21% au cours des dernières semaines et techniquement devrait poursuivre sa chute jusqu'à un 30% pour une mise à niveau au sens de l'économie réelle.
Question : La baisse des actions implique destruction de "richesses fictives", entrainera-t-elle pour autant la destruction de la contrepartie monétaire émise nécessairement fictive ? Il ne semble pas que ce soit le cas et donc on peut s'attendre à nombre de manœuvres de diversion de natures financières ( fuite en avant avec émission de papier), économiques et politiques, sur les PIB, los indignados, les populismes à émigré-bouc-émissaire.
Les révoltes qui touchent le Tiers-monde marquent un tournant dans les rapports entre pays pauvres et pays riches en terme de redistribution des richesses, remettant en question la structure même de l'ordre économique mondial : le Krack n'est pas conjoncturel ni strictement financier.
Le temps des orientalistes fossiles donneurs de leçons est révolu. L'ordinateur est devenu un outil universel, le traitement des données macroéconomiques, révélant les structures et les origines mêmes des inégalités, des hégémonies impérialistes. Il est certain que la finance internationale ne pourra plus assurer des trains de vie princiers à leur concitoyens au prix de la famine et du dénuement des populations du Tiers monde.



Modifié 2 fois. Dernière modification le 11/08/11 02:56 par Abdoualhaq.
U
11 août 2011 08:35
Le "dénuement des populations du Tiers-Monde" découlent d'abord du manque d'Instruction et de la surnatalité.

Les pays du Tiers-Monde se développent autant que les autres, mais chaque amélioration est détruite par l'augmentation de population.
On construit une école pour 20 élèves, ce sont 60 qui arrivent.
On construit une école pour 40 élèves, ce sont 120 qui arrivent.

On construit 10 appartements, ce sont 40 familles qui arrivent.
On construit 40 appartements, ce sont 160 familles qui arrivent.

On améliore l'agriculture et fournit à manger à toute le monde. Et hop, l'augmentation de population réduit à néant les efforts qui avaient été faits par la génération précédente.
C'est même plus grave que ça, car la politique est un facteur aggravant: Si le pays ne produit pas assez de nourriture, il l'importe et la subventionne, ce qui donne l'illusion au bon peuple que les ressources seraient abondantes et qu'il n'y a aucune relation entre les ressources d'un pays et sa démographie.

Ces subventions plombent le pays et diminuent les ressources disponibles pour l'Instruction.

Les pays qui ont maitrisé leur natalité ont amélioré l'instruction et la prospérité de leur population. Ceux qui ne l'ont pas fait se trainent avec une sempiternelle misère qui colle à la peau de leurs habitants.
L'obscurantisme fait aussi partie des facteurs qui plongent un pays dans la misère.

Ce sont justement les pays qui vivent sur une illusion marxiste compliquée par l'illusion que leurs problèmes sont dûs aux autres, qui s'en tirent le moins bien.

Les pays asiatiques sont pratiquement tous sortis du Tiers-Monde, sauf la Corée du Nord, l'Indonésie, la Malaisie ou les Philippines, par exemple. En fait, c'est plutôt l'Asie "jaune" qui a progressé.
Oh surprise: C'est justement les pays qui ont favorisé l'instruction et limité le nombre de naissances.

En plus du manque d'Instruction, les ressources naturelles sont une véritable plaie pour les pays qui sont assis sur gisements de n'importe quoi: La corruption s'y développe, l'Instruction et le travail productif y est dévalorisé.
La Libye, l'Iran ou l'Arabie Saoudite (et, dans une certaine mesure, les États-Unis) sont de parfaits exemples de cette malédiction.

Dans ces pays, c'est même pire: L'argent y est (était) dilapidé pour soutenir des agitateurs dans d'autres pays, au lieu d'améliorer la situation de la population du pays.

Ce n'est pas par hasard que le Botswana s'est développé plus harmonieusement que ses voisins: La société de ce pays était exemplaire avant l'augmentation de la production minière et a heureusement échappé à la malédiction des pays qui vivent sur la rente minière ou pétrolière.
Le problème principal du Botswana est l'épidémie de Sida et non pas l'obscurantisme.


