Menu
Connexion Yabiladies Islam Radio Forum News
Devenir un homme et devenir une femme
b
2 mars 2018 21:08
Salam aleykoum j'ai l'impression que les filles deviennent plus facilement des femmes que les garçons deviennent des hommes pas vous?.

Les filles on dirait qu'elles ont le statut de femme naturellement, y'a pas d'effort à faire pour passer de fille à femme, à part pour la maternité mais beaucoup de femmes n'ont pas d'enfants et sont quand même des femmes.

Alors que pour être un homme on dirait qu'il faut se battre tout le temps, faut être courageux, faut être fort physiquement, faut apprendre à se défendre et à défendre sa famille. Dans certaines tribu y'a des rites pour être considéré comme un homme comme par exemple tuer un lion. Et le statut de l'homme peut vite disparaitre comme si y'avait une lutte permanente entre la force et la faiblesse, entre l'alpha et l'omega

votre avis?
b
2 mars 2018 21:12
pour résumé on dirait qu'être un homme nécessite des actes alors que les femmes non
H
2 mars 2018 21:18
quoi comme acte ?



nananiitatata va venir me gronderConfused smiley
Les gens peuvent oublier mille bonne actions à cause d'une seule erreur, Allah peut pardonner mille erreurs à cause d'une seule bonne action.
b
2 mars 2018 21:23
ne pas fuir devant les épreuves, travailler etc
d'ailleurs quand quelqu'un fait quelque chose qui n'est pas digne d'un homme on dit que c'est pas un homme. mais on dit jamais à une femme que c'est pas une femme
Citation
jim's ^^ a écrit:
quoi comme acte ?



nananiitatata va venir me gronderConfused smiley
n
2 mars 2018 21:25
pas faux.
mais en même temps le gars doit se bouger pour devenir un homme, en prenant exemple sur son père, n'est-ce-pas !
la cause ne serait-il pas une mère qui le prend pour un "grand enfant roi"....
b
2 mars 2018 21:27
Vous voulez dire devenir adulte et responsable.
2 mars 2018 21:34
Genre c'est dans quelle tribu ou on affronte un lion histoire de voir quoi je suis capable Perplexe
b
2 mars 2018 21:55
[fr.wikipedia.org]
Citation
MrSoso a écrit:
Genre c'est dans quelle tribu ou on affronte un lion histoire de voir quoi je suis capable Perplexe
s
2 mars 2018 22:07
ne pas fuir devant les épreuves, travailler etc
parceuq tu penses qu une femme fuit devant les epreuves
qu lle ne travaille pas

on peut etre homme ou femme et avoir des echecs le principalement c d avancer
2 mars 2018 22:23
Salam

Oh nn je ne suis pas si d'accord que ça. Pour les femmes les changements s'imposent à elles.

On leur demande beaucoup, on est plus exigeant avec elles c'est pour ça qu'elles sont obligées de devenir femmes vite. Rien ne se fait naturellement. On demande à une femme de savoir tenir une maison de savoir se tenir elle même (bienséance, swab). On lui demande de savoir cuisiner de ne pas trop être capricieuse.
2 mars 2018 22:55
Salâm Bandikoo,


Magnifique question dont on pourrait parler des heures durant !

Citation
a écrit:
j'ai l'impression que les filles deviennent plus facilement des femmes que les garçons deviennent des hommes pas vous?.



Oui. Exactement.

Et j'irai même plus loin : les filles deviennent plus facilement des épouses que les garçons deviennent des époux. De même que les filles deviennent plus facilement des mères que les garçons des pères.

Cela tient au fait que la place assignée aux filles est clairement définie (et conditionnée) alors qu'elle est floue pour les garçons. De même que les modèles, les schémas et les repères sont tracés pour les filles et absents pour les garçons.

Grossièrement, les filles ont un sentier déjà tracé, balisé et éclairé par leur mère et la société pour pouvoir y cheminer en toute conscience. Et ce sentier est présent depuis des générations et se transmet
.
Alors que pour les garçons, la route est manquante et donc se trace maladroitement au fur et à mesure des pas et des apprentissages. C'est une route sinueuse, sans présence, mal éclairée qu'au crépuscule de leur vie, les hommes peinent à transmettre en héritage parce qu'ils la savent semée d'embûches et d'erreurs.

