Menu
Connexion Yabiladies Islam Radio Forum News
conflit familial
n
9 octobre 2005 22:13


Asalam ouhalaykoum mes freres et soeurs,




En fait ma mere et ma soeur sont en "conflit"depuis environ 7ans; pour etre plus precise elles ne se parlent plus depuis 7ans ,et ce malgré les nombreuses tentatives de la part de ma mere de renouer le contact avec elle;surtout pendant les periodes de l'aid.

En ce qui concerne ma soeur elle n'a jamais fait l'effort d'appeler a la maison pour prendre des nouvelles de mes parents et c'est pour cette raison ke mes freres et soeurs et moi avons decider nous aussi de rompre les liens avec elle.

Cette situation fait beaucoup souffrir ma mere et elle aimerait au moins savoir au niveau de la religion ce kelle doit faire par rapport a ma soeur.

Pouvez vous s'il vous plait apporter une reponse a la question de ma mere.

Ramadane moubarak said a tous


W
9 octobre 2005 22:23
Salam o Harleylum ,

Du poit de vue de la religion , je ne peut t'aider , mais petit conseil d'ami :

A mon avi ,tu doit tout voir du coté de ta mère du fait que tu vit avec elle , peut-être que ta soeur n'ose pas .
Tu sais j'avez aussi de la famille en conflit , mon frère refusé de sérer la main a mon cousin , et puis quand ma famille ( mon frère aussi ) est aller chez lui , tout ses bien passe , ils discutés tranquillement .
Peut-être que c'est a vous ( toi , tes frère , soeur et surtout ta mère ) de fair le prmier pas . Pour quoi ne pas débarquer chez elle comme si de rien n'était par ce qu'aussi non je ne vois aucune autre solution possible .

Si tu a peur que ca tourne mal , va toi dabord ( accompagné si tu veux ) chez elle , discute avec ta soeur , éxplique lui qu'elle vous manque et peut-être quelle accéptera de recevoir sa famille .

Snif , Snif , c'est beau la famille !
Salam o haleykum . Qu'halla vous garde...
n
9 octobre 2005 22:53
barak'allah ou fik pour ton conseil,mais je croi malheureusement ke ma soeur ne veut plus faire aucun effort vis-a-vis de ma famille;on lui a tendu la main plusieurs fois ke ce soit mes freres ou mes soeurs ainsi ke ma mere mais on a jamais eu de retour.

Alors en realité a l'heure d'aujourd'hui la kestion que l'on se pose c surtout par rapport a le religion.
Ke doit on faire vis a vis de dieu pour regler ce conflit.
Par ailleurs si on y refléchit bien souvent je me dis que c'est a elle de faire des efforts surtout vis a vis de mes parents mais Allah ou ahlem...

salem ou alaykoum
J
JD
9 octobre 2005 22:53
bonsoir nesrine45

je suis de l'avis de Wolf Dark
je ne suis pas musulman mais j'ai eu une éducation chrétienne et voici un extrait de la Bible qui peut peut être t'aider.

Evangile de Jesus Christ selon St matthieu
Mt 5:23- Quand donc tu présentes ton offrande à l'autel, si là tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi,
Mt 5:24- laisse là ton offrande, devant l'autel, et va d'abord te réconcilier avec ton frère ; puis reviens, et alors présente ton offrande.


cordialement
n
9 octobre 2005 23:00
Merci JD je crois que tu as parfaitement saisi le sens de ma question;qui se situe plus par raport a la religion que reelement essayer de renouer les liens avec ma soeur car je sais qu'elle n'a plus envie d'entendre parler de ma famille...

Qu'en est il alors de la religion musulmane?
existe -t -il des textes qui traitent de ce sujet dans le coran?

Aidez moi svp car je sais que ma mere souhaite une reponse a sa question ca lui tient enormement a coeur.