La religion. lorsqu’elle est attardée et obscurantiste. est un facteur majeur qui provoque la misère.
Comme la misère est le terreau de l'obscurantisme, il n'est pas surprenant que les obscurantistes passent leur temps à empêcher leur peuples d'évoluer. La misère et l'obscurantisme sont un écosystème fermé, chacun étant la cause de l'autre.

Ce n'est pas du tout un hasard si ce sont les pays catholiques d'Europe qui sont les plus attardés, sauf la France, car la laïcité à empêcher les agitateurs catholiques de faire perdurer l'obscurantisme et la misère.

Jusqu'à ce que les Italiens cessent d'avoir trop d'enfants, le premier produit d'exportation de l'Italie était ses émigrés et ses habitants vivaient dans la misère. Au contraire, les pays protestants avaient encouragé l'instruction et limité le nombre des naissances, ce qui leur a permis de prendre deux siècles d'avance sur les pays catholiques, y compris la France.
À l'époque de la Révolution Française, la République de Genève et le pays de Vaud comptaient probablement autant de gens lettrés que toute la France.

Dans chaque pays catholique qui a cessé d'obéir sans réfléchir aux agitateurs religieux, les habitants sont sortis de la misère.


Ces civilisations qui privilégient l’éducation sont des civilisations structurantes. Les civilisations chinoise et japonaise, par exemple, sont des civilisations structurantes, éduquées, travailleuses et ordrées. Là où des Chinois ont pu s'installer pacifiquement, le pays a fait d'immenses progrès.

Le meilleur exemple est Singapour: Il y a 70 ans, les rues étaient de véritables coupe-gorge. Actuellement, c'est un exemple de prospérité. Son voisin malais qui, après avoir pendant longtemps persécuté les Chinois, a cessé de le faire, commence à trouver le chemin de la prospérité.
Le meilleur contrexemple est l'Indonésie: On y a massacré les Chinois et le pays est toujours dans la misère.

Malgré le communisme et les génocides qu'il a provoqués, la Chine a réussi à permettre à sa population d'accéder à la prospérité. Du point de vue du travail, elle est encore au 19e siècle, mais il ne faudra plus que quelques décennies pour que tous les Chinois soient sortis de la misère.
Quand l'être humain montre la Lune, Bôfbôfbôf le chien regarde le doigt. Les chiens aboient, la caravane passe. ***********************************************************************
f
11 août 2011 08:42
il y a un sujet déjà dans actualités internationales!
U
11 août 2011 09:53
Autre hors-sujet: Où est-ce que j'ai mentionné ces guerres qui ont en commun d'avoir tous agressé leurs voisins, parfois même leur population autochtone.
Quand l'être humain montre la Lune, Bôfbôfbôf le chien regarde le doigt. Les chiens aboient, la caravane passe. ***********************************************************************
M
M_S
11 août 2011 11:01
on parle d'une faillite imminente de la Société Générale: l'action a été suspendu...
c
11 août 2011 12:52
perso, je ne me hasarderai pas à prévoir une faillite du systeme capitaliste.
mais quand meme.......
on est je pense tous d'accord sur un constat: la planete est au bout de ses possibilités. l'eau et l'énergie, les ressources agricoles vont poser probléme.
la décroissance tant décriée par les libéraux va s'imposer et nous la subirons faute de l'avoir anticipé.
on peut polémiquer mais les faits sont là. le capitalisme etant comme un vélo qui tombe s'il s'arrête, que va-il se passer? quelle réalité prendra la fameuse "croissance négative", terme employé par lagarde et sarkosy il y a deux ans?
sans compter qu'il faudra compter avec le changement climatique qui va provoquer des chutes de rendement agricoles. alors ils peuvent s'agiter, faire croire que l'on peut indéfiniment relancer la machine. c'est du spectacle. les traders et banquiers ayant une vision à trois mois, il est inutile de leur parler des générations futures. aprés moi, le déluge. vacances dans les lieux branchées, cocaine de qualité, voitures de sports et putes de luxe valent bien qu'on ferme les yeux sur le desastre en cours. et puis de toute façon, il y a un paratonnerre, les pays pauvres, pour amortir en bout de chaine. alors pourquoi s'inquiéter?
les states sont un trou noir qui avalent les liquidités gravitant autour du monde financier. un vrai tonneau des danaïdes. combien de projets de développement dans les "pays les moins avancés" aurait pu etre bouclés avec ces montagnes de fric? c'est peut etre là leur plus grand crime. on veut continuer à croire qu'ils sont solvables de peur qu'ils nous entrainent dans leur chute et nos créances avec.
et pour l'europe, c'est pas mieux voire risible. on nous annonce un fonds de garantie européen, lequel nous protégerait. mais si la france est un des principaux bailleurs de ce fonds, comment ce fonds pourrrait garantir les finances et credits contractés par la france? si un yabi calé pouvait m'expliquer......Grinning smiley
s
11 août 2011 23:30
Merci à Vous pour la contribution et merci @Gemia je n'avais pas vu je vais de ce pas me cultiver des infos de mes confreres et consoeurs yabiladiens! Smiling Smiley

