Menu
Connexion Yabiladies Ramadan Radio Forum News
24 Heures dans la vie de l'OM
L
5 novembre 2007 19:44
Première partie


À Marseille, les saisons passées en queue de classement sont longues. Les journées aussi. Plongée en apnée dans le quotidien du club phocéen.

Début de journée :

06:54. Éric Gerets ouvre le portail de la Commanderie. Il conduit son élévateur jusqu’au parking des joueurs et dépose la palette de vidéos empruntées aux archives du club pour comprendre ce qui a bien pu se passer depuis mai 1993.

06:55. "Un petit coup de main pour décharger, coach?" s’enthousiasme Lorik Cana, frais, douché, rasé, qui était en train de plier son duvet après sa nuit passée sur le terrain d’entraînement, à la belle étoile.

07:12. Ronald Zubar, qui passait par là, fait accidentellement tomber la pile de cassettes de Gerets dans la gaine de l’ascenseur.

08:05. Mathieu Valbuena ouvre la porte de la salle vidéo et salue son entraîneur qui lui demande s’il n’a pas eu trop d’embouteillages depuis Cassis. "Je sais pas, je suis passé par la plage en trottinant".

08:15. Un stagiaire entre tête basse dans le bureau de la direction sportive, pose L'Équipe à l'envers sur un coin de table et s'éclipse illico. José Anigo pousse un hurlement qui couvre les bruits de vaisselle cassée après avoir lu en une: "Pourquoi l’OM n’y arrivera jamais".

08:17. José Anigo rappelle le stagiaire dans son bureau et lui demande ce qu’il pense de ce milieu offensif letton dont il a reçu une cassette vidéo la veille et sur la fiche duquel est inscrit "Les capacités techniques de Jérôme Leroy avec la mentalité d’Éric Di Meco. Ou l’inverse, peut-être".

08:43. "– Je sais pas toi, Lorik, mais je descendrais bien à la cantine prendre un petit café.
– Si vous pensez que c’est le rôle d’un capitaine, je veux bien Monsieur Gerets".

08:43. "– Euh, merci Mathieu. Tu étais allé en prendre pour toi?
– Ben non, coach. J'y suis allé quand vous avez dit que ça vous ferait plaisir".

09:00. José Anigo enfile son costume de Tinky Winky et va danser devant la bulle géante dans laquelle il enferme Samir Nasri entre les matches, afin de lui éviter de se blesser ou de tomber malade.

09:08. Agitant les bras en décrivant son but contre son camp à Sochaux, Laurent Bonnart met accidentellement le doigt dans l’œil de Mamadou Niang, qui passait derrière lui.

10:02. En préparant le plateau petit-déjeuner de son mari, Madame Émon se demande s’il n’est pas un peu tôt pour monter se faire engueuler et réfléchit aux stratagèmes auxquels elle pourrait avoir recours pour tirer enfin son mari du lit aujourd’hui.

10:42. Georges Gacon, dirigeant le décrassage, s'apprête à dire qu'il va falloir mettre les bouchées doubles. Il se ravise en apercevant Carrasso, qui a repris dix-huit kilos au cours de sa rééducation.

11:12. Albert Émon, en train de boire son café dans la cuisine de sa villa à Marignane demande à sa femme: "C'était sympa le dîner avec José hier, mais tu comprends pourquoi il nous a offert un sabre plutôt que des fleurs?"

11:30. Début de l’entraînement. Laurent Spinosi déplore que personne n’ait ramassé les ballons après la séance de la veille. Lorik Cana s’avance vers les joueurs, menaçant, pour désigner des volontaires. Il sent qu’on lui tapote l’épaule. Mathieu Valbuena est là qui tire un filet rempli de ballons et lui dit: "Ben quoi?".

11:34. Albert Émon monte dans sa voiture de fonction. Pendant que le diesel chauffe, il met l’autoradio sur Nostalgie. C’est un spécial Mike Brant.

12:05. Pape Diouf entre dans son bureau et comme tous les matins, croise la femme de ménage : "Non sans craindre de vous disperser dans votre labeur, mais escomptant vous témoigner ma considération comme à tous ceux qui oeuvrent pour la bonne marche du club, je vous salue, Madame Rosa".