Y
10 octobre 2005 10:50
Chère sœur:

Le Prophète Salla Allahou Alaïhi wa Sallam a dit: "Il est interdit à un homme de rompe avec son frère plus de trois nuits. Ils se rencontrent mais celui-ci se détourne et l'autre se détourne. Le meilleur des deux est celui qui commence par le salam." (Boukhari)

Ce hadith noble énonce qu'il est interdit de rompre avec le musulman plus de trois jours. Ce verdict est général avec tout musulman.

Cependant si le musulman est un des proches, comme les frères ou les cousins, alors l'interdiction est plus importante, car c'est la rupture "d'Arrahim" ( des liens de parenté).

Or ALLAH dit: " Si vous vous détournez, ne risquez-vous pas de cerner la corruption sur terre et de rompre vos liens de parenté ?" (47/22)

Néanmoins la séparation peut être permise pour une durée supérieure - si c'est pour une raison légale - comme la rupture des pécheurs pour les prévenir de faire les péchés et les en empêcher.


La rupture est légale quand elle porte ses fruits. Elle est interdite quand elle va au-delà du motif pour lequel elle est advenue ou que celui avec qui on a rompu persiste dans son péché.


ALLAH Le Très Haut Sait mieux


Sourate 31 Luqman verset 14-15
Nous avons commandé à l'homme [la bienfaisance envers] ses père et mère; sa mère l'a porté [subissant pour lui] peine sur peine : son sevrage a lieu à deux ans." Sois reconnaissant envers Moi ainsi qu'envers tes parents. Vers Moi est la destination
Et si tous deux te forcent a M'associer ce dont tu n'as aucune connaissance, alors ne leur obéis pas; mais reste avec eux ici-bas de façon convenable. Et suis le sentier de celui qui se tourne vers Moi. Vers Moi, ensuite, est votre retour, et alors Je vous informerai de ce que vous faisiez[/color]

Sourat 2: La vache verset 83
Et [rappelle-toi], lorsque Nous avons pris l'engagement des enfants d'Israël de n'adorer que Dieu, de faire le bien envers les pères, les mères, les proches parents, les orphelins et les nécessiteux, d'avoir de bonnes paroles avec les gens; d'accomplir régulièrement la Salat et d'acquitter le Zakat ! - Mais à l'exception d'un petit nombre de vous, vous manquiez à vos engagements en vous détournant de Nos commandements



Ibné Abbas (radhia allâhou anhou) rapporte que le Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam) a dit (en ce sens): "L'enfant obéissant qui porte un regard de compassion sur ses parents obtiendra en échange de chaque regard porté la récompense d'un pèlerinage (Hadj) accepté." Les gens demandèrent: "Et s'il regarde ainsi ses parents cent fois par jour ?" Le Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam) répondit: "Oui, même s'il le fait en cent fois (il obtiendra cette récompense pour chaque regard.) Allah est Très Grand (c'est à dire que Son Trésor est illimité, et une telle récompense ne le diminuera en rien)."




Je t'invite également à lire ces articles et si tu peux les transmettre à ta soeur :


Le respect des parents.



Question: Que dit l'Islam sur le respect des parents ?



Réponse: Pour répondre à votre question, je vais faire une synthèse de ce que Moufi Cha'fi r.a. écrit dans son célèbre commentaire du Qour'aane ("Ma'arifoul Qour'aane"Winking smiley à ce sujet:

Le respect des parents est une notion fondamentale en Islam. C'est sur cette notion que repose la stabilité de la société entière. Un des principaux versets du Qour'aane qui fait allusion au type de relation qui doit unir les enfants aux parents au sein de la cellule familiale est la suivante:



"et ton Seigneur a décrété : "n'adorez que Lui; et (marquez) de la bonté envers les père et mère : si l'un d'eux ou tous deux doivent atteindre la vieillesse auprès de toi; alors ne leur dis point : "Fi ! " et ne les brusque pas, mais adresse-leur des paroles respectueuses, et par miséricorde abaisse pour eux l'aile de l'humilité; et dis : "Ô mon Seigneur, fais-leur; à tous deux; miséricorde comme ils m'ont élevé tout petit".

