Menu
Connexion Rencontres Yabiladies Islam Vidéos Forum News
Cohn-Bendit regrette l'«ancien Erdogan»
AyseDeCharleroi [ MP ]
30 octobre 2013 18:30
Par Selçuk Gültaşlı | mer, 30/10/2013 - 11:43

Mots clés : Daniel Cohn-Bendit, Recep Tayyip Erdogan, Turquie, Les Verts, Parlement européen, UE, adhesion de la Turquie a l'UE, International

Version imprimable


Daniel Cohn-Bendit, coprésident du groupe Verts/ALE au Parlement européen et figure emblématique des mouvements de mai 1968 en France, a affirmé qu'il regrettait l'«ancien Erdogan», qui a tant fait pour la Turquie au début des années 2000. Dans un entretien avec Zaman, l'homme politique de 68 ans n'a pas mâché ses mots lorsqu'il a parlé du Premier ministre turc. Il a critiqué les dirigeants européens qui bloquent régulièrement les pourparlers quant à la candidature de la Turquie à l'Union européenne, à laquelle il est favorable. «De nombreux pays ne veulent pas d'un membre à majorité musulmane. C'est aussi simple que cela», a déclaré Cohn-Bendit avant d'ajouter que de nombreux pays européens préféreraient que la Turquie obtienne un statut de partenaire privilégié et non pas de membre à part entière.

«Le Erdogan d'aujourd'hui n'est pas celui de 2005»

Cohn-Bendit a affirmé sa sympathie pour l'«ancien Erdogan», qui s'est battu contre le fondamentalisme kémaliste. Pour lui, il existe au moins deux ou trois «Erdogan». «Le Erdogan d'aujourd'hui n'est pas celui de 2005, quand les pourparlers de la candidature turque à l'UE ont commencé», a-t-il déclaré, reconnaissant les mesures positives que le Premier ministre a entreprises pour la Turquie. Il s'est néanmoins déclaré contre le «nouvel Erdogan» et sa politique. Cohn-Bendit a souligné qu'il comprenait la déception d'Erdogan vis-à-vis des dirigeants européens. «Je comprends la frustration des Turcs car certains pays européens ne sont pas décidés sur la candidature de la Turquie. Mais Erdogan est également indécis et a d'autres visions stratégiques. Il souhaite entretenir une relation économique avec l'Europe mais ne veut plus s'intégrer politiquement. Je pense qu'Erdogan veut être une superpuissance régionale et ne souhaite pas s'attarder sur la question de l'UE».
coldman [ MP ]
31 octobre 2013 03:21
il n'y a qu'un erdogan. c'est un islamiste pret à toutes les veuleries pour arriver à ses fins.
les libéraux nous avaient vendu ce beau démocrate. il fallait saluer son travail à la tête de la turquie.
depuis, il a montré son vrai visage de religieux autoritaire.
vous voulez les misérables secourus, je veux la misère abolie.
AyseDeCharleroi [ MP ]
31 octobre 2013 13:03
Citation
coldman a écrit:
il n'y a qu'un erdogan. c'est un islamiste pret à toutes les veuleries pour arriver à ses fins.
les libéraux nous avaient vendu ce beau démocrate. il fallait saluer son travail à la tête de la turquie.
depuis, il a montré son vrai visage de religieux autoritaire.

wep wep,
La Turquie pour suit son chemin imperturbable

Turquie
Indicateurs économiques
--------------------------------------------------------------------------------

Produit intérieur brut (parité nominale) 1 046 milliards $ (2012)( OCDE )[1]
Produit intérieur brut en PPA 1 125,4 milliards $ (2012)[1]
Rang pour le PIB en PPA 15e
Croissance du PIB
9,0 % (2010)[2],[3]
8,5 % (2011)[4]
2.2% (2012)
3.0% (T1 2013) 4.4% (T2 2013)

PIB par habitant en PPA 14 600 $ (2012)
PIB par secteur agriculture : 8,5 % ; industrie : 28,6 %; services : 62,9 % (2008)
Inflation (IPC) 6,16 % (2012)
Pop. sous le seuil de pauvreté
18 % (2010)
16,9 % (2011)
12,5 % (2012)
9,9 % (2013 est.)
coldman [ MP ]
31 octobre 2013 15:41
Si nous nous contentons d’une analyse superficielle qui englobe l’intégralité du pays en ignorant les Turcs dans leur individualité, M. Erdogan pourrait aisément passer pour un champion du capitalisme moderne. En suivant à la lettre les recommandations du Fonds monétaire international, le président turc a sorti son pays de la crise dans laquelle la Turquie était engluée jusqu’en 2001. En dix ans à peine, son PIB a triplé en valeur et ses exportations ont décuplé. Les infrastructures rivalisent quant à elles avec ce qu’on peut trouver sur la rive nord de la Méditerranée.