12:07. À peine sorti du bureau de Pape Diouf, Mehdi el-Glaoui ôte son fichu et son tablier, puis glisse les dossiers subtilisés sous la porte du bureau de Thierry de la Brosse.

12:17. Albert Émon salue un supporter qui attend à l’entrée de la Commanderie. Ce dernier lui présente la biographie de Pierre Bérégovoy qu’il lisait et s’enthousiasme: "Quel sens de l’honneur cet homme!"

12:47. Éric Gerets interrompt la séance d’entraînement, et demande à Taiwo et Niang d’arrêter de s’envoyer Valbuena d’un bout à l’autre du terrain. "Jouez plutôt avec Fiorèse, si vous y tenez vraiment".

13:05. Bousculé par Jacques Faty qui voulait le prévenir, Gaël Givet tombe dans la gaine d'ascenseur en cours de réparation.

A suivre...
Merci d'enrichir le débat , sans dévier du débat . [b] [center]*****[color=#FF0000] Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Anciennement ( Le marocain_2007 ) [/color] *****[/center] [/b]
L
6 novembre 2007 12:34
Deuxième partie


14h45. Dominique Cuperly observe l'entraînement de l'équipe B, et sous le coup d'une subite illumination, note dans son carnet: "Tester Oruma au beach soccer".

15:16. Thierry de la Brosse épluche les dossiers subtilisés par Mehdi el-Glaoui et pousse un cri de désespoir en s’apercevant que les documents ne comportent que le solde de tout compte de Salomon Olembé et les prescriptions de vitamines de Salim Arrache.

16:28. Fabien Barthez, en visite de courtoisie aux côtés de Pape Diouf, tombe subitement en arrêt.
– "Me*de, t'as repris Déhu?
– Ah, ah, quelle confusion cocasse: il s'agit de Zenden de dos.
– Pu*ain, je pensais pas qu’il y avait deux footballeurs aussi lents sur la planète".

17:11. Pendant le petit match de fin d’entraînement, consigne est donnée de laisser marquer Djibril Cissé pour le remettre en confiance. Cissé tire, Mandanda laisse le ballon passer entre ses jambes, mais Zubar, qui a taclé pour assurer le but, sort malencontreusement le ballon en le mettant sur le poteau. Cissé fond en larmes.

17:15. Laurent Bonnart arrive devant Mandanda, voit Cissé seul devant le but vide, tente de lui transmettre le ballon, mais frappe involontairement de l’extérieur du pied et marque directement. Cissé s’inflige des scarifications avec ses ongles.

17:21. Albert Émon aperçoit une jolie fleur. Au moment où il s’en approche, Ronald Zubar arrache la partie de la pelouse où elle se trouve en exécutant un tacle approximatif.

18:00. Après la douche, Laurent Bonnart, sorti le premier, referme la porte du vestiaire de l’extérieur et, distrait, rentre chez lui les clés dans la poche. Les autres joueurs restent coincés à l’intérieur.

18:05. Cédric Carrasso hurle: "On va tous crever de faim ici !" et exige qu’on tire à la courte paille pour savoir qui sera mangé le premier.

18:10. Après médiation de Lorik Cana, on décide de manger le plus petit du lot.

18:15. Épuisés d’avoir poursuivi Valbuena à travers tout le vestiaire, les joueurs changent d’avis et décident de manger le plus gros. Pris de panique, Cédric Carrasso se précipite sur la porte et la défonce d’un coup de ventre. Les joueurs ressortent à sa suite et le félicitent pour son apport à l’équipe.

18:20. Moussilou, Oruma et Fiorèse partent ensemble à l’AG de la section locale de "Agir contre l’exclusion".

18:30. Gaël Givet et Julien Rodriguez reçoivent un coup de fil de Jérôme Rothen qui les chambre sur le classement de l’OM. Dispersion générale (sauf pour Cana, qui reste faire une série de cinq cents pompes).

19:44. Albert Émon est bloqué dans le tunnel Prado Carénage. Les indicateurs de trafic indiquent deux heures trente d’embouteillage. Il les passera derrière une fourgonnette dont les gaz d’échappement ne cachent pas tout à fait l’autocollant "Etablissements Pierre Brossolette, pour que vos problèmes deviennent obsolètes".