(Versets 23/ 24- Sourate 17)



Imâm Qourtoubi r.a en commentant ces versets écrit que, dans ce passage, Allah a rendu obligatoire la bonne conduite, le respect et la douceur à l'égard des parents, au même titre que l'est Son adoration. C'est ce qui ressort de la liaison faite entre ces deux devoirs. Dans un autre verset du Qour'aane, Il a lié l'obligation de se monter reconnaissant envers Lui à celui de se montrer reconnaissant envers les parents. Il dit:

"Sois reconnaissant envers Moi ainsi qu'envers tes parents" (Sourate 31 - Verset 14)

Ces deux passages montrent qu'après l'adoration de Dieu, l'obéissance aux parents est le devoir le plus important de l'homme. Cela est confirmé par un Hadith du Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam), qui dit en ce sens qu'une personne demanda à l'Envoyé d'Allah (sallallâhou alayhi wa sallam) : "Quelle est l'acte le plus apprécié par Allah ?" Le Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam) répondit: "D'accomplir la prière à son heure." La personne demanda encore: "Et ensuite, quelle est l'acte le plus apprécié ?". Le Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam) dit: "Le bon comportement envers les parents."

Avant de continuer avec le commentaire des premiers versets du Qour'aane cités, on va voir dans les lignes suivantes un certain nombre de Hadiths qui mentionnent les vertus qu'il y a rester au service de ses parents et à se montrer obéissance envers eux.

Aboud Dardâ (radhia allâhou anhou) rapporte que le Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam) a dit (en ce sens): "Le père est la porte intermédiaire du paradis. Maintenant tu as le choix: soit tu la protège ou soit tu la détruit."

(Mousnad Ahmad, Tirmidhi, Ibné Mâdja, Moustadrak Hâkim).



Abdoullah Ibné Oumar (radhia allâhou anhou) rapporte que le Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam) a dit (en ce sens): "Le contentement d'Allah se trouve dans le contentement du père, et le mécontentement d'Allah est lié au mécontentement du père." (Tirmidhi, Moustadrak Hâkim).



Ibné Abbas (radhia allâhou anhou) rapporte que le Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam) a dit (en ce sens): "L'enfant obéissant qui porte un regard de compassion sur ses parents obtiendra en échange de chaque regard porté la récompense d'un pèlerinage (Hadj) accepté." Les gens demandèrent: "Et s'il regarde ainsi ses parents cent fois par jour ?" Le Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam) répondit: "Oui, même s'il le fait en cent fois (il obtiendra cette récompense pour chaque regard.) Allah est Très Grand (c'est à dire que Son Trésor est illimité, et une telle récompense ne le diminuera en rien)."

(Bayhaqui)



Abou Bakra (radhia allâhou anhou) rapporte que le Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam) a dit (en ce sens): "Allah retarde le châtiment de tout péché pour celui qu'Il veut jusqu'au Jour Dernier, excepté celui de la désobéissance envers les parents. Le châtiment de péché est en effet infligé dans ce monde aussi , avant la vie future."



Il est à noter cependant que l'obéissance aux parents n'est due qu'en ce qui concerne les actes permis et licites. En effet, il y a unanimité des juristes sur le fait que si les parents ordonnent à l'enfant de faire quelque chose qui est interdite en Islam, il n'est pas permis de les obéir, et ce, en vertu de célèbre Hadith qui dit: "Pas d'obéissance envers une créature dans la désobéissance au Créateur."

Cheikh Achraf Ali Thanwi r.a. écrit, qu'il existe au total trois cas où il n'est pas nécessaire à l'enfant d'obéir aux parents.

1° Lorsque ceux-ci ordonnent à l'enfant de faire quelque chose qui est interdit en Islam.
2° Lorsqu'ils l'interdisent de pratiquer une obligation de l'Islam.
3° Lorsqu'ils l'empêchent de faire une chose qui est permise ou recommandée, et que l'enfant risque d'être confronté à de grandes difficultés s'il ne fait pas cette chose. Par exemple: une personne est pauvre, elle n'a aucune source de revenus et elle n'arrive pas à trouver un emploi dans la ville où elle habite; elle se voit donc contrainte à quitter sa ville pour trouver du travail ailleurs, afin d'améliorer ses conditions de vie. Si dans une telle situation ses parents l'empêchent de partir, il ne lui sera pas nécessaire de les obéir.