Sinon la fin du capitalisme c'est bien le fait que les monnaies ne valent plus rien du tout finalement ... et donc on reviendrait comme dans l'ancien temps or ou argent ...

C'est schématique je vous l'accorde mais bon c'est quoi la finalité et est ce que le système capitaliste va s'effondrer ou changer de telle manière a ce que les USA ne sois plus les plus forts au Monde : super monnaie, super armée gendarme du monde ect...

L'article sur la SG a t'il variment pour base la BD qu'aurait ce cher et inculte journaliste que nous cache t’ont?

Sunshine*
U
12 août 2011 00:38
Les prêts sont basés sur le fait de croire (le crédit) qu'on va être remboursés par l'emprunteur.

En fait, c'est l'Allemagne qui est le prêteur de dernier recours. La France joue son rôle, important pour l'Allemagne, de complément culturel. Sans France, pas d'Allemagnes. Sans (les) Allemagnes, pas de France: C'est un couple qui fonctionne (comme tous les couples) depuis plus de 1'200 ans, les guerres qui découlèrent de l'influence prussienne étant plutôt un accident de l'Histoire.
(L'admiration pour le modèle allemand n'a pas joué un rôle négligeable dans la débandade de 1940)

L'attachement mutuel qu'a chaque Peuple pour qui est traditionnellement l'autre a des tas d'autres conséquences que je n'aborde pas ici.
Quand l'être humain montre la Lune, Bôfbôfbôf le chien regarde le doigt. Les chiens aboient, la caravane passe. ***********************************************************************
L
12 août 2011 19:38
Salam,

Le krash boursier vient du fait que l'état francais a une dette énorme, de pres de 1000 milliards d'euros par an.
La derniere année d'équilibre budgétaire est 1979. Donc, depuis plus de 30 ans, l'état dépense plus qu'il ne gagne.
N'importe qui, qui ferait cela, aurait déja fait faillite.

Le déficit budgétaire est énorme: 100 milliards par an. Donc la dette francaise augmente de 100 milliards d'euros par an.

Tout le monde sait que à ce rythme, l'état francais va à la faillite.

Les marchés financiers ont fini par s'en rendre compte aussi. Donc ils ne veulent plus preter a l'état.

L'état francais doit, chaque semaine, emprunter pour financer ses dépenses énormes et excessives.

Donc, si les marchés financiers cessent de preter, l'état francais fera faillite en quelques semaines.

Tous ceux qui possédent la dette francaise seront ruinés: notamment le systeme financier, bancaire, et d'assurance francais disparaitra.

Toutes les entreprises et secteurs qui ont besoin du crédit bancaire pour fonctionner disparaitront également. Par exemple, l'automobile: en france deux tiers des ventes de voiture sont faites à crédit. Donc, si les banques disparaissent, Renault et Peugeot feront faillite en quelques semaines. L'automobile en france, c'est 1,5 millions d'emplois direct et indirects.

