Menu
Connexion Yabiladies Ramadan Radio Forum News
a til le droit de ne pas me donner la dot
p
24 juillet 2007 12:05
je sui depuis 2 mois et mon mari avait convenu 1500 euros
lors de la rencontre avec le parent, ilma doné le chèque mai un foi le mariage consommé il di ke pr linstant il na pa dargent

or il est en CDI et touche 1500 euro par moi

par principe je mepose la kestion car imaginez je meurs demain ou lui meurs!
en + mon père est un imam mai je ne lui en ai pa parler car si il c listoire, il sera pas conten du point de vue religieu
m
24 juillet 2007 13:34
Bonjour,

Merci de ne pas poster à plusieurs endroits du forum, le même sujet.
Je laisse ouvert car vous pourrez trouver des informations sur le fonctionnement d'une dote ici, tout de même.
Marocainement vôtreLe modérateur [url]http://www.yabiladi.com[/url]
24 juillet 2007 14:41
Assalamou 'alaykoum

La dot est un droit inaliénable de l’épouse.

L’Islam considère la dot comme un des droits de l’épouse. Elle en perçoit l’intégralité contrairement à ce qui se passe la où l’épouse en est privée. Les arguments de la nécessité du versement de la dot sont nombreux. En voici quelques uns :

- les propos du Très Haut : «Et donnez aux épouses leur nihla, de bonne grâce. Si de bon gré, elles vous en abandonnent quelque chose, disposez- en alors à votre aise et de bon cœur. » (Coran, 4 : 4).

Ibn Abbas dit que le terme ‘nihla’ utilisé dans ce verset signifie la dot. Parmi les commentaires suscités par ce verset, figure celui d’Ibn Kathir (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) qui dit:
« L’homme doit obligatoirement verser la dot avec gaieté de coeur. Car Allah le Très Haut a dit : « Si vous voulez substituer une épouse à une autre, et que vous ayez donné à l' une un qintâr, n' en reprenez rien. Quoi! Le reprendriez- vous par injustice et péché manifeste? » (Coran, 4 : 20 - 21)

Ibn Kathir (Puisse Allah lui accorder sa miséricorde) ajoute : « Si le mari veut se séparer de sa femme et la remplacer par une autre, il ne doit pas récupérer la dot déjà versée à la première, fût-elle un quintal, c’est-à-dire un montant énorme. Car la dot compense la jouissance sexuelle. C’est pourquoi le Très Haut dit : « Si de bon gré, elles vous en abandonnent quelque chose, disposez- en alors à votre aise et de bon cœur » (Coran, 4 :4 ).

L’expression « mithaqan ghalizan » (engagement solennel) renvoie au contrat .

Anas Ibn Malick (P.A.a) rapporte qu’Abd Rahman Ibn Awf s’était rendu auprès du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) porteur de traces jaunes et le Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui) l’interrogea la-dessus et il l’informa qu’il venait de se marier avec une femme issue des Ansar :

- Combien tu lui as donné (à titre de dot ?)

- le poids d’un noyau en or.

- célèbre l’acte, ne serait-ce qu’en tuant un mouton ». Conclut le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) (rapporté par Boukhari, 4756).

La dot est un droit de la femme et il n’est pas permis ni à son père ni à un autre de s’en emparer, sauf avec son consentement.
D’après Abou Salih, quand un homme avait marié sa fille, il s’emparait de la dot. Ce qu’Allah leur a interdit en révélant : « Et donnez aux épouses leur nihla, de bonne grâce. Si de bon gré, elles vous en abandonnent quelque chose, disposez- en alors à votre aise et de bon cœur. » (Coran, 4 : 4).

Voir le Tafsir d’Ibn Kathir. Si l’épouse renonce à une partie de la dot au profit du mari, il lui est permis de le prendre conformément aux propos du Très Haut ( Coran, 4 : 4). Allah le Très Haut le sait mieux.
p
24 juillet 2007 16:51
Salam alikoum

barakallah ou fik A'isha Winking smiley

Pourquoi tu ne dépose pas le chèque, je pense que c'est ton due, je ne souhaite a personne de se faire entre guillemets Arnaquer ....