(Référence: "Ta'dîl Houqouq oul Wâlidayn"Winking smiley.

Cela ne signifie pas pour autant qu'on a le droit, dans ces cas de leur manquer de respect. Ne pas être obligé de les obéir est une chose, et leur manquer de respect en est une autre. Si la première est autorisée dans certains cas exceptionnels, la seconde ne l'est pas.

Il faut aussi savoir que le respect aux parents n'est pas dû seulement s'ils sont musulmans. Asmâ (radhia allâhou anha) demanda une fois au Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam) si elle avait le droit de bien agir envers sa mère qui était polythéiste et qui venait la visiter. Le Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam) lui dit: "Entretiens de bonnes relations avec ta mère." (Boukhâri). De même, le Qour'aane, faisant allusion au comportement que doit avoir l'enfant envers ses parents non-musulmans, dit:

"Et si tous deux (ton père et ta mère) te forcent a M'associer ce dont tu n'as aucune connaissance, alors ne leur obéis pas; mais reste avec eux ici-bas de façon convenable. " (Sourate 31 / Verset 15)

L'Islam enseigne aussi que l'on doit bien se comporter et d'entretenir de bonnes relations envers les proches et les amis des parents, plus particulièrement après que les parents aient quitté ce monde. Abdoulla Ibne Oumar (radhia allâhou anhou) rapporte que le Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam) a dit: "Une très bonne conduite envers son père consiste à bien se comporter envers ses amis après sa mort." (Boukhâri). Abou Ousayd Badri (radhia allâhou anhou) rapporte qu'une fois, alors qu'il était assis en compagnie du Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam) , un Ansâri (médinois) vint et demanda au Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam): "Ô Envoyé d'Allah ! Après le départ de mes parents de ce monde, leur reste-t-il encore des droits sur moi (dont je dois m'en acquitter) ?" Le Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam) dit en ce sens: " Oui ! Tu dois prier pour eux et demander le pardon en leur faveur, tu dois mener à terme les engagements qu'ils avaient contractés, tu dois (aussi) respecter leurs amis, tu dois bien entretenir les relations familiales avec les proches de tes parents (…) Ce sont là les droits des parents qui reposent sur toi après leur départ (de ce monde)."



Pour revenir maintenant au verset cité au début ("et ton Seigneur a décrété : "n'adorez que Lui; et (marquez) de la bonté envers les père et mère : si l'un d'eux ou tous deux doivent atteindre la vieillesse auprès de toi; alors ne leur dis point : "Fi ! " et ne les brusque pas, mais adresse-leur des paroles respectueuses, et par miséricorde abaisse pour eux l'aile de l'humilité; et dis : "Ô mon Seigneur, fais-leur; à tous deux; miséricorde comme ils m'ont élevé tout petit". ), il est à noter que dans ce passage, Allah insiste particulièrement sur la bonté envers les parents lorsque ceux-ci ont atteint la vieillesse. Cela ne signifie pas que l'on n'a pas à faire preuve de bonté envers eux à un autre moment de leur existence. A vrai dire, le style habituel du Qour'aane consiste à mettre plus d'emphase et à aborder sous des angles différents les aspects qui posent le plus de difficultés dans l'application d'un devoir, et ce, dans le but de former progressivement l'état d'esprit des gens qui ont à le pratiquer. On remarque ainsi que la vieillesse des parents est justement une période qui pose souvent problème aux enfants, et ce principalement pour deux raisons: D'un côté, à ce stade, les parents ont besoin de beaucoup de soins et d'attentions, et d'un autre côté, leur caractère devient tel, que souvent, ils formulent des demandes (très difficile à satisfaire), ils émettent des critiques ou ont des réactions que les enfants arrivent difficilement à supporter. C'est pour cette raison que le Qour'aane a particulièrement insisté sur le devoir de bonté envers les parents durant la vieillesse. Qui de plus est, dans ce genre de situation, alors que les parents ont particulièrement besoin du soutien de leurs enfants, le plus petit signe d'irritation ou d'inattention de la part de ces derniers devient extrêmement pénible à supporter pour eux. Pour aider l'homme dans ce devoir, le Qour'aane lui a donc rappelé sa propre enfance, période durant laquelle il avait plus besoin de ses parents qu'eux ont besoin de lui aujourd'hui. Pourtant, à ce moment, ses parents n'ont pas hésité à sacrifier leur repos et leurs désirs personnels pour son bien être, et ils ont accueilli les bêtises qu'il faisait ainsi que ses sautes d'humeur avec amour , affection et tendresse. La moindre des choses serait donc de leur rendre la pareille à son tour, maintenant qu'ils sont dans le besoin. C'est justement vers cela que le Qour'aane fait allusion en enseignant cette invocation: "Ô mon Seigneur, fais-leur; à tous deux; miséricorde comme ils m'ont élevé tout petit". Enfin, la formule suivante qui est employée " et par miséricorde abaisse pour eux l'aile de l'humilité" a pour objet de bien montrer que l'humilité envers les parents doit être motivé uniquement par de la miséricorde et de la sincérité, et ne doit pas être fait par ostentation, afin de bien se faire passer aux yeux des gens.