20:37. Mathieu Valbuena s’arrête à son vidéo club. L'employé lui fait confirmer: "The Flash, l’intégrale de Bip bip et le coyote, Sport Billy vol. 1 et 2. et Forrest Gump. Ce sera tout?"

22:37. Réunion de travail consacrée au mercato hivernal dans le bureau de Pape Diouf. José Anigo prend la parole:
– "Éric, tu pourrais lui donner une chance à Matt, parce que les clubs ne se bousculent pas tellement pour l’avoir
– D’après ce que j’ai vu à l’entraînement, si je la lui donne, il va la rater. Essaye de contacter le merchandising. À défaut de buts, peut-être qu’avec une bonne formation, il pourrait marquer les numéros sur les maillots".

23:30. Ne parvenant pas à trouver le sommeil, Albert Émon descend à la cuisine se faire un potage et s’installe dans son canapé. Il arrive juste à la fin du monologue lancinant de Patrick Brion qui présente un cycle Patrick Dewaere dans le "Cinéma de minuit".

00:05. Sur l’oreiller, Madame Arrache demande fermement à son mari: "Bon, ça a assez duré, j’ai fermé les yeux jusqu’ici parce que je pensais que tu avais de bonnes raisons mais je n’en peux plus. Je sais que c’est du flan, ton job de soi-disant footballeur à l’Olympique de Marseille. Maintenant, dis-moi. Tu fais quoi en vrai comme travail?"




Modifié 1 fois. Dernière modification le 06/11/07 12:34 par Le marocain_2007.
Merci d'enrichir le débat , sans dévier du débat . [b] [center]*****[color=#FF0000] Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Anciennement ( Le marocain_2007 ) [/color] *****[/center] [/b]
d
8 novembre 2007 23:41
e
9 novembre 2007 23:58
M
10 novembre 2007 00:12
franchement jai rigolé thumbs up

ce que jpeux detesté l'OM !!
c
10 novembre 2007 00:14
j les deteste aussi !!!!!!!!!!!!
Ils ont des champs, on a ceux de l'Elysée, ils ont des tours, on a celle d'EIFFEL, ils ont des stades, on a celui des princes, ils suivent la mode, on est SA capitale, ils aiment la France, on est LA capitale, ils sont provinciaux, Nous sommes PARISIENS
L
10 novembre 2007 13:31
hé vous avez le droit de tout dire si vous le trouvez nul c'est votre droit et si vous le trouvez bon c'est votre droit aussi Grinning smiley
Merci d'enrichir le débat , sans dévier du débat . [b] [center]*****[color=#FF0000] Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Anciennement ( Le marocain_2007 ) [/color] *****[/center] [/b]
e
10 novembre 2007 14:30
Tout a fait, ce moquer comme ca d'un club c'est pas très intelligent, chaque'un d'entre nous dois avoir une part de respect pour les autre equipe meme si on ne les aime pas. MOi je détéste le PSG mais jammais je m'amuseré a fair un truc comme ca...
c
10 novembre 2007 14:40
23:30. Ne parvenant pas à trouver le sommeil, Albert Émon descend à la cuisine se faire un potage et s’installe dans son canapé. Il arrive juste à la fin du monologue lancinant de Patrick Brion qui présente un cycle Patrick Dewaere dans le "Cinéma de minuit".

00:05. Sur l’oreiller, Madame Arrache demande fermement à son mari: "Bon, ça a assez duré, j’ai fermé les yeux jusqu’ici parce que je pensais que tu avais de bonnes raisons mais je n’en peux plus. Je sais que c’est du flan, ton job de soi-disant footballeur à l’Olympique de Marseille. Maintenant, dis-moi. Tu fais quoi en vrai comme travail?"



