Menu
Connexion Yabiladies Ramadan Radio Forum News
Contraception masculine : où en est-on ?
s
26 septembre 2017 16:18
Contraception masculine : où en est-on ?

Alors que le marché de la contraception féminine est en pleine évolution, la recherche sur la contraception pour homme avance.

Les habitudes changent. En 2010, 45% des femmes utilisaient la pilule comme moyen de contraception. Elles n'étaient plus que 40,5% en 2013, et 36,5% en 2016, selon une étude de Santé publique France publiée à l’occasion de la Journée mondiale de la contraception, ce mardi. L’utilisation du stérilet ou dispositif intra-utérin (DIU, +6,9 points par rapport à 2010), elle, progresse, tout comme celle du préservatif (+4,7 points) désormais prisé aussi des couples stables. Des chiffres qui posent aussi une question en filigrane : où en est la contraception masculine dans tout ça ?

Il existe déjà des méthodes en France

Outre le préservatif et le retrait, les hommes ont déjà, en France, accès à plusieurs moyens de contraception.

La vasectomie, d’abord, qui reste très contestée : si elle n’implique pas de dérèglement hormonal ou du comportement, elle reste irréversible dans 20% des cas et n’est pas efficace à 100%.

La contraception hormonale, ensuite, qui consiste en une injection hebdomadaire d’hormones (un mélange de progestatif et de testostérone) par les muscles. Le hic : seuls deux médecins la pratiquent en France, le Dr. Soufir, médecin à l’hôpital Cochin de Paris, et le Dr. Mieusset de l’hôpital Paule de Viguier à Toulouse. Pourquoi une telle confidentialité de ce traitement, alors que son efficacité a été approuvée par l’Organisation Mondiale de la Santé ? La réponse est multiple. Elle peut être culturelle, d’abord : si 61% des hommes se disent prêts à prendre un contraceptif, selon un sondage CSA, de nombreuses autres études montrent la défiance des hommes envers la contraception hormonale masculine, qu’ils associent "à une ‘perte de la virilité’" (lire par exemple les travaux des psychologues Nikos Kalampalikis et Fabrice Buschini).

En outre, ce traitement comporte des limites. Il ne peut se prendre que pour 18 mois maximum (sinon il risque de rendre stérile), et il n’est efficace qu’au bout du deuxième ou troisième mois. En outre, il ne peut pas être prescrit à tout le monde : les hommes de plus de 45 ans et ceux ayant certains antécédents médicaux - comme un cancer de la prostate dans la famille ou un souci cardiaque – ne peuvent y prétendre. Et dans à peu près 15% des cas, le traitement comporte certains effets secondaires non négligeables : hausse de libido excessive, sautes d’humeur, prise de poids, acné etc. Si vous voulez en savoir d'avantage, vous pouvez visiter le site de l'Ardecom, une association en pointe dans l'information des hommes désireux de prendre trouver un moyen de contraception.

La contraception thermique, enfin, n’est pratiquée qu’à l’hôpital Paule de Viguier de Toulouse. Par le port d’un "slip chauffant" qui élève la température des testicules de deux à trois degrés, cette méthode inhibe la production des gamètes mâles. Mais ce moyen de contraception a également ses limites. L’efficacité n’est obtenue qu’au bout de deux à trois mois (le slip doit être porté au moins 15 heures par jour), et il ne faut pas l’utiliser plus de quatre ans, au risque de devenir stérile. En outre, l’efficacité de cette méthode n’a été testée "que" sur 51 couples, pour lesquels, toutefois, la réussite fut maximale.

Plusieurs pistes de recherches prometteuses

Cela fait plus de trente ans que les chercheurs du monde entier tentent de trouver une contraception masculine 100% efficace et aux effets secondaires moindres. Mais s’ils se rapprochent de l’objectif, les résultats sont encore perfectibles.

Dans leurs travaux du 27 octobre 2016, les chercheurs de l'Université de Munich, financés par l’Organisation mondiale de la Santé, ont par exemple réussi à trouver une méthode efficace à 96% testée sur 320 patients. Le hic : elle comportait de nombreux effets secondaires, et 20 patients ont abandonné le test. La méthode consistait en des injections hormonales dans les fesses toutes les huit semaines. Problème ? 46% des patients ont contracté de l’acné, 38% une hausse accrue de libido, 25% des troubles de l’humeur ou des douleurs au niveau de l’injection et 16% des douleurs musculaires.

