Menu
Connexion Yabiladies Islam Radio Forum News
Jérusalem: les pom pom girls priées d'être casher
h
23 avril 2010 19:00
Les détracteurs des "cheerleaders" veulent les voir hors des parquets et dénoncent la Ligue nationale de basket-ball, qui a rendu ces troupes obligatoires dans chaque club de l’élite.

Ce conflit illustre un problème fréquent en Israël où la sensibilité de la grandissante minorité religieuse s’oppose aux moeurs de la majorité laïque, notamment à Jérusalem où vit une importante communauté ultra-orthodoxe (30% de la population).

Il en résulte, pour les pom pom girls, un uniforme strict, sans mini-jupe ni décolleté.

Les 12 adolescentes du club dissimulent leurs formes sous des corsaires blancs et un tablier vermillon qui descend aux genoux, ne laissant que les bras et le dos dénudés.

Elles tournent, virevoltent, font le grand écart sans pompon et en évitant soigneusement les poses sensuelles de leurs consoeurs de Los Angeles, les "Lakers Girls" ou, bien plus près, du Maccabi Tel-Aviv, l’autre club phare du pays.

A l’annonce de la décision de la Ligue, l’Hapoel et d’autres équipes avaient protesté, estimant que l’apparition de ces groupies serait une offense aux supporteurs juifs pratiquants. La Ligue avait alors menacé les réfractaires de fortes amendes.

La polémique a atteint la sphère politique pour créer ce que les médias baptisent la "coalition des anti-pom pom girls".
"C’est l’association de deux groupes habituellement opposés, les religieux et les féministes", explique Uri Orbach, député d’un parti orthodoxe.

M. Orbach assure n’avoir rien contre les pom pom girls, mais il rejette l’idée de sanctions financières.
"Les vrais motifs sont religieux", assure-t-il, soulignant que leur uniforme "dérange beaucoup de supporteurs (qui veulent voir un match de basket, pas des filles danser en mini-jupe". Il s’étonne également qu’"une foule composée majoritairement d’hommes ait besoin de passer les temps morts à regarder des jeunes filles danser et se trémousser".

Selon la tradition orthodoxe juive, les femmes doivent s’habiller modestement et être couverte jusqu’au poignet et la cheville. Il faut également éviter de porter des pantalons ou des vêtements près du corps.

Mais le député Orbach a reçu le soutien -- inattendu ? -- de 19 groupes féministes.

Récemment, la majorité des supporteurs est restée impassible lors du passage des pom pom girls, sans cris, ni sifflements. Beaucoup auraient préféré qu’elles ne fussent pas là.

"Ce n’est pas simplement le fait que la Ligue force le club à faire des choses qui déplaisent aux spectateurs. C’est gênant et offensant", déplore Avishaï Slonim, 19 ans.

Les jeunes groupies, elles, disent comprendre le problème et se sont adaptées.

"Elles ont les jambes couvertes et les cheveux attachés. Leur uniforme n’est pas vulgaire et leurs mouvements n’expriment aucun geste sexuel déplacé", plaide Yaël Brainess, la chorégraphe de la troupe.

Pour d’autres animatrices de pom pom girls, en revanche, ces spectacles sans saveur desservent la réputation des troupes de danseuses.

"C’est quand même un peu primaire. Les filles ont besoin de danser et d’offrir un beau spectacle", critique Anna Tarasova, la responsable des "cheerleaders" du Maccabi Tel-Aviv.
assalam o alykoum
c
23 avril 2010 22:28
ha ces religieux, ça leur donne la bave aux levres ces femelles virevoltantes. Grinning smiley
perso, je trouve les pom pom girls ridicules. de plus, il est sexiste de cantonner les nanas à ce genre de demonstration. parce qu'il faut etre clair: ce qui fait la valeur des pom pom girls, ce sont leur mini jupes.
 
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
Facebook