Si à la base ça a été convenue ainsi je ne vois pas pas pourquoi aujourd'hui il n'aurait pas d'argent, certes, il se peut qu'il n'ait pas l'argent, dans ce cas là, dès le départ il ne te donne pas une dote de ce montant.

Lkheir inchallah, ne te prend pas trop la tête non plus.

allah i3ouenek
24 juillet 2007 20:38
wa 'alaykoum Salam wa RahmatouLlah wa Barakatouh

wa fik BarakAllah oukhti
A
25 juillet 2007 05:30
je pense que tu devrai lui parler de ce sujet, peut etre qu'il a des projets plus intressants en tete, ou bien ca peut indiquer un probleme de confiance/honnété entre vous
s
29 juillet 2007 14:42
Citation
pourlavie a écrit:
Salam alikoum

barakallah ou fik A'isha Winking smiley

Pourquoi tu ne dépose pas le chèque, je pense que c'est ton due, je ne souhaite a personne de se faire entre guillemets Arnaquer ....

Si à la base ça a été convenue ainsi je ne vois pas pas pourquoi aujourd'hui il n'aurait pas d'argent, certes, il se peut qu'il n'ait pas l'argent, dans ce cas là, dès le départ il ne te donne pas une dote de ce montant.

Lkheir inchallah, ne te prend pas trop la tête non plus.

allah i3ouenek


il y'a unmot qui mù'a choqué dan sta phrase c'est le mort "ARNAQUé"!!!!!
COMMENT une epouse peut se sentir arnaquée? tu n'es Pas une marchandise a vendre à ce queje sache?
tu sais que 1500 euros en france ca ne devient rien? ENTRE LES LOYER LA BOUFF ET LES TRANSPORT,?

as tu déja été confronté à payer des factures de toi meme?
je susimariée mais j'ai jamais demandé la dote a mon mari et lui demande run chéque, aujourd'hui al vie est dure, et moi je suis fiere de l'aider financierement ou plutot de s'entraider!
s'il meurt comem tu dsi c"'est pas els 1500 euros qui vont te faire vivre, attends sebri quand il aura l'argent il te les donnera!!
p
30 juillet 2007 12:27
Salam alikoum

Comme nous l'a cité A'isha plus haut

La dot est un droit inaliénable de l’épouse.

L’Islam considère la dot comme un des droits de l’épouse. Elle en perçoit l’intégralité contrairement à ce qui se passe la où l’épouse en est privée. Les arguments de la nécessité du versement de la dot sont nombreux


Le montant de la Dot ne doir pas mettre l'époux dans une situation génante, ok ??
Mais pourquoi donner 1500 euros, ou accepter de la donner lorsqu'on a pas les moyens ??

En oui je le redis, c'est de l'arnaque, ca s'appelle comment alors ?? D'accord on n'est pas de la marchandise mais faut voir ca avant, si la famille demande un Dot c'est son droit et l'homme se doit de l'accepter ou de la refuser personne ne l'y oblige !!

Et moi aussi je suis mariée, c'est moi qui remplit les chèques pour loyer,edf, téléphone etc, on s'entraide pas, c'est pas de l'entraide pour moi c'est normal de tout faire a deux, mais là on est hors sujet, on parle de la Dot qui est obligatoire en islam, quelques que soit le montant, même si c'est que 1.50 euros, et bein c'est une Dot quand même !! J'ai des garçons, je vais passer par cette étape moi aussi inchallah, et quelque soit le montant de la dot que demandera la famille, mon fils s'il l'accepte, et bein il l'a donnera le jour J et en espèce en +, s'il trouve que c'est abusé il refusera, mais en aucun cas il dira oui pour après avoir consommé le mariage lui dire non, j'appellerai ça de l'arnaque. J'aurais honte a sa place ...
k
30 juillet 2007 17:17
Citation
moderateur a écrit:
Bonjour,

Merci de ne pas poster à plusieurs endroits du forum, le même sujet.
Je laisse ouvert car vous pourrez trouver des informations sur le fonctionnement d'une dote ici, tout de même.

