Menu
Connexion Rencontres Yabiladies Islam Vidéos Forum News
Une fille hanafite, un homme malikite
LeilaMalibu [ MP ]
19 août 2019 22:20
Les réponses de freredogan et poisson abyssal sont à prendre en compte.

Par contre la fille se complique la life, dans l'école hanifiya le mariage passe sans consentement, mais si pour les malikites c'est obligatoire, alors qu'elle demande le consentement vu qu'elle, ne perd rien à le faire et c'est obligatoire du point de vue du gars.

Si maintenant pour elle c'est impossible, alors qu'elle mette fin à tout ca;

C'est aussi ca la limite sur le fait de suivre une ecole exclusivement.
Le musulman doit réfléchir et faire ce qui lui semble logique et juste. Il n'y aurait pas eu ce problème si déjà les deux étaient ouverts au 4 écoles (4savants donc) sans parler des autres savants plus contemporains.
L'islam c'est aussi et surtout la facilité. Dans ce cas ci vous vous prenez la tete inutilement.
Citation
halima.hr a écrit:
La femme est dans son bon droit, pourquoi l'homme ne pourrai pas cesser ses gamineries



Modifié 1 fois. Dernière modification le 19/08/19 22:25 par LeilaMalibu.
Ahwal* [ MP ]
19 août 2019 22:33
C'est simple ils n'ont qu'a faire 2 contrats de mariage.

Un selon l'école hanafite.

L'autre selon l'école malikite.

Comme ça tout le monde est content (et la fille aussi car 2 dot ^^)
halima.hr [ MP ]
19 août 2019 22:33
Pire, un jour ils essaieront d'interdire aux femmes de prier dans la même salle que les hommes... ah bah non en fait c'est déjà le cas
Citation
Poisson abyssal a écrit:
Un de ces jours ma soeur ils tenteront de nous imposer de manger des coquillages sous prétexte qu'ils seraient une "majorité" Ill

L'avis "majoritaire" ça n'existe pas dans les fondements du fiqh hanafi.
Sourirecache [ MP ]
19 août 2019 22:34
Il faut suivre l'avis le plus fort celui qui se rapproche de la vérité il n'est pas question ici de blâmer les imam des 4 écoles sinon revenir aux savants pour ta question sa sera plus appropriée
Poisson abyssal [ MP ]
19 août 2019 22:40
Il n'y a pas un avis fort et un avis faible sur cette question, mais deux avis forts.

Dans ces conditions, je ne vois pas d'autre solution que de consulter un savant pour une fatwa personnalisée.
Citation
Sourirecache a écrit:
Il faut suivre l'avis le plus fort celui qui se rapproche de la vérité il n'est pas question ici de blâmer les imam des 4 écoles sinon revenir aux savants pour ta question sa sera plus appropriée
"Et seront victimes de Son courroux ceux qui ne font pas usage de la Raison" (sourate Jonas, verset 100)
Poisson abyssal [ MP ]
19 août 2019 22:49
Ou alors, faire un pas en avant...

Par exemple, rien n'interdit à un maliki de suivre un avis hanafi sur tel ou tel acte, y compris le mariage.

Mais ça suppose de ne vraiment pas mélanger le fiqh des deux écoles. Parce qu'il n'y a pas que sur la question du wali que nos deux écoles divergent : le nombre et l'obligation des témoins, la possibilité d'avoir des témoins femmes, l'obligation de publicité du mariage...



Modifié 1 fois. Dernière modification le 19/08/19 22:50 par Poisson abyssal.
"Et seront victimes de Son courroux ceux qui ne font pas usage de la Raison" (sourate Jonas, verset 100)
Marruekos [ MP ]
19 août 2019 23:05
Salam,

Dans cet exemple précis c'est plutôt à la personne hanafite de faciliter les choses pour que les deux puissent voir le mariage validé d'après leur propre école. Rien n'empêche à la femme d'avoir un tuteur selon l'école hanafite, c'est pas une interdiction pour elle. Si son père ne peut pas être tuteur, elle a la possibilité de faire appel à un tuteur qui n'est pas de sa famille (si elle est convertie). L'affaire est réglée et tout le monde y trouve son compte.

Le problème ne devrait même pas se poser, c 'est juste une manière de compliquer les choses en ne voulant pas trouver un compromis.