Suite et fin : [www.europe1.fr]
26 septembre 2017 16:23
ça ne marchera jamais, les filles ne feront JAMAIS confiance aux hommes pour leur éviter des grossesse... car en cas de fécondation qui restera avec le môme sur les bras... dans 99,9 % des cas la mère...


Citation
srnit a écrit:
Contraception masculine : où en est-on ?

Alors que le marché de la contraception féminine est en pleine évolution, la recherche sur la contraception pour homme avance.

Les habitudes changent. En 2010, 45% des femmes utilisaient la pilule comme moyen de contraception. Elles n'étaient plus que 40,5% en 2013, et 36,5% en 2016, selon une étude de Santé publique France publiée à l’occasion de la Journée mondiale de la contraception, ce mardi. L’utilisation du stérilet ou dispositif intra-utérin (DIU, +6,9 points par rapport à 2010), elle, progresse, tout comme celle du préservatif (+4,7 points) désormais prisé aussi des couples stables. Des chiffres qui posent aussi une question en filigrane : où en est la contraception masculine dans tout ça ?

Il existe déjà des méthodes en France

Outre le préservatif et le retrait, les hommes ont déjà, en France, accès à plusieurs moyens de contraception.

La vasectomie, d’abord, qui reste très contestée : si elle n’implique pas de dérèglement hormonal ou du comportement, elle reste irréversible dans 20% des cas et n’est pas efficace à 100%.

La contraception hormonale, ensuite, qui consiste en une injection hebdomadaire d’hormones (un mélange de progestatif et de testostérone) par les muscles. Le hic : seuls deux médecins la pratiquent en France, le Dr. Soufir, médecin à l’hôpital Cochin de Paris, et le Dr. Mieusset de l’hôpital Paule de Viguier à Toulouse. Pourquoi une telle confidentialité de ce traitement, alors que son efficacité a été approuvée par l’Organisation Mondiale de la Santé ? La réponse est multiple. Elle peut être culturelle, d’abord : si 61% des hommes se disent prêts à prendre un contraceptif, selon un sondage CSA, de nombreuses autres études montrent la défiance des hommes envers la contraception hormonale masculine, qu’ils associent "à une ‘perte de la virilité’" (lire par exemple les travaux des psychologues Nikos Kalampalikis et Fabrice Buschini).

En outre, ce traitement comporte des limites. Il ne peut se prendre que pour 18 mois maximum (sinon il risque de rendre stérile), et il n’est efficace qu’au bout du deuxième ou troisième mois. En outre, il ne peut pas être prescrit à tout le monde : les hommes de plus de 45 ans et ceux ayant certains antécédents médicaux - comme un cancer de la prostate dans la famille ou un souci cardiaque – ne peuvent y prétendre. Et dans à peu près 15% des cas, le traitement comporte certains effets secondaires non négligeables : hausse de libido excessive, sautes d’humeur, prise de poids, acné etc. Si vous voulez en savoir d'avantage, vous pouvez visiter le site de l'Ardecom, une association en pointe dans l'information des hommes désireux de prendre trouver un moyen de contraception.

La contraception thermique, enfin, n’est pratiquée qu’à l’hôpital Paule de Viguier de Toulouse. Par le port d’un "slip chauffant" qui élève la température des testicules de deux à trois degrés, cette méthode inhibe la production des gamètes mâles. Mais ce moyen de contraception a également ses limites. L’efficacité n’est obtenue qu’au bout de deux à trois mois (le slip doit être porté au moins 15 heures par jour), et il ne faut pas l’utiliser plus de quatre ans, au risque de devenir stérile. En outre, l’efficacité de cette méthode n’a été testée "que" sur 51 couples, pour lesquels, toutefois, la réussite fut maximale.

Plusieurs pistes de recherches prometteuses

Cela fait plus de trente ans que les chercheurs du monde entier tentent de trouver une contraception masculine 100% efficace et aux effets secondaires moindres. Mais s’ils se rapprochent de l’objectif, les résultats sont encore perfectibles.