Et Allah Seul détient la Vérité !



Patel M.

source : [www.muslimfr.com]





Autre article :

Ce qui fonde l'attitude du croyant
Le musulman est convaincu des droits des parents sur leur enfant. Ce dernier leur doit égards, obéissance et bonté. Non parce qu'ils lui ont donné le jour, ou en contrepartie des bienfaits reçus, mais parce que Dieu le Très Haut a prescrit de leur obéir et de les bien traiter. Il a rendu solidaire leur obéissance et son propre droit a être adoré seul et sans associé.
"[...] Dieu a prescrit de leur obéir et de les bien traiter."


Il dit:

Ton Seigneur a ordonné de n'adorer que Lui.
Il a prescrit d'être bon envers ses père et mère.
Soit que l'un d'eux ait atteint la vieillesse, ou que tous deux y soient parvenus, étant à ta charge,
garde-toi de marquer la moindre répulsion à leur égard ou de leur manquer de respect.
Parle-leur toujours affectueusement.
Fais preuve, à leur égard, d'humilité pour leur témoigner ta tendresse
et dis: Seigneur ! Aie pitié d'eux comme ils l'ont été pour moi, lorsqu'ils m'élevèrent tout petit.

(Coran, Sourate 17 - Le Voyage Nocturne, verset 23)


Il dit également :

Nous avons expressément recommandé à l'homme ses père et mère;
sa mère s'étant doublement exténuée,
le portant puis le mettant au monde;
Son sevrage n'ayant lieu qu'au bout de deux ans.
Sois reconnaissant, lui fut-il prescrit, autant envers Moi qu'envers tes père et mère. C'est vers Moi que vous serez ramenés.

(Coran, Sourate 31 - Loqman, verset 14)


L'attitude du croyant envers ses parents [retourner au sommaire]
Un homme demande au Prophète Mohammed () :
"qui dois-je mieux traiter ?"
Le Prophète lui répondit : "C'est ta mère !"
"Et ensuite ?", dit l'homme.
"C'est ta mère" fit le Prophète ()
"Et puis ?", dit l'homme.
"C'est ta mère", répondit le Prophète
"Et ensuite ?", continua l'homme.
"C'est ton père", finit par dire le Messager de Dieu.
Le Prophète dit aussi :