Citation
Poisson abyssal a écrit:
Ou alors, faire un pas en avant...

Par exemple, rien n'interdit à un maliki de suivre un avis hanafi sur tel ou tel acte, y compris le mariage.

Mais ça suppose de ne vraiment pas mélanger le fiqh des deux écoles. Parce qu'il n'y a pas que sur la question du wali que nos deux écoles divergent : le nombre et l'obligation des témoins, la possibilité d'avoir des témoins femmes, l'obligation de publicité du mariage...
Poisson abyssal [ MP ]
19 août 2019 23:12
Salam,

En effet, le wali n'est pas interdit à la femme hanafite. Mais si elle n'en a pas besoin et souhaite s'en passer c'est aussi son droit.

L'un ou l'autre peut faire un pas en avant, et il n'y a pas de raison de principe que ce soit nécessairement la femme qui cède.

Et attention au fait de traduire wali par "tuteur". Un wali n'est pas un tuteur sinon cela voudrait dire que la femme est une mineure.
Citation
Marruekos a écrit:
Salam,

Dans cet exemple précis c'est plutôt à la personne hanafite de faciliter les choses pour que les deux puissent voir le mariage validé d'après leur propre école. Rien n'empêche à la femme d'avoir un tuteur selon l'école hanafite, c'est pas une interdiction pour elle. Si son père ne peut pas être tuteur, elle a la possibilité de faire appel à un tuteur qui n'est pas de sa famille (si elle est convertie). L'affaire est réglée et tout le monde y trouve son compte.

Le problème ne devrait même pas se poser, c 'est juste une manière de compliquer les choses en ne voulant pas trouver un compromis.
"Et seront victimes de Son courroux ceux qui ne font pas usage de la Raison" (sourate Jonas, verset 100)
Backmal [ MP ]
19 août 2019 23:16
Vous vous prenez la tête pour des détails, comment ça me passerait par la tête qu'elle ait le consentement de son père ou pas.

Le tuteur c'est, en principe, pour protéger les intérêts de la femme, si ce n'est pas obligatoire selon son approche de l'islam, en quoi ça le regarde ?
Marruekos [ MP ]
19 août 2019 23:19
En fait si c'est l'un ou l'autre qui cède c'est pas la même chose. Dans un cas les deux pourront valider le mariage selon leur école et dans l'autre cas il n'y aura que la femme (hanafite qui validera). Alors je ne comprend vraiment pas pourquoi elle ne devrait pas accepter de prendre un wali pour rendre les choses facile et que tout le monde soient tranquille surtout.

Perso je pense que si elle s'entête à refuser de prendre un wali c'est juste une manière de compliquer les choses, je ne comprend pas la raison qu'elle refuse.

Citation
Poisson abyssal a écrit:
Salam,

En effet, le wali n'est pas interdit à la femme hanafite. Mais si elle n'en a pas besoin et souhaite s'en passer c'est aussi son droit.

L'un ou l'autre peut faire un pas en avant, et il n'y a pas de raison de principe que ce soit nécessairement la femme qui cède.

Et attention au fait de traduire wali par "tuteur". Un wali n'est pas un tuteur sinon cela voudrait dire que la femme est une mineure.
Frèrdogan [ MP ]
20 août 2019 11:24
Salam,

Il n'y a pas 12 000 Islam, il y'a différents avis de la part des savants en fonction de leur degré de connaissance et de leur discernement, et c'est une bonne chose car cela prouve qu'ils portent de l'intérêt à la religion d'Allah.

La divergence n'a jamais été un obstacle pour les savants, elle est par contre moins bien perçue par Mr tout le monde qui n'y comprend rien et se met à condamner ce qui pourrait lui être bénéfique.

Sur la question du Wali, et comme je l'ai déjà dit plus haut et ailleurs, les arguments de Malek, Chafé3i et Ahmad sont les plus forts que ceux d'Abou Hanifa. Je vous en donne quelques exemples :

1 - 1er argument : S2 V232 : Et quand vous divorcez d'avec vos épouses, et que leur délai expire, alors ne les empêchez pas de renouer avec leurs époux, s'ils s'agréent l'un l'autre, et conformément à la bienséance.