Dans leurs travaux du 27 octobre 2016, les chercheurs de l'Université de Munich, financés par l’Organisation mondiale de la Santé, ont par exemple réussi à trouver une méthode efficace à 96% testée sur 320 patients. Le hic : elle comportait de nombreux effets secondaires, et 20 patients ont abandonné le test. La méthode consistait en des injections hormonales dans les fesses toutes les huit semaines. Problème ? 46% des patients ont contracté de l’acné, 38% une hausse accrue de libido, 25% des troubles de l’humeur ou des douleurs au niveau de l’injection et 16% des douleurs musculaires.

Suite et fin : [www.europe1.fr]
s
26 septembre 2017 16:32
Puis c'est pas très au point apparemment.
Citation
MNO-PQR (ex HIJ-KLM) a écrit:
ça ne marchera jamais, les filles ne feront JAMAIS confiance aux hommes pour leur éviter des grossesse... car en cas de fécondation qui restera avec le môme sur les bras... dans 99,9 % des cas la mère...
26 septembre 2017 16:39
Trop macho pour s'y mettre.
Par ailleurs c'est pas très juste que les femmes se bousillent le corps avec la pilule c'est très cancérigène. Perso j'éviterais d'infliger ça à mon corps. Si je me prend la tête à manger sain etc ce n'est pas pour bouffer des comprimés qui dérèglent tout le système hormonal ... et puis on soufre déjà assez sans être déréglées alors bon ...
s
26 septembre 2017 16:41
Je ne vois qu'une seule solution : le retour de la famille nombreuse.
Citation
Fassia92 a écrit:
Trop macho pour s'y mettre.
Par ailleurs c'est pas très juste que les femmes se bousillent le corps avec la pilule c'est très cancérigène. Perso j'éviterais d'infliger ça à mon corps. Si je me prend la tête à manger sain etc ce n'est pas pour bouffer des comprimés qui dérèglent tout le système hormonal ... et puis on soufre déjà assez sans être déréglées alors bon ...
L
26 septembre 2017 16:50
le préservatif aussi
26 septembre 2017 16:54
Sslama

Comme l'acte sexuel dépend de la virilité de l'homme, aucun homme viril n'acceptera un produit chimique au risque d'anéantir sa valeur d'homme préformant, car une zygonette faible ne rendra jamais une femme heureuse. No No
W
26 septembre 2017 17:02
Les pilules rendent malades, je me demande comment les femmes les normalisent.
Les hommes n'ont pas la même mentalité et ne tomberons pas dans le même piège, enfin j'éspère.
u
26 septembre 2017 17:05
Salam posteuse,

Je suis d'accord avec mnopqr...
La contraception masculine ne sera jamais aussi utilisée que la contraception féminine. Quand bien même on trouverai LA contraception masculine idéale (sans danger ni effets secondaires et réversible) quelle femme aujourd'hui ferait confiance en son partenaire ? Je ne parle pas seulement des hommes malintentionnés qui mentiraient mais aussi de ceux qui l'oublient.
Après les femmes ne sont pas à l'abri d'un oubli non plus.
D
26 septembre 2017 17:19
Sans compter les autres maladies comme les cas d'embolie pulmonaires ...
Citation
Fassia92 a écrit:
Trop macho pour s'y mettre.
Par ailleurs c'est pas très juste que les femmes se bousillent le corps avec la pilule c'est très cancérigène. Perso j'éviterais d'infliger ça à mon corps. Si je me prend la tête à manger sain etc ce n'est pas pour bouffer des comprimés qui dérèglent tout le système hormonal ... et puis on soufre déjà assez sans être déréglées alors bon ...
T
26 septembre 2017 17:31
"...une zygonette faible ne rendra jamais une femme heureuse..."

Il y a des tas d'autres moyens très efficaces pour arriver à ses fins Confused smiley

Réduire le plaisir que tu peux procurer à une femme à cet aspect montre que tu n'es pas très doué Grinning smiley

Ou alors, tu manques singulièrement d'imagination Perplexe


...

Citation
Changueti a écrit:
Sslama

Comme l'acte sexuel dépend de la virilité de l'homme, aucun homme viril n'acceptera un produit chimique au risque d'anéantir sa valeur d'homme préformant, car une zygonette faible ne rendra jamais une femme heureuse. No No



Modifié 1 fois. Dernière modification le 26/09/17 19:38 par TheBlue.
26 septembre 2017 17:59
Biensûr que il y a d'autres moyens, tu peut aussi demander au voisin de faire ce que ta zygonette n'est pas capable de faire.
Je ne parle pas des accessoires & C°, je parle de la performance naturelle de "l'engin" masculin. Perplexe
Citation
TheBlue a écrit:
"...une zygonette faible ne rendra jamais une femme heureuse..."