Pour le dire autrement : le rôle de la femme est défini, le rôle de l'épouse est modelé, le rôle de la mère est établi. C'est un héritage qu'on transmet parce qu'il fonctionne. Et il fonctionne parce que c'est un héritage que les femmes transmettent aux futures femmes. En interne. De femmes à femmes.

Le rôle de l'homme n'est pas défini. Donc, le rôle de l'époux ne l'est pas et encore moins le rôle de père. Ce n'est pas un rôle qui peut-être transmis en héritage parce que ce ne sont pas les hommes qui apprennent aux garçons à être des hommes, ni les pères qui apprennent à leurs fils à être des hommes : ce sont les femmes qui éduquent les hommes à devenir ce qu'elles ne sont pas. Ce sont les mères qui apprennent à leurs fils à être des pères. En externe.

Un tel héritage sociétal ne peut-être viable que s'il est transmis en "main propre", des aînés aux descendants, entre pairs, . C'est le cas pour les filles. Ce n'est pas le cas pour les garçons.

Parce qu'il manque un maillon : les pères. Les pères sont absents dans nos sociétés. Et n'enseignent pas à leur fils à devenir un homme. Donc, la mère prend le relais. Et c'est absurde, parce que n'étant pas un homme, elle ne peut transmettre parfaitement et justement ce rôle.

Imaginons deux secondes que ce soit les pères qui apprennent à leur filles le corps qui change, les menstrues, le système de reproduction, la grossesse, l'allaitement... Comment un père peut-il apprendre à sa fille ces choses qu'il ne ressentira et ne connaîtra jamais physiologiquement ?

C'est pareil du côté des mères envers les fils.

Les filles évoluent plus en équilibre parce qu'elles ont leurs pairs pour professeurs. On reste dans le même système psychique, mental, sentimental, philosophique, spirituel etc. Les repères sont nets et les leçons comprises et assimilées parce que faîtes pour elles.

Les garçons sont plus déséquilibrés parce que justement, leurs professeurs de vie, ce ne sont pas leurs pairs, leurs pères, mais leurs mères. Et qu'ils évoluent donc avec des repères "inversés" dans un système psychique, mental, sentimental, philosophique, spirituel etc autre. Les repères sont flous et les leçons mal assimilées parce que pas adaptées.

C'est comme si on apprenait à écrire à un gaucher avec des repères de droitier. Il en résulte un gaucher complexé.

Or qui mieux qu'un gaucher pour apprendre à un gaucher et un droitier pour apprendre à un droitier ?

C'est pareil pour les hommes et les femmes.

Qui mieux qu'une femme pour apprendre à une fille à devenir femme et qu'un homme pour apprendre à un garçon à devenir homme ?

On a des filles qui deviennent femmes. Et des garçons qui deviennent des hommes "complexés" parce qu'élevés par des femmes pour apprendre à être un homme.

C'est le problème de nos sociétés où les hommes ont déserté leurs places et où les pères sont absents laissant leurs garçons évoluer sans re-pères.
S
2 mars 2018 23:24
A partir de la puberté (et parfois même avant pour certains tordus) une fille devient vulnérable, une proie qu'il faut absolument protéger. Elle peut être victime de viol ou victime de ses sentiments et de toutes façons perdre le peu de dignité qu'elle possède. A partir de là, très tôt, elle est obligée de prendre en compte que même gamine, elle doit se protéger. Et pour se protéger, ben il faut comprendre le monde qui nous entoure.

Les hommes, de quoi ont-ils à se protéger en vrai ? Ils peuvent sortir à n'importe quelle heure, dans n'importe quel endroit, on ne les agresse nulle part, ils sont libres. Ils ne souffrent pas d'insécurité. A partir de là tant qu'ils ne rencontrent pas les difficultés, ils ne deviennent pas adultes.

Une fille, dès qu'elle voit son sang couler, sait qu'elle sera un jour enceinte comme sa mère. Elle sait même que ça fera mal parce qu'elle a déjà des douleurs liées à ses règles. Et elle sait que son corps qui se transforme fait déjà loucher quelques uns vers elle, parfois même ses propres frères ou cousins, quand ce n'est pas les oncles ou son propre père ... Pour le peu qu'elle voit les "hommes" de son entourage avoir de mauvais comportement envers la gente féminine, elle sait déjà à quelle sauce elle sera mangée dans cette vie.