"Dieu vous interdit de désobéir à vos mères, de demander aux gens, ce que vous refusez de leur donner, d'enterrer les filles vivantes, de rapporter toutes sortes de propos, de poser trop de questions et de dilapider votre fortune."
"Voulez-vous que je vous indique les plus graves péchés ?" dit le Prophète.
"Volontiers", dirent les compagnons :
"C'est attribuer un associé à Allah et désobéir à ses parents", dit le Prophète ().
Comme il était accoudé il se redressa subitement et ajouta : "Gare au faux témoignage ! Gare au faux témoignage !... ...", et il le répéta tellement qu'Abou Bakr s'écria « Plût à Dieu qu'il se tût ! »
"Aucun enfant ne peut rendre la pareille à ses parents à moins qu'il ne les retrouve en état d'esclavage et qu'il ne les rachète pour les affranchir."
"J'ai demandé au Prophète ()", dit Abdallah ben Messaoud, "quelle est l'oeuvre la plus méritoire aux yeux de Dieu ?"
"C'est le bon comportement envers le père et la mère", dit-il.
"Et après ?", dit Abdallah.
"La guerre sainte", dit le prophète ().
A ce moment, un homme vint lui demander la permission de s'enrôler dans la guerre sainte.
"Tes parents sont-ils vivants ?" lui demanda-t-il
"Oui !", répondit l'homme.
"Alors l'effort que tu vas fournir à la guerre, réserve-le pour eux", dit le Prophète ().
Après la mort des parents :

Un « Ançarite » vint trouver le Prophète () et lui dit :

"Après la mort de mes parents, suis-encore redevable envers eux ?"
"Oui", dit le Prophète (), et il ajouta :
"il te reste quatre devoirs à accomplir : prier pour eux, demander à Dieu de leur pardonner, accomplir leurs engagements et bien traiter leurs amis et les parents de leur lignée. Voilà ce qui te reste à faire après leur mort."

Il dit encore :


"Le meilleur acte qu'un fils puisse réaliser, pour plaire à son père après sa mort, est de continuer à être en bonne relation avec les amis de son père !"
Ces droits étant reconnus par le fils et accomplis dans le but de plaire à Dieu, le musulman doit encore obéir aux ordres de ses parents et s'abstenir de faire ce qui leur déplait.


La limite de l'obéissance aux parents [retourner au sommaire]

Cette obéissance n'est autorisée que si elle n'est pas en contradiction avec la loi de Dieu. Dans ce cas aucune obéissance n'est admise à qui que ce soit.

Dieu dit :

Si tes Parents te contraignent à m'associer ce dont tu n'as nulle connaissance, alors ne leur obéis pas. Veille pourtant, à observer avec eux, ici-bas, des rapports convenables.

(Coran, sourate 31 - Loqman, verset 15)

Le Prophète () dit aussi :

"L'obéissance n'est admise qu'en ce qui est convenable."
"Point d'obéissance quand il y a offense à Dieu."

Les bienfaits du croyant envers ses parents [retourner au sommaire]

Il faut témoigner du respect et de la considération à ses parents, s'humilier devant eux , leur adresser de douces paroles, les bien traiter, ne jamais les rudoyer, ni leur préférer ni épouse ni enfant, ne pas les appeler par leur noms, mais plutôt par « père » et « mère », ne point entreprendre de voyage sans leur consentement.
Leur procurer toutes sortes de biens possibles, tels que nourriture, vêtements, soins médicaux.
Les protéger contre tout mal et se sacrifier pour eux.
Avoir bon rapport avec les parents de leur lignée, prier pour eux, demander à Dieu de leur pardonner, exécuter leurs engagements et honorer leurs amis.


source : [www.fleurislam.net]
n
10 octobre 2005 15:10
chere Yasmine3,


je ne sais comment te remercier pour tous ces elements de reponse,Allah ikater khirek ma soeur.

Tu m'as enormement eclairé sur nos obligations vis-a-vis des parents, cependant dans le probleme que j'ai exposé, ma question était surtout de savoir quelles sont les obligations de ma mere envers ma soeur:
En cas de litige entre parents et enfants quelle attitude les PARENTS doivent ils adopter envers leurs enfants?
Existe-t-il des textes dans le Coran qui traitent de ce sujet?