Il y a des tas d'autres moyens très efficaces pour arriver à ses fins Confused smiley

Réduire le plaisir que tu peux procurer à une femme à cet aspect montre que tu n'es pas très doué Grinning smiley

Ou alors, tu manques singulièrement d'imagination Perplexe


...
N
26 septembre 2017 18:22
Cet argument est uniquement valable pour les relations hors mariage. Quand on est marié, c'est quoi l'intérêt qu'un homme me fasse un enfant au dos ? Et de toute manière .. on est marié, donc l'enfant lui sera affilié et il devra l'assumer.

Sans oublier, que je peux tout à fait faire un enfant au dos de mon mari, la contraception féminine existe et elle est utilisée pour autant... ?
Citation
usernamepseudo a écrit:
Salam posteuse,

Je suis d'accord avec mnopqr...
La contraception masculine ne sera jamais aussi utilisée que la contraception féminine. Quand bien même on trouverai LA contraception masculine idéale (sans danger ni effets secondaires et réversible) quelle femme aujourd'hui ferait confiance en son partenaire ? Je ne parle pas seulement des hommes malintentionnés qui mentiraient mais aussi de ceux qui l'oublient.
Après les femmes ne sont pas à l'abri d'un oubli non plus.
s
26 septembre 2017 18:30
Salam,

Tu oublies que la femme porte l'enfant 9 mois et endure peine sur peine.
Si le père est négligent ou qu'il veut un bébé mais sa femme est carriériste etc ... il a le power.
Citation
Sashiki a écrit:
Cet argument est uniquement valable pour les relations hors mariage. Quand on est marié, c'est quoi l'intérêt qu'un homme me fasse un enfant au dos ? Et de toute manière .. on est marié, donc l'enfant lui sera affilié et il devra l'assumer.

Sans oublier, que je peux tout à fait faire un enfant au dos de mon mari, la contraception féminine existe et elle est utilisée pour autant... ?
N
26 septembre 2017 18:40
Les femmes ont le contrôle sur leurs corps, et peuvent terminer une grossesse non désirée ... chose que les hommes non pas. Mais ça c'est un autre débat.. Les anti/pro avortements divergeront.

Dans tous les cas, un mariage = confiance ... Sans la confiance, même pas besoin de se marier, comme un homme peut "trahir" sa femme, une femme peut le faire aussi. Et dans le second cas que pourrait faire l'homme pour se "débarrasser" du bébé ?

Citation
srnit a écrit:
Salam,

Tu oublies que la femme porte l'enfant 9 mois et endure peine sur peine.
Si le père est négligent ou qu'il veut un bébé mais sa femme est carriériste etc ... il a le power.
T
26 septembre 2017 19:05
Je ne parlais pas d'inviter un troisième larron aux réjouissances mon ami.

Tu confirmes ce que je pensais : "tu ne sais rien John Snow"* Grinning smiley

Quel cruel manque d'imagination... Il y a de multiples zones érogènes chez une femme et tu as 2 autres outils pour les stimuler.





* Game Of Thrones


...
Citation
Changueti a écrit:
Biensûr que il y a d'autres moyens, tu peut aussi demander au voisin de faire ce que ta zygonette n'est pas capable de faire.
Je ne parle pas des accessoires & C°, je parle de la performance naturelle de "l'engin" masculin. Perplexe
26 septembre 2017 19:22
Salam


La Caf va Fermer....

Citation
srnit a écrit:
Je ne vois qu'une seule solution : le retour de la famille nombreuse.
26 septembre 2017 19:53
Tu peut tourner cela comme tu veux, l'acteur principal et irremplaçable reste la bonne fonction de "l'engin masculin", le reste c'est juste une préparation pour son intervention. Welcome
Citation
TheBlue a écrit:
Je ne parlais pas d'inviter un troisième larron aux réjouissances mon ami.

Tu confirmes ce que je pensais : "tu ne sais rien John Snow"* Grinning smiley

Quel cruel manque d'imagination... Il y a de multiples zones érogènes chez une femme et tu as 2 autres outils pour les stimuler.





* Game Of Thrones


...
u
27 septembre 2017 00:06
Des hommes à qui leur partenaire leur a fait un enfant dans le dos sont nombreux, que ce soit leur épouse, leur copine depuis x années ou une copine de passage.