Très tôt, elle apprend à se protéger, à se défendre, et à préserver son avenir. Une fille cogite toujours et elle est toujours entrain de faire des plans dans sa tête. Et si il se passe ça ou ça, ou encore ça, je fais quoi ?

Les hommes, tant qu'ils n'envisagent pas de se marier, ils ne se rendent pas compte qu'il va falloir un jour entretenir leur famille. Et quand ça arrive, ça panique. Tant qu'ils ne se retrouvent pas devant le fait accompli, ils ne réagissent pas.

Devenir adulte, c'est prévoir l'avenir. Et les filles s'y préparent naturellement. Que les garçons, pas vraiment. Ils se laissent porter par la vie. Très peu s'organisent pour l'avenir.

Alors je généralise, mais je pense que ça fonctionne ainsi la plupart du temps. L'homme est plus libre de ses mouvements, il est plus insouciant. La femme sait qu'elle devra faire attention toute sa vie. Les responsabilités, ça passe avant tout par la protection de son corps.
2 mars 2018 23:49
Je continue...

Citation
a écrit:
Les filles on dirait qu'elles ont le statut de femme naturellement, y'a pas d'effort à faire pour passer de fille à femme, à part pour la maternité mais beaucoup de femmes n'ont pas d'enfants et sont quand même des femmes.

Alors que pour être un homme on dirait qu'il faut se battre tout le temps, faut être courageux, faut être fort physiquement, faut apprendre à se défendre et à défendre sa famille.



D'où viennent ces "repères"-là ? Viennent-ils directement de ce que les pères transmettent à leurs fils ? Ou viennent-ils des fils eux-mêmes qui comblent et colmatent comme ils peuvent et avec leurs moyens les trous et les manques dans leur apprentissage de la vie d'un homme ?

La nature a horreur du vide. Quand il y a un vide, l'instinct pousse à le combler. Quitte à le combler maladroitement et n'importe comment.

Et c'est comme ça que les fils comblent le manque de leurs pères : par la violence de ce qu'ils ressentent. Alors qu'à la base, il s'agit de la force masculine créatrice. Mais comme ils n'ont pas appris à la canaliser et à l'apprivoiser avec leurs pères, elle devient violence et se retourne contre eux-mêmes.

Et puis, ils écoutent ce que la société et les autres disent qu'il faille être pour devenir un homme, un vrai, un dur : être fort, ne jamais pleurer, ne pas être sensible, ne pas ceci, ne pas cela etc. Autant de "vérités" inauthentiques qui vont les pousser à se trahir et devenir schizo.

Prenons un exemple tout bête : quand on dit à un garçon qu'il ne faut jamais pleurer pour être un homme, et qu'il se retrouve à pleurer un jour, plutôt que d'avoir intégré que s'il pleure c'est parce que c'est humain et que TOUS les hommes pleurent, il va au contraire en déduire et en conclure à tort que s'il pleure, c'est parce qu'il n'est pas un homme. Et il entrera ainsi avec lui-même dans une relation inauthentique et culpabilisante : il n'assumera jamais et se mentira pour ne pas "perdre la face" et s'en voudra de ne pas être assez fort.

Et cette culpabilité l'empêchera d'aller affronter directement le regard authentique de son père pour lui demander si un homme a le droit de pleurer, si son père a déjà pleuré, si les hommes qui pleurent sont quand même des hommes etc.
Il n'en dira rien. Non, il se terrera dans son silence et alimentera ainsi ses fausses croyances.

Et le cercle plutôt que d'être vertueux, sera vicieux.

Plutôt que d'avoir un héritage sain transmis de père à fils par voie orale, par apprentissage, par vulgarisation, on a des fils qui observent en silence et à distance leurs pères et qui reproduisent par mimétisme ce qu'ils croient avoir compris. Il en résulte un cheminement inauthentique, maladroit, froid, distant, silencieux etc

Et les fils deviennent en grandissant comme l'image qu'ils se sont fait de leurs pères et reproduisent avec leurs propres fils etc etc etc.