ALLAH I AOUNKOUM KAMLINE



k
10 octobre 2005 22:02
mais déja tu nous a pas dit pourquoi ta soeur refuse de parler a ta mere
Tu nous a aussi di que tes frere et toi avaient rompu les liens avec elle, si elle veut bien continuer a communiquer avec vous alors raporte lui se qu'a dit Yasmine et fais tout pour essayer de rétablir le dialogue
Si après ça elle refuse toujours et encore alors dsl je ne connais pas de verset ou d'hadite pour t'aider
Y
11 octobre 2005 10:16

Salam nesrine45,

Comme on ne connaît pas le contexte du conflit, je t'invite à lire une fatwa sur le pardon et peut-être à poser ta question sur un des deux sites suivantes :
[www.islamweb.net]
[www.madressa-online.com]?

inchallah, je pense que l'on te répondra.

Voici la fatwa dont je te parle :

Numéro de la Fetwa : 42665
Titre De La Fetwa : Pardonner
Date de la Fetwa : 04 Jamada El Thaniah 1423

Question
Quelle est la récompense de celui qui pardonne, même s'il n'a rien fait de mal ?

Fetwa

Louange à ALLAH et Paix et Salut sur Son Prophète. Chère sœur: Il se peut que vous questionniez à propos de la personne qui pardonne à celui qui l'a lésée, sans qu'elle réplique par un autre préjudice. Si le fait est ainsi, alors cette personne a procédé de la plus belle manière et a emprunté la bonne voie dont ALLAH a assuré celui qui la suit d'acquérir l'honneur en ce bas monde et la grande récompense dans l'Au-delà ! Le Prophète Salla Allahou Alaïhi wa Sallam a dit: " Je jure pour trois choses: L'aumône légale ne décroît aucunement l'argent, celui qui a été opprimé puis il a enduré cette injustice, alors ALLAH le comblera d'honneur et l'homme qui ouvre une porte de supplication, alors ALLAH lui ouvre une porte de dénuement. " (Sounane) ALLAH dit: " Mais quiconque pardonne et réforme, son salaire (récompense) incombe à ALLAH. ALLAH n'aime pas les injustes. " (42/40) ALLAH dit aussi: " Le désistement (pardon) est plus proche de la piété. " (2/237) Le musulman a le plein droit de se défendre ou de se venger de celui qui l'a agressé. Cependant pardonner au transgresseur est un niveau plus élevé que cela et rares les gens qui y parviennent. ALLAH dit: " La sanction d'une mauvaise action est une mauvaise action (une peine) identique. Mais qui quiconque pardonne et réforme, son salaire (récompense) incombe à ALLAH. Il n'aime pas les injustes ! Quant à ceux qui ripostent après avoir été lésés,... ceux-là pas de voie (recours légal) contre eux. Il n'y a de voie (de recours) que contre ceux qui lèsent les gens et commettent des abus, contrairement au droit, sur la terre: ceux-là auront un châtiment douloureux. Et celui qui endure et pardonne, cela en vérité, fait partie des bonnes dispositions et de la résolution dans les affaires. " (42 / 40,41et42) ALLAH dit en s'adressant au Prophète Salla Allahou Alaïhi wa Sallam et à toute la nation: " Accepte ce qu'on t'offre de raisonnable ( le bon comportement dans les relations sociales), commande ce qui est convenable et éloigne-toi des ignorants. " (7/199) En résumé: Le musulman qui pardonne et ne repousse pas la faute par une autre, alors sa récompense incombe à ALLAH et quelle récompense alors ! ALLAH Le Très Haut Sait mieux

Moufti: Le centre de la fetwa est présidé par D. Abdallah Al Fakih
Source : [www.islamweb.net]


en espérant que vous vous rapprocherez pendant le mois de ramadan, qui est un mois de pardon.


n
11 octobre 2005 20:52
une fois de plus barak'Allah ou fik ya oukhti Yasmine pour ta precieuse aide.
Inch'allah je vais consulter les sites que tu as cité, en asperant obtenir une reponse a ma question.

Tu as raison je pense que je vais profiter de ce mois sacré pour essayer de recontacter ma soeur...


Allah i hafdek Yasmine
 
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
Facebook