Si la femme pouvait se marier seule, pourquoi Allah s'adresse ici à ses parents ?
Si la femme pouvait se marier sans wali, pourquoi le wali ne doit pas l'en empêcher ?
Si la femme pouvait se marier seul, ses parents n'auraient eu aucun droit de l'en empêcher ?
Quel est l'intérêt de ce verset si la femme pouvait se marier seule ?

2 - 2ième argument : S2 V221 : Et ne donnez pas d'épouses aux associateurs tant qu'ils n'auront pas la foi, et certes, un esclave croyant vaut mieux qu'un associateur même s'il vous enchante.

Si la femme pouvait se marier seule, pourquoi l'ordre est donné aux parents de ne pas donner d'épouses aux associateurs ? Si la femme pouvait se marier seule, le verset aurait plutôt dit : n'épousez pas les associateurs.

3 - 3ième argument : S2 V237 : Et si vous divorcez d'avec elles sans les avoir touchées, mais après fixation de leur mahr versez-leur alors la moitié de ce que vous avez fixé, à moins qu'elles ne s'en désistent, ou que ne se désiste celui entre les mains de qui est la conclusion du mariage.

La majorité des exégètes ont déduit que celui entre les mains de qui est la conclusion du mariage ne peut être que le mari ou le wali. Or, le mari ne peut avoir le droit de conclure seul un mariage, par conséquent c'est le wali.

4 - 4ième argument de la Sunna : D'après Aicha (qu'Allah l'agrée), le Prophète (que la prière d'Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Il n'y a pas de mariage sans tuteur et le dirigeant est le tuteur de celle qui n'a pas de tuteur ».
(Rapporté par Ahmed et authentifié par cheikh Albani dans Sahih Al Jami n°7556)

Et dans un autre hadith similaire, le Prophète (que la prière d'Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Il n'y a pas de mariage sans tuteur et sans deux témoins justes ».
(Rapporté par Al Bayhaqi et authentifié par cheikh Albani dans Sahih Al Jami n°7557)


5 - 5ième argument de la Sunna : Aicha ( ra ) a rapporté que le Prophète asws a dit : Toute femme s'étant mariée sans le consentement de son Walî, son mariage est invalide, son mariage est invalide, son mariage est invalide..." (at-Tirmidhî, 1102, Abû Dâoûd, 2083)

Et même si certains veulent discuter ce dernier hadith, qu'ils sachent s'ils l'ignorent qu'un autre hadith venant cette fois d'Ali a une chaîne plus forte, et que le 1er hadith dans le paragraphe 4 aurait suffit amplement, voir le 1er verset cité plus haut aurait aussi suffit.

Je rajoute que cela est rapporté du Prophète asws, et que c'est l'avis d'Omar ( ra ), Ali ( ra ), Ibn Mass'oud, Ibn Abbass, Ibno lmoussayyib, Omar Abdelaziz, Al Hassan, Malek, Chafé3i, Ahmad et plein, pleins d'autres...

L'avis d'Abou Hanifa repose sur ce verset : S2 V220 : S'il divorce avec elle (la troisième fois) alors elle ne lui sera plus licite tant qu'elle n'aura pas épousé un autre.

Abou Hanifa argumente que le verset montre bien que la femme peut se marier d'elle-même puisque le verset dit : tant qu'elle n'aura pas épousé un autre.
Sauf que la réponse à cet argument peut se faire de deux manières :

1 - Rien ne précise que cette femme qui épouse un autre homme après avoir divorcé n'a pas eu l'aval de son wali, car le sens général du verset se concentre non pas sur la validité du mariage, mais sur la possibilité offerte à une divorcée de revenir vers son 1er mari.

2 - Et même si admettons qu'elle n'a pas eu de wali, ce verset s'adresse uniquement aux femmes divorcées, et ne peut-être généralisé, vu son contexte, à toutes les femmes.

Donc, et toujours en résumé, les arguments Malikites sur la question sont plus nombreux, et plus forts.

Maintenant, et personnellement, si je dois exposer les avis de tous les savants devant ma femme hanafite à chaque fois que j'envisage une question, ça aura du bon certes car j'apprendrais vite et beaucoup, mais je crains que cela ne me donne l'impression d'avoir épouser une commission scientifique.

Mais si, les deux jouissent d'une bonne intelligence, d'une tolérance, et d'un savoir, why not !
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
Facebook