had l moderateur moumen Grinning smileyGrinning smileyGrinning smileyEvil
P
31 juillet 2007 18:14
la c'est clairement une arnauque. A mon avis il faut aller rendre la marchandise.
p
1 août 2007 12:15
Citation
Passerby a écrit:
la c'est clairement une arnauque. A mon avis il faut aller rendre la marchandise.

franchement jvois pas l'interet de ton intervention, ahhhhh fallait rire ???

mmmmmm prévient avant la prochaine fois
3 août 2007 19:49
Salam 'aleyki wa rahmatuLLAHI wa barakatuh


Cet extrait de texte est tiré d'un petit livre intitulé "Le mariage en Islam" du Cheikh Muhammad ibn Sâlih al Uthaymîn (rahimahuLLAH), editions Anas, traduction Yaqub Leenen, page 58, 8ème partie les conséquences du mariage":

1. L'obligation de la dot

La dot:

c'est la somme d'argent (ou autre) donnée à l'épouse à l'occasion de l'acte de mariage. On l'appelle dans le langage populaire, le trousseau (de la mariée). La dot est un droit de la femme en vertu du mariage, qu'elle ait été citée comme condition du mariage ou que l'on ne l'ait pas évoquée.

Si la dot a été fixée, on prend en compte ce qui a été fixé, que ce soit peu ou beaucoup; si elle n'a pas été fixée et que le contrat de mariage a été conclu sans que l'époux n'ait donné quoi que ce soit(49), alors il doit donner l'équivalent de ce que les gens ont l'habitude d'offrir en dot dans pareil cas.

La dot peut être une somme d'argent, mais elle peut aussi être un avantage (en nature). En effet, le Prophète a marié un homme et une femme en échange de quoi l'époux a dû apprendre à sa femme un passage du Coran. (50)

Ce qui est recommandée dans la religion, c'est que la dot soit modeste. Au plus, elle est modeste et facile à payer, au mieux c'est, pour suivre ainsi l'exemple du Prophète et pour obtenir la bénédiction (dans le mariage). Le mariage qui récolte le plus de bénédiction est celui qui a occasionné le moins de dépenses.

Muslim rapporte dans son Sahîh, qu'un homme a dit au Prophète : "Je viens d'épouser une femme."
Le Prophète lui demanda:"Combien as-tu convenu pour la dot?"
Il répondit: "Quatre onces (c'est-à-dire cent soixante dirhams).
Le Prophète dit alors: "Quatre onces?! On croirait que vous extrayez l'argent de cette montagne! Je n'ai rien à te donner, mais il se peut que je t'envoie en expédition et que tu y récoltes un butin." (51)

'Umar (radhiâ ALLAHOU 'anhou) a dit: "N'exagérez pas dans le montant des dots; si c'était une bonne action ici-bas ou un acte pieux pour l'au-delà, le Prophète l'aurait fait avant nous. Mais il n'a pas donné en dot à une de ses femmes, ni il n'a réclamé en dot pour une de ses filles, plus de douze onces, et l'once équivaut à quarante dirhams."

L'augmentation du montant des dots ces dernières années a eu un effet néfaste et a empêché beaucoupo d'hommes et de femmes de se marier. L'homme doit attendre de longues années jusqu'à ce qu'il puisse réunir l'argent de la dot, ce qui a des conséquences néfastes:

- Beaucoup d'hommes et de femmes ont des problèmes pour se marier;

- La famille de la fille accorde maintenant de l'importance au montant de la dot, s'il est élevé ou pas. La dot est devenue pour eux ce qu'ils pourront extorquer de l'homme en échange de leur fille.
S'il peut payer beaucoup, ils la marient sans regarder l'avenir. S'il ne peut payer qu'une petite somme, ils refusent le prétendant, même s'il est convenable du point de vue de sa religion et de son comportement!