PPPPTTDDRRRRRR Clap
Ils ont des champs, on a ceux de l'Elysée, ils ont des tours, on a celle d'EIFFEL, ils ont des stades, on a celui des princes, ils suivent la mode, on est SA capitale, ils aiment la France, on est LA capitale, ils sont provinciaux, Nous sommes PARISIENS
L
10 novembre 2007 15:43
Citation
el maroké a écrit:
Tout a fait, ce moquer comme ca d'un club c'est pas très intelligent, chaque'un d'entre nous dois avoir une part de respect pour les autre equipe meme si on ne les aime pas. MOi je détéste le PSG mais jammais je m'amuseré a fair un truc comme ca...
attend en ce moque pas c'est juste un moment de légèrté sous les brumes qui squattes le ciel de la commanderie Grinning smiley
Merci d'enrichir le débat , sans dévier du débat . [b] [center]*****[color=#FF0000] Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage. Anciennement ( Le marocain_2007 ) [/color] *****[/center] [/b]
c
10 novembre 2007 18:57
A croire que les mareillais ne se moquent pas des parisiens!!

Moi j'deteste l'om et on se vanne, sa a tjrs ete comme ca, le coté parisiens VS les paysans marins lol mais y'a pas mort d'homme que j'te rassure el maroké
Ils ont des champs, on a ceux de l'Elysée, ils ont des tours, on a celle d'EIFFEL, ils ont des stades, on a celui des princes, ils suivent la mode, on est SA capitale, ils aiment la France, on est LA capitale, ils sont provinciaux, Nous sommes PARISIENS
e
10 novembre 2007 19:04
Le psg c'est Quoi ? 11 GAY qui suive le ballon...
c
10 novembre 2007 19:11
Ah bah voila tu te lache mdrrr

J'savais bien que tu mentais en disant ouai moi j respecte et j vanne pas ....

regarde la différence entre ce qu'on raconte sur ce post et regarde ta blague a toi, tu vois la difference?? Alors le couplet du j respect ... tu te le garde

merci bcp

Au fait trop marrante ta vanne
Ils ont des champs, on a ceux de l'Elysée, ils ont des tours, on a celle d'EIFFEL, ils ont des stades, on a celui des princes, ils suivent la mode, on est SA capitale, ils aiment la France, on est LA capitale, ils sont provinciaux, Nous sommes PARISIENS
e
10 novembre 2007 19:13
Bah j'y peut rien si Paris c'estTongue sticking out smileyarti Sans Gagner, Petits Singes Grouillant, Penalty Stupidement Gâché, Public Sacrément Grave, paralisés sur gazon ...
c
10 novembre 2007 19:16
Clap encore encore encore

Mdrrrr el maroké et comment s'affiché en 30 secondes: ouai j vanne pas, j rescpecte bizarement juste apres il traite les gens de gays lol


Winking smiley
Ils ont des champs, on a ceux de l'Elysée, ils ont des tours, on a celle d'EIFFEL, ils ont des stades, on a celui des princes, ils suivent la mode, on est SA capitale, ils aiment la France, on est LA capitale, ils sont provinciaux, Nous sommes PARISIENS
e
10 novembre 2007 19:17
Comme tu dit c'est de l'humour, y'a rien de mechant, non ?
c
10 novembre 2007 19:24
Nan y'a rien de méchant, t aurais juste pu evité le coup du j'respecte et j'me rabaisse pas a ca!!!


dans tous les cas : PARIS est MAGIQUE
Ils ont des champs, on a ceux de l'Elysée, ils ont des tours, on a celle d'EIFFEL, ils ont des stades, on a celui des princes, ils suivent la mode, on est SA capitale, ils aiment la France, on est LA capitale, ils sont provinciaux, Nous sommes PARISIENS
e
10 novembre 2007 19:27
Moi j'dirait PARIS EST TRAGIQUE
c
10 novembre 2007 19:30
Ouai evidament, j'my attendais


Paris ville lumiere
Capitale qu'on le veuille ou non
Ils ont des champs, on a ceux de l'Elysée, ils ont des tours, on a celle d'EIFFEL, ils ont des stades, on a celui des princes, ils suivent la mode, on est SA capitale, ils aiment la France, on est LA capitale, ils sont provinciaux, Nous sommes PARISIENS
e
10 novembre 2007 19:36
Bien sur, j'ai rien contre la capitale tu sait. Dailleur j'aime bien cette ville elle represente bien la france, moi c'est le club que jpeux pas sentir ...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
Facebook