Maintenant, il faut que l'état équilibre ses comptes, et arrete d'emprunter de plus en plus.

Si l'état équilibre ses comptes, la confiance en l'état reviendra, et la crise disparaitra.
Si l'état n'équilibre pas ses comptes, dans un mois, la france est un pays sans banques, sans assurances, sans automobile, sans secteur immobilier, avec des centaines de milliers d'entreprises qui auront disparu, avec 50% de chomage, et revenu à l'age de pierre.

Il faut croiser les doigts pour que Sarkozy annonce des mesures crédibles (pas des demi mesures) au conseil des ministres de mardi.
k
12 août 2011 20:35
Salam,

Les pratiques des investisseurs sur les marchés financiers sont restées plus ou moins les même depuis des années déjà.
Le problème est que maintenant cela touche les pays occidentaux et c'est là que ça fait mal! Que ça fasse mal aux autres ou bien que les autres perdent leur "bonne note" ça ne posaient aucun soucis vu que les pays "riches" étaient épargnés...

Le fait que certains Etats suspendent les achats à découvert prouve la gravité de la crise! On bricolera des petites solutions qui ne feraient que décaler le désastre c'est tout...
Pour l'instant il faudrait maintenir le système par tout les moyens car c'est l'unique moyen pour défendre les intérêts de certains.

Dire que l'endettement d'un pays est anormal en soit est absurde quand l'Etat est capable et surtout a les moyens de rembourser.
Il faudrait bien sur que le pays produise de la richesse à forte valeur ajoutée!
Une personne avec un salaire de 6k par mois a largement les moyens de rembourser un emprunt de 250k sur 20ans.

Il y a également un fondamental de l'économie qui est tombé à l'eau! C'était le fait qu'un Etat ne pouvait jamais faire faillite et que les bons du trésor par exemple étaient sans risque. C'est ce qu'on m'avait appris à l'école ^^
U
12 août 2011 20:48
Le problème est que des pays qui sont entré dans l'€uro ont voulu profiter d'une monnaie gérée comme le Mark ou le Franc Suisse, mais n'ont pas suivi les règles budgétaires qui vont avec.

L'Allemagne emprunte à un taux autour de 2,5-3%

Ce qui est en train de se produire est que les spéculateurs considèrent maintenant les pays comme n'importe quel créancier.
Ils ont raison, car ces pays sont privés de l'outil monétaire national.
En fait, ils n’auraient pas dû tricher afin d'entrer dans la zone €uro, car la dette qui perdait du poids de par l'inflation est demeurée constante. Les critères de convergences avaient un sens. Il ne fallait pas tricher.
Quand l'être humain montre la Lune, Bôfbôfbôf le chien regarde le doigt. Les chiens aboient, la caravane passe. ***********************************************************************
E
12 août 2011 23:39
Tous les ingredients pour la recette d'une troisieme guerre mondiale sont deja la , la question n'est pas si il y aura une troisieme guerre Mondiale ,mais Quand ?
La famine dans le monde des pays sous-developes , shortage d'eau , aliments . le chaumage augmonte de plus en plus dans les pays developes , Les guerres ethnies dans tout le monde , les Islamistes provoquent , les Nazis s'organisent en Europe , Etats Unis tout au tour de nous pres a se venger . La guerre Mondiale est avec nous et personne ne peut l'arreter , la guerre est essentielle la planette ne peut plus nous supporter .

Cet article date du 19 mars 2010! où en sommes nous un an après??, après « en route vers une troisième guerre mondiale » voici les signes annonciateurs, qui malheureusement se profilent. Lisez l’article et regardez les mauvaises nouvelles qui nous arrivent de partout! tout cela en silence, pas un mot sur ce risque omniprésent!

Image d'illustration

Opinion d’Eberhard Hamer*

Les USA traversent, non seulement en raison du rachat des dettes des banques par l’Etat, mais aussi de leur dette publique qui avait déjà énormément augmenté – leurs crédits à l’étranger leur coûtent 1 milliard de dollars par jour – leur pire crise financière depuis la Seconde Guerre mondiale. Si les flux financiers cessent ou s’ils se détournent du dollar, les USA sont en faillite.