Jusqu'à présent s'ils ne veulent pas d'enfants ils ont deux options :
- 100% confiance en la sincérité de sa partenaire
- confiance minime vis-à-vis de sa partenaire donc préservatifs. (Nb : le préservatif peut aussi être utilisé dans un couple qui se fait 100% confiance comme méthode de contraception).

Comme je le disais dans mon commentaire précédant, on est pas à l'abri d'un oubli qu'on soit homme ou femme. Prenons l'exemple des injections, si l'homme oublie son rdv... Si c'était des pilules à prendre quotidiennement, l'oubli peut arriver.

L'opinion de l'homme et de la femme sont nécessaires quant au choix d'une contraception. Ça se choisit à deux pour que les deux adhèrent, si l'un oublie l'autre lui rappelle. Des fois les deux oublient....

Il existe des couples mariés où l'homme veut un enfant la femme non (pas prête pour être maman, le précédent est encore petit, fatiguée, des projets, ou tout simplement elle veut pas). Si l'homme fait un enfant dans le dos effectivement il sera reconnu mais le problème c'est que la mère n'en voulait pas et c'est elle qui supporte la grossesse, l'accouchement...

Je te cite : "les femmes ont le contrôle sur leurs corps, et peuvent terminer une grossesse non désirée ... chose que les hommes non pas. Mais ça c'est un autre débat.. Les anti/pro avortements divergeront. " oui c'est un autre débat. À la base la contraception c'est pour éviter la conception donc la rencontre des gamètes ou le développement de l'œuf.
Je rappelle que la pilule du lendemain est un moyen exceptionnel de contraception, elle ne doit pas être prise régulièrement. L'IVG pareil.
Citation
Sashiki a écrit:
Cet argument est uniquement valable pour les relations hors mariage. Quand on est marié, c'est quoi l'intérêt qu'un homme me fasse un enfant au dos ? Et de toute manière .. on est marié, donc l'enfant lui sera affilié et il devra l'assumer.

Sans oublier, que je peux tout à fait faire un enfant au dos de mon mari, la contraception féminine existe et elle est utilisée pour autant... ?
N
27 septembre 2017 08:25
Seule la technologie et la recherche scientifique trouverait une solution, peut être que les hommes et les femmes devront tous les deux utiliser des moyens de contraception ? Et peut être que les moyens futurs seront plus efficace et sans effets secondaires?


Citation
usernamepseudo a écrit:
Des hommes à qui leur partenaire leur a fait un enfant dans le dos sont nombreux, que ce soit leur épouse, leur copine depuis x années ou une copine de passage.

Jusqu'à présent s'ils ne veulent pas d'enfants ils ont deux options :
- 100% confiance en la sincérité de sa partenaire
- confiance minime vis-à-vis de sa partenaire donc préservatifs. (Nb : le préservatif peut aussi être utilisé dans un couple qui se fait 100% confiance comme méthode de contraception).

Comme je le disais dans mon commentaire précédant, on est pas à l'abri d'un oubli qu'on soit homme ou femme. Prenons l'exemple des injections, si l'homme oublie son rdv... Si c'était des pilules à prendre quotidiennement, l'oubli peut arriver.

L'opinion de l'homme et de la femme sont nécessaires quant au choix d'une contraception. Ça se choisit à deux pour que les deux adhèrent, si l'un oublie l'autre lui rappelle. Des fois les deux oublient....

Il existe des couples mariés où l'homme veut un enfant la femme non (pas prête pour être maman, le précédent est encore petit, fatiguée, des projets, ou tout simplement elle veut pas). Si l'homme fait un enfant dans le dos effectivement il sera reconnu mais le problème c'est que la mère n'en voulait pas et c'est elle qui supporte la grossesse, l'accouchement...

Je te cite : "les femmes ont le contrôle sur leurs corps, et peuvent terminer une grossesse non désirée ... chose que les hommes non pas. Mais ça c'est un autre débat.. Les anti/pro avortements divergeront. " oui c'est un autre débat. À la base la contraception c'est pour éviter la conception donc la rencontre des gamètes ou le développement de l'œuf.
Je rappelle que la pilule du lendemain est un moyen exceptionnel de contraception, elle ne doit pas être prise régulièrement. L'IVG pareil.
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
Facebook