- Dans le cas où les relations entre les époux se dégradent, étant donné que la dot atteint un montant excessif, en général, l'homme ne se sépare pas de sa femme dans de bonnes conditions; au contraire, il la maltraite et lui cause du tort, en espérant qu'elle lui rendre une partie de ce qu'il lui a versé (comme dot). Si la dot était modeste, ils se sépareraient facilement.
3 août 2007 19:51
Suite

Si les gens pouvaient réduire le montant des dots, et s'entraider dans ce domaine, et si certains mettaient cela en application, il se produirait un grand bien pour la société, un soulagement, et cela préserverait la chasteté de beaucoup d'hommes et de femmes.

Mais, malheureusement, les gens sont rentrés en compétition: c'est à qui demandera la dot la plus élevée! Chaque année, ils rajoutent des choses que l'on ne connaissait pas auparavant, et je ne sais pas où ils vont s'arrêter!

Certaines personnes, cependant, surtout chez les bédouins, ont adopté une méthode qui comporte une certaine souplesse: ils autorisent le marié à payer une partie de la dot plus tard. Par exemple, ils marient leur fille en convenant d'une dot d'un montant quelconque, la moitié comptant et la moité payable dans un an, ou plus tôt ou plus tard. Cela soulage un peu le mari. (52)





Notes:

(49) "Si le mariage a été conclu sans que la dot n'ait été fixée, le mariage est valable, [...] mais on fait une estimation du montant de la dot (que le mari devra payer)..." Al-Mulakh-khas ul-Fiqhî, 2/360. [NdT]

(50) Rapporté par Al-Bukhârî, n°5086, livre du marige, chapitre du mariage du pauvre; Muslim, n°1425, livre du mariage, chapitre de la dot et de l'autorisation que ce soit l'apprentissage du Coran.

(51) Rapporté par Muslim, n°1424, livre du mariage, chapitre de l'importance de voir la femme (que l'on va épouser).

(52) "La dot est la propriété de la mariée, et son tuteur n'a pas le droit d'en prendre quoi que ce soit, sauf si elle le lui autorise, de son plein gré, selon la parole d'ALLAH (trad. approximative): "Et donnez aux épouses leur dot.." [Les Femmes, v.4]. Son père, seulement, peut en prendre une partie si elle n'en a pas besoin, et sans que cela ne lui porte préjudice, même sans son autorisation, en vertu de la parole du Prophète : "Toi et ton argent appartenez à ton père." Al-Mulakh-khas ul-fiqhî, 2/359. [NdT]

Je crois qu'il existe un texte sur la sunna dans le mariage dans le site salafs.com, je ne sais pas si il y aura une réponse sur la dote mais ça peut toujours être utile incha ALLAH.

Qu'ALLAH subhanahu nous éloigne du polythéisme si minime soit-il afin que toutes nos oeuvres LUI soient exclusivement vouées, amine!

Salam 'aleykoum wa rahmatuLLAHI wa barakatuh wa maghfiratuh.
e
4 août 2007 15:33
salam,

si ton mari n'a pas la somme, fais echelonner ta dot sur quelques mois, et le probleme est reglé...
p
4 août 2007 21:29
salam

c'est vrai qu'il n'a pas à oublier son engagement, mais soit un peu compréhensive et plus patiente toi aussi .
(S-2:V-286 ) Seigneur ! Ne nous impose pas ce que nous ne pouvons supporter, efface nos fautes, pardonne-nous et fais nous miséricorde.
p
5 août 2007 13:33
salam

un texte un peu long, mais qui peut éclairer certaines choses

je sais que vous allez pas le lire en entier Sleeping

pr plus de facilité les points essentiels relatif au sujet ( le paragraphe est interessant ds sa totalité ) sont mis en gras





La dot (sadaq)

Sourate Les Coalisés (Al Ahzab, verset 50)
"Ô Prophète! Nous t'avons rendue licites tes épouses à qui tu as donné leur mahr (dot)".