Pourtant les USA ne font pas un effort d’économie suffisant pour réduire leur dette publique croissante. Ils n’augmentent pas les impôts pour accroître leurs recettes, ne tentent guère de rogner sur les budgets publics, surtout pas sur leur budget militaire, celui qui a le plus augmenté.

Il faut dire que les USA, en divers endroits du monde, ont engagé au total 200 000 soldats. C’est pourquoi personne n’a compris que le plus grand chef de guerre du monde ait reçu le Prix Nobel de la paix bien qu’il ait renforcé ses troupes. Peut-être était-ce une mesure préventive, car la guerre en Iran dépend avant tout de lui.

Les exemples de chefs politiques qui, confrontés à un échec économique, ont choisi la guerre comme dernier recours pour se maintenir au pouvoir abondent dans l’his­toire. C’est encore plus vrai lorsqu’un pays connaît des crises économiques successives et que la guerre semble le seul moyen d’en sortir. C’est ainsi que les USA ont surmonté leur plus grave crise économique du XXe siècle en entrant dans la Première Guerre mondiale, la crise économique mondiale en entrant dans la Seconde, et ils pourraient donc être tentés de résoudre la troisième crise écono­mique de la même manière. Les deux guerres mondiales ont en effet permis aux Etats-Unis non seulement de venir à bout de leurs deux plus gros endettements, mais aussi de devenir la première puissance économique mondiale. La tentation est donc forte d’essayer une troi­sième fois le même remède.

Dans ce contexte toute une série de préparatifs de guerre semblent alarmants:

1. Le Premier ministre israélien, un homme d’extrême-droite, est un va-t-en-guerre imprévisible. Il se plaint constamment d’avoir reçu de la part de l’Iran des menaces variées dont aucune n’a jusqu’ici résisté à l’examen. Mais il hausse de plus en plus le ton et au cours des derniers mois il a fait la tournée des principales capitales mondiales pour y chercher un soutien. Il paraît même que Madame Merkel lui a juré la fidélité des Nibelungen, comme l’avait fait avant les précédentes guerres mondiales Guillaume II aux Autrichiens ou les ­Anglais et les Français à la Pologne.

2. Israël a déjà positionné les sous-marins nucléaires qu’elle a achetés à l’Allemagne, armés de missiles à ogives nucléaires, en face de l’Iran et, non content d’avoir reconstruit et pointé sur l’Iran la base de lancement géorgienne que les Russes avaient détruite il y a un an et demi, y a fait envoyer un renfort de 90 spécialistes états-uniens.

3. De semaine en semaine la presse, sous l’influence d’Israël, hausse le ton à l’égard de l’Iran pour différents motifs – une cam­pagne de propagande analogue à celle qui a permis de faire accepter, voire soutenir la guerre en Irak dans le monde entier en répandant des affirmations mensongères.

4. Les préparatifs militaires ne chôment pas non plus. Certes les troupes états-­uniennes n’ont toujours pas réussi à «pacifier» les deux pays voisins, l’Irak et l’Afgha­nistan. Mais ils y entraînent à la guerre la plus grosse concentration de troupes au monde. En outre, ils ont regroupé au large de l’Iran la plus grosse flotte militaire qu’ils aient jamais réunie. Le comité du Nobel a donc fait un bon calcul en cette affaire: pas de guerre en Iran sans l’assentiment du Président des USA, surtout s’il s’agit d’un Prix Nobel de la paix. Toutefois la pression des banques, des multinationales, du lobby de l’armement, de l’armée et du lobby israélien pourrait contraindre les USA à entrer en guerre, si Israël menait une première frappe contre l’Iran et que les puissances précitées voulaient protéger leurs intérêts.