Citation
a écrit:
Dans certaines tribu y'a des rites pour être considéré comme un homme comme par exemple tuer un lion. Et le statut de l'homme peut vite disparaitre comme si y'avait une lutte permanente entre la force et la faiblesse, entre l'alpha et l'omega



Oui, dans les sociétés dites traditionnelles, les seules sociétés à avoir conservé le rôle de l'homme et la transmission de cet héritage.

Les rites initiatiques marquent le passage du monde de l'enfance (dans le sein de la mère) au monde adulte : le monde des hommes.

Sitôt que le garçon atteint la puberté, il est récupéré par son père et ses pairs : il suit un rude apprentissage auprès de ses aînés où les valeurs ancestrales lui seront transmises, les leçons de vie lui seront données et à la suite de quoi il devra prouver à son père et ses pairs qu'il est apte à recevoir en héritage son rôle d'homme, faisant honneur ainsi à la place qui lui est assignée dans le Cosmos. Ce rite de passage prend diverses formes selon les sociétés : chez les peuples tribaux cela passait par les tatouages, chez certaines tribus éthiopiennes les garçons, nus, doivent à quatre reprises passer par-dessus un boeuf castré, en Nouvelle-Guinée, les garçons subissent des scarifications dans le dos etc.

C'est symbolique, mais cela permet de définir les rôles et d'attribuer à chacun sa place en tant qu'héritage : et devant cet héritage transmis directement par le père, le garçon ne peut que faire honneur.

Le père est présent. Le fils suit les traces de son père. Et il apprend à devenir un homme.

C'est le cycle de la vie. L'équilibre du Cosmos.



Pour approfondir ton propos, très justement pertinent au passage, et trouver quelques réponses à tes questions, je te conseille de lire Père manquant, fils manqué de Guy Corneau.


Bonne soirée...

S
3 mars 2018 02:54
Allâh (Sub'hânahû wa ta'âlâ) nous a donné (les hommes dans le sens mâle) la capacité de nous défendre, de protéger la femme et l'enfant.

Comme il a été dit dans ce sens, Allâh (Sub'hânahû wa ta'âlâ) a décrété aux deux époux des devoirs vis-à-vis de l'autre, Il a conférée l'autorité à l'homme sur son épouse.

En tant que mari, il doit assumer sa responsabilité de chef de famille.
Comme il a été dit c'est le responsable général de la famille, c'est une lourde responsabilité.

C'est ainsi, on a des devoirs et des droits communs mais aussi spécifiques.
S
3 mars 2018 03:36
Être une femme ça se résume a être assise maquille et attendre que ça se passe donc forcement ...

L'homme a bcp bcp plus de responsabilités.
S
3 mars 2018 04:13
Avoir la responsabilité du foyer, c'est aussi une charge pas toujours évidente. Les tâches domestiques (surtout sans l'aide de l'homme et en travaillant), faire à manger, le fait de servir les autres, repasser les vêtements, la grossesse, les douleurs de l'enfantement, l'éducation des enfants, le droit que l'époux a sur elle.
3 mars 2018 07:17
Salam 'Aleykoum

Tu es sûr de ce que tu dis? Ton épouse fait ça? Et ta mère?
Les femmes ont la responsabilité de leurs familles, elles doivent s'occuper de leur foyer, leur époux, de leurs enfants et d'autres choses encore...

Non réfléchis bien, et va répéter ça a ta maman on verra ce qu'elle va te répondre...
Citation
Soutt a écrit:
Être une femme ça se résume a être assise maquille et attendre que ça se passe donc forcement ...

L'homme a bcp bcp plus de responsabilités.
b
3 mars 2018 11:43
Toujours un plaisir de te lire Sarazinement votre !
b
3 mars 2018 11:44
Vos réponses sont intéressante à tous merci
W
3 mars 2018 16:33
Je trouve que pas du tout surtout les générations actuelles de moins de 25 ans.

Côté femme, elles sont bien moins responsables et matures qu'avant, elles ont perdues énormément et la mentalité a changé alors côté homme n'en parlons même pas.

Je trouve que les femmes ont rattrapées les hommes dans la bêtise.

En parallèle, il y a quand même certains qui se sont améliorés et font les choses biens et mieux, homme comme femme.
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
Facebook