Sourate 4, les Femmes,(An-Nisâ’, verset 4)
« Et donnez aux épouses leur dot, de bonne grâce. Si de bon gré elles vous en abandonnent quelque chose, disposez-en alors à votre aise et de bon coeur. »

Sourate 4, les Femmes, (An-Nisâ’, verset 24)
« Puis, de même que vous jouissez d’elles, donnez-leur leur dot, comme une chose due. Il n’y a aucun péché contre vous à ce que vous concluez un accord quelconque entre vous après la fixation de la dot. »

Sourate 2, la Génisse, Al-Baqarah, verset 237
« Et si vous divorcez d’avec elles sans les avoir touchées, mais après fixation de leur dot, versez-leur alors la moitié de ce que vous avez fixé, à moins qu’elles ne s’en désistent, ou que ne se désiste celui entre les mains de qui est la conclusion du mariage. »


Le Coran donne à la femme des occasions supplémentaires d’accumuler des richesses. La charia islamique accorde à la femme son droit à un sadaq raisonnable (cadeau monétaire ou autre donné par le mari lors du mariage). Lors du mariage, la femme est en droit d’attendre un cadeau de son mari qui peut aller de l’enseignement de quelques versets du Coran (si elle ne les connaît pas déjà) ou quelques pièces en argent jusqu’à une immense fortune, selon l’accord mutuel entre les parties. C’est ce que l’on appelle le sadaq ou mahr de la femme, parfois décrit à tort comme le “prix de la mariée", par Keith Hodkinson dans son livre "Muslim Family Law: A Source Book" (p.132). Le mahr ou sadaq (dot) est un droit de la femme qui devient exigible dès que le contrat de mariage est conclu. On doit s’en acquitter intégralement après la consommation du mariage. Si le divorce survient avant la consommation, il faut s’acquitter de la moitié, à moins que la femme ou son représentant y renoncent.


Le mahr ou sadaq est très important dans le mariage islamique. Allah a employé à son égard le terme "faridah". Ce mot désigne les obligations, toute chose prescrite, décrêtée et rendue obligatoire. Il incombe au mari de verser la dot à son épouse, à moins qu’elle n’y renonce de son plein gré, librement et sans pression, en lui disant qu’elle le relève de cette obligation, ou bien en lui retournant la somme présentée. Le mahr appartient à la femme et lui est remis à elle exclusivement. Ce n’est pas la propriété de ses parents ni de son représentant. Personne ne peut exempter le mari de s’en acquitter à part elle, sauf si le mariage n’est pas consommé. Dans ce cas là, le représentant peut décider d’exempter le mari. Si le mari meurt sans avoir payé la dot, elle lui sera compté comme une dette, et devra à ce titre être prélevé de ses biens avant que l’on ne procède au partage de sa succession. La dot n’est aucun cas le prix de la mariée. C ’est un présent donné à la femme en témoignage de l’amour et de l’estime que lui porte son mari. Dans le Coran, il est appelé sadâq c’est-à-dire "un gage d’amitié". Il est aussi appelé nihlah c’est-à-dire "un beau présent". Le mahr représente aussi l’engagement du mari qui devra subvenir aux besoins financiers de son épouse (nafaqah). En islam, il incombe en effet au mari de pourvoir aux besoins de sa femme et de son foyer. On trouve chez certains musulmans une idée reçue selon laquelle le mahr doit être payé au moment du divorce. Or il n’en est rien. Le mahr est, toutefois, dû au moment du divorce s’il n’a pas été payé auparavant. Les gens ont coutume d’avancer une partie du mahr et de différer le paiment de l’autre partie (mu’akhkhar ou mu’ajjal). La première partie doit être payée au moment du nikâh et la seconde ultérieurement. La femme est en droit de la réclamer à son mari, qui ne doit pas mal prendre cette demande. De même, une femme ne doit pas craindre que son mari la quitte s’il lui paie l’intégralité du mahr. Toutes ces notions appartiennent à des coutumes et des cultures diverses, mais elles n’ont rien à voir avec la Sharî’ah.





[www.islamophile.org]

[www.islamophile.org]



Modifié 2 fois. Dernière modification le 05/08/07 13:36 par patience.
(S-2:V-286 ) Seigneur ! Ne nous impose pas ce que nous ne pouvons supporter, efface nos fautes, pardonne-nous et fais nous miséricorde.
 
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
Facebook