N’oublions pas que les USA ne sont pas seulement la nation la plus endettée du monde, mais aussi que l’effondrement de leur de­vise sig­nifie celui de leur empire. La soi-disant «unique puissance hégémonique mondiale» implose en ce moment exactement comme l’a fait l’URSS il y a vingt ans. Les Chinois ont déjà fait comprendre qu’ils ne reconnaissent plus son hégémonie. Le Président des Etats-Unis se trouve donc, si Israël frappe, face à un dilemme désespéré: doit-il continuer à s’enliser dans les sables mouvants de la crise financière, économique et sociale ou chercher le salut dans une guerre mondiale, qui a déjà permis deux fois aux Etats-Unis d’en sortir gagnants.

Le danger d’une nouvelle guerre mon­diale n’a jamais été aussi grand depuis la fin de la Seconde. C’est à juste titre que depuis un an les mises en garde aux USA se sont accrues, venant surtout de certains milieux intellectuels européens. Mais nous ne pourrons pas l’empêcher.

Une guerre en Iran ne resterait pas un événement limité, même si au départ il ne s’agissait que de missiles.

Aux côtés de l’Iran se rangeraient les Chinois, directement ou indirectement, et probablement les Russes, pour ne pas laisser les troupes états-uniennes s’approcher de leurs frontières et la puissance des USA devenir excessive.

Les membres de l’OTAN seraient contraints de se ranger aux côtés d’Israël et des USA, surtout s’ils avaient auparavant prêté le serment des Nibelungen. Il faut donc nous attendre à voir l’Europe participer, elle aussi, à la guerre.

Quelles seraient pour nous les conséquences d’une troisième guerre mondiale en Iran?

1. Toute guerre avec l’Iran entraînerait la fermeture immédiate du détroit d’Ormuz et un dramatique renchérissement du pétrole, et ceci d’autant plus que la guerre se prolongerait. Du pétrole plus cher, c’est toujours des coûts plus élevés pour l’économie et les consommateurs. Nous devons donc nous attendre à des pénuries, des restrictions et des augmentations de prix pour les biens de consommation.

2. Toute guerre nécessite un surcroît d’armement. L’industrie mondiale de l’armement – et en particulier aux USA – se frottera les mains, elle sera utilisée à pleine capacité et pourra se développer. Il y aura des retombées dans les secteurs annexes, par exemple l’automobile, le textile, les chantiers navals, l’aéronautique et d’autres encore. La production augmentera, même si les prix en font autant.

3. Les grands gagnants seront les banques. On ne parlera plus de produits financiers to­xiques et de banquiers gangsters; les banques centrales devront financer la guerre par la création de monnaie. Les banques pourront de nouveau accorder des crédits. Dans un premier temps l’inflation maintiendra le dollar jusqu’à la fin de la guerre. C’est seulement après la guerre, comme d’habitude, que l’on procédera au grand nettoyage et qu’on expiera les péchés de la finance de guerre.

Les vassaux des USA doivent casquer pour les besoins financiers du maître, on l’a déjà vu avec les guerres d’Irak et d’Afghanistan. La guerre n’appauvrira donc pas seulement Israël et les USA, mais nous tous. Comme il n’y a pas d’argent pour financer une guerre, on devra recourir à l’inflation, comme lors des deux premières guerres mondiales; nous devons donc nous attendre à une inflation vertigineuse.

S’ils entrent en guerre avec l’Iran, les USA mobiliseront aussi l’OTAN («clause de ­défense collective»). Le gouvernement devra alors expliquer à nos soldats pourquoi ils ne doivent plus seulement s’ac­quitter de leur tâche en Afghanistan, mais aussi en Iran, et réunir une majorité au Bundestag pour voter son budget de guerre. Le SPD et les Verts (Fischer) ont déjà voté une entrée en guerre sous le prétexte fallacieux d’un «maintien de la paix». Une troisième guerre mondiale, malgré la pression états-unienne, rencontrera plus de réticence. Et dans la population le refus devrait être massif et peut-être mener à la démission du gouvernement trop docile.

Mais peut-être le gouvernement Merkel voit-il lui aussi dans une guerre une issue politique à sa situation bloquée par l’aide aux banques, le surendettement public, le collapsus financier qui menace les systèmes de protection sociale et les troubles sociaux que risquent d’engendrer de véritables redressements de cap.

