Menu
Connexion Yabiladies Islam Radio Forum News
Dote mariage : à qui ?? montant
b
28 septembre 2009 13:00
Selam à tous,

Concernant la dote pour le mariage, c'est en fonction des moyens il n'y a pas de montant fixé.

Cependant à qui il faut la remettre à la mariée ou au père de la mariée??? merci pour votre retour


Bonne journée,
o
28 septembre 2009 14:00
salem

pour la dote il n'y a pas de montant fixé c'est selon tes moyens mais aussi il faut que tu vois ça avec le père de la mariée pour voir s'il est d'accord ou pas.

moi j'ai fixé la dote avec mon mari, on s'est mis d'accord et mon père était d'accord tant que je l'étais.
mon futur mari me la donner à moi car personne d'autre n'a le droit de la prendre.

si tu la donne au père de la mariée, assure toi qui lui donne la dote en entier.lol

avec ma dote je n'ai acheté que des bijoux et rien d'autre, mon mari m'a donné 2000 euros.
j'ai acheté tout mes bijoux au bled parce que c'est pas cher.
D
28 septembre 2009 14:58
Salam!

Parmi les gages d'intérêt et de respect que l'islam a donnés à la femme, il y a le droit d'avoir un patrimoine propre. En effet, à l'époque antéislamique, la femme n'avait ni patrimoine, ni aucune personnalité juridique et c'était à son tuteur de gérer son patrimoine lequel l'empêchait généralement d'acquérir des biens et d'en disposer.

L'islam a voulu libérer la femme de ce carcan en lui octroyant une dot et en faisant de cette prescription une obligation qui incombe au mari, ainsi qu'un droit qui lui appartient en propre. Ainsi, ni son père ni quiconque parmi ses proches n'a le droit d'en récupérer une miette, à moins qu'elle n'y consente elle-même en toute liberté.

Dieu dit :

"Et donnez aux épouses leur dot -mahr-, de bonne grâce. Si de bon gré, elles vous en abandonnent quelque chose, disposez-en alors à votre aise et de bon cœur." [ Sourate 4 - Verset 4 ]

Si l'épouse donne de ses biens sous l'effet de l'intimidation, de la peur ou de la tromperie, il n'est pas permis d'en récupérer quoi que ce soit. Dieu dit :


" Si vous voulez substituer une épouse à une autre, et que vous ayez donné à l’une un qintâr(15), n’en reprenez rien. Quoi! Le reprendriez-vous par injustice et péché manifeste?
Comment oseriez-vous le reprendre, après que l’union la plus intime vous ait associés l’un à l’autre et qu’elles aient obtenu de vous un engagement solennel? "[ Sourate 4 Verset 20-21 ]


Outre que la dot prescrite à la femme ait un sens aussi fort, elle offre de surcroît l'avantage de mettre celle-ci dans les meilleures conditions pour accepter l'autorité du mari sur elle. Dieu dit :

" Les hommes ont autorité sur les femmes, en raison des faveurs qu’Allah accorde à ceux-là sur celles-ci,et aussi à cause des dépenses qu’ils font de leurs biens." [ Sourate 4 - Verset 34 ]


Sans parler de l'avantage que la dot offre de renforcer les liens conjugaux et de promouvoir l'affection et la miséricorde mutuelles des conjoints.

Le quantum de la dot

La loi islamique n'a déterminé ni minimum ni maximum légal pour la dot, car les gens n'ont pas tous les mêmes richesses ni la même aisance et chaque pays a ses coutumes et ses pratiques en la matière.

La détermination du quantum de la dot a donc été laissée à l'appréciation de chacun, afin que les gens donnent en fonction de leurs moyens et suivant les pratiques qui ont cours dans leurs pays respectifs.

ll peut donc s'agir d'une simple bague en fer ou d'une assiette de dattes ou de l'engagement de la part du mari d'enseigner le Coran à sa femme, et autres choses du même genre, dès lors que les deux parties contractantes se sont mises d'accord sur la question.

D'après 'Âmir Ibn Rabî'a , une femme de la tribu des Banû Fazâra se maria moyennant une paire de sandales. L'Envoyé de Dieu lui demanda :

« Te satisfais-tu d'avoir pour dot une paire de sandales ? ». Ayant répondu que oui, le Prophète ratifia le mariage.
[ Rapporté par Ahmad, Ibn Mâja et at-Tirmidhî, lequel qualifie cette tradition de sahih ]


Cependant, l'Islam aspire à faciliter les voies du mariage au plus grand nombre d'hommes et de femmes possible afin que chacun profite du licite. Mais, ceci n'est possible que si les voies du mariage sont rendues faciles et que les pauvres, à savoir la majorité des gens, y ont accès. Raison pour laquelle l'islam réprouve le renchérissement de la dot et fait savoir que le mariage est d'autant plus béni par Dieu que la dot est modeste, et qu'une dot modeste est le signe que la femme est de bon augure. On rapporte d'après 'Âïsha que l'Envoyé de Dieu a dit :

« Le mariage qui reçoit le plus de bénédiction divine est celui qui est le moins onéreux. »


On rapporte aussi cette autre tradition :

« Une femme de bon augure est celle dont la dot est peu chère, dont le mariage est facilité et dont les mœurs sont bonnes ; tandis qu'une femme de mauvais augure est celle dont la dot est chère,
dont le mariage est compliqué et dont les mœurs sont mauvaises. »


Nombre de gens ignorent ces enseignements ou s'en détournent, préférant renchérir sur la dot au nom de coutumes païennes et refuser le mariage de leur pupille tant que le prétendant ne se saigne pas les veines et ne dépense pas des sommes mirobolantes. Comme si la femme était une marchandise dont on débat du prix et dont on fait commerce !

D'où les plaintes multiples qu'on enregistre tous les jours dans les tribunaux et la crise matrimoniale sans précédent dont souffrent à égalité hommes et femmes.

Sans parler des préjudices qui découlent de cet état de fait, lesquels entraînent une véritable dépression dans la fréquence des mariages et rendent le licite plus difficile à obtenir que l'illicite.


source: sajidine
 
Annuaire
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
Facebook