La guerre est à nos portes. Les mois qui viennent nous diront si nous allons être entraînés dans une troisième guerre mondiale ou si nous y échapperons encore.
*
[www.mittelstandsinstitut-niedersachsen.de]

article source anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com/
s
13 août 2011 09:20
Eh bé ! tout ça!!!! donc la France a de grandes chances de perdre son triple A ....!!!!

Sinon ce que je comprends c'est que la seule façon de s'en sortir serait une guerre mondiale pour faire tourner la planche à billets ... et reprendre de cette façon une économie productive soit une croissance positive ( armes, automobiles ... ect ...) et faire oublier "les massacres à la tronçonneuse" du capitalisme!

Les israéliens commenceraient à attaquer l'Iran , les USAs viendrait à sa rescousse , l'Europe via l'Allemagne et l'Otan se rangeront de leur côté ... contre l'Iran , Chine et Russie ... waw!!!!!

L'ordre du monde serait établit et Israël connaitra son hégémonie dans le Monde au côté des USAs de manière plus "officielle"... ???

En gros c'est ça ???

Merci à Vous!

Sunshine



Modifié 1 fois. Dernière modification le 13/08/11 09:22 par sunshine*.
U
13 août 2011 10:33
Le problème était plutôt créé par les cinglés comme cacadhafi, Amadimejad et Erdogan, soutenus en sous-main par la Chine, laquelle a aussi soutenu les génocidaires soudanais et somaliens.

Si une guerre doit se déclencher, ce ne sera en aucun cas dû à l'économie (la crise de l'€uro est en passe de se terminer, car Mme Merkel a enfin décidé de se remuer, trop peu, trop tard, mais elle se bouge enfin le ... ().

Jusqu'à nouvel avis, c'est le Peuple qui a élu des Satko, Mitterrand, Berlusconi.

La seule voie qui fonctionne (et qui ait jamais fonctionné) est de cesser d'élire les duettistes Gauche-Droite et de donner le Pouvoir aux Centristes.

Il est difficile de faire moins démocratique que le système utilisé en France pour l'élection présidentielle, du fait de l'élimination des viennent-ensuite, au deuxième tour, ce qui prive le Peuple Français d'un vrai choix positif (il doit se prononcer contre ce qu'il ne veut pas et ne peut pas se prononcer sur ce qu'il veut).

Dans ce système peu démocratique, la seule voie qui permette de faire un choix positif, avec un système qui oblige à faire un choix négatif, est d'élire un centriste et un FN au premier tour.
À ce moment-là, le choix est parfaitement clair: C'est "Contre les thèses du FN (donc, pour un gouvernement qui affirme clairement sa différence par rapport à ces thèses)" ou "Pour le FN (et donc, contre un gouvernement qui marque une rupture par rapport à tous les autres partis)".

Aussi longtemps que l'électeur n'a pas ce choix, le FN pourra, tout à fait à raison, clamer qu'il y a que deux partis en France, qu'il est le premier parti de France et que le système électoral empêche ses électeurs de leur droit de vote. (en fait, ça s'applique à tous les ni-ni, les électeurs qui refusent le numéro de duettiste de la 5e République ... et même à ceux qui sont privé du choix d'élire pour leur candidat préféré)
Autrement dit: Le choix électoral doit se faire ente deux candidats qui portent exactement les mêmes valeurs au 2e tour qu'au 1er (même si c'est négativement) entre les ni-ni et les autres.
Au premier tour, c'est un vote pour un candidat qui porte les valeurs fondamentales de tous les partis, sauf le FN, et du FN.
Au deuxième tour, idem.
Quand l'être humain montre la Lune, Bôfbôfbôf le chien regarde le doigt. Les chiens aboient, la caravane passe. ***********************************************************************
s
13 août 2011 11:01
@Unesuggestion , peut etre faut il prendre le problème au niveau mondial et aps uniquement en France , on parle du syteme financier ...

Tôt au tard ce sera le cas ... elle sera ralentie par les politiques des différents états ...mais c'est une échéance inéluctable ... la faillite du système monétaire actuelle...

Merci pour vos coms...

Sunshine
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
Facebook