Le pays connaissait depuis dans une certaine euphorie. Aux environs de 2040, d’après les prévisionnistes de Goldman Sachs, Ankara ne devait-elle pas dépasser Paris en termes de PIB et se hisser au neuvième rang mondial ? Nageant à contre-courant, de rares observateurs avaient cependant fait remarquer que le fossé ne cessait de se creuser entre les classes sociales les plus aisées et les autres. Dans le barème établi périodiquement par l’OCDE pour mesurer l’inégalité des revenus au sein de ses 34 membres, la Turquie occupe ainsi sans surprise une peu glorieuse troisième place. L’institut turc de la statistique tirait d’ailleurs la sonnette d’alarme quelques mois en arrière : la moitié de la population percevait un salaire inférieur à 230 $ mensuels (données 2008). Quant aux 20 % des ménages les plus riches, ils gagnent huit fois plus (25.894 $ par an) que les 20 % les plus pauvres (3.179 $). Pis, 16 % de la population vivaient en 2011 sous le seuil de pauvreté. Allez parler à ces gens-là de parler de miracle économique…

Mais ce n’est pourtant pas tout. La Turquie occupe un pitoyable 90ème rang dans l’indice de développement humain développé par les Nations-Unies. Rien d’étonnant quand son sait que c’est l’un des pays où les enfants qui travaillent ont le plus gros volume horaire, soit 51 heures par semaine (la Turquie n’occupe que le 132ème rang mondial en matière d’alphabétisation). La seizième économie du monde n’est manifestement pas prête à tenir tête en matière de qualité de vie à des pays comme la Roumanie, l’Albanie, le Costa Rica, le Liban ou Palau.

Ce n’est pas tout. Obéissant à des objectifs à courte vue, la Turquie n’a quasiment pas porté attention à la qualité de son aménagement urbain. Istanbul, littéralement envahie par les hôtels de luxe, des gratte-ciels déprimants et des dizaines de centres commerciaux, en est un bien triste exemple. La capitale turque est devenue la ville européenne avec le plus faible pourcentage d’espace vert. Le dernier espace bucolique du centre-ville était justement le parc Gezi, un des rares lieux de détente et de sociabilisation entre les habitants. Ces derniers ont tenté de le défendre face à la fureur destructrice des bulldozers. Les arbres doivent disparaître pour laisser la place à la reconstruction d’une ancienne caserne qui avait été démolie en 1940. Depuis quelques jours, les manifestations représentent la cristallisation d’un certain ressentiment social, d’une frustration, face à un gouvernement qui utilise des méthodes de plus en plus autoritaires, voire liberticides. Les raisons de se révolter ne manquent pas. Les gens n’ont plus peur.
vous voulez les misérables secourus, je veux la misère abolie.
srnit [ MP ]
31 octobre 2013 16:37
Je ne vois pas l'intérêt pour la Turquie d'intégrer l'Europe
fwine [ MP ]
31 octobre 2013 17:08
Encore un coup des sionistes... Sad Smiley
Hamza [ MP ]
31 octobre 2013 20:24
Erdogan est avant tout un grand chef d'état à la tête d une grand puissance militaire et économique , pilier de l OTAn et qui a défendu l'europe contre la dictature communiste .

C'est aussi un chef d état qui ne veut la dignité pour son pays, et qui défend ses intérêts avant tout.

Quand on voie comment l UE traite la Grèce, on ne fait que comprendre que Erdogan ne veuillent pas vendre son âme pour une hy^pothétique appartenance à une espace économique qui se cherche , mais qui surtout à créer plusieurs sous classes d'adhérents . L UE qui humilie régulièrement les pays de l europe de l Est mis souvent à l index: Roumanie, pologne , bulgarie etc..

Au contraire , Erdogan et ses conseillers sont une élite clairvoyante qui voit très loin . le potentiel de croissance, les capitaux, les marchés naturels de la Turquie sont à l Est : au proche et au moyen orien, en asie centrale, en Russie, en extrême orient. Si l europe veut seulement un partenaire associé qui consomme ses produits et ne lui achète rien, mieux vaut les laisser tomber .

la turquie via les règles de l OMC n a pas besoin d un accord d association spécifique.

Bravo erdogan, nous sommes fier de toi et du musulman que tu es .



Citation
coldman a écrit:
il n'y a qu'un erdogan. c'est un islamiste pret à toutes les veuleries pour arriver à ses fins.
les libéraux nous avaient vendu ce beau démocrate. il fallait saluer son travail à la tête de la turquie.
depuis, il a montré son vrai visage de religieux autoritaire.
coldman [ MP ]
31 octobre 2013 20:58
Citation
Hamza a écrit:
Erdogan est avant tout un grand chef d'état à la tête d une grand puissance militaire et économique , pilier de l OTAn et qui a défendu l'europe contre la dictature communiste .

C'est aussi un chef d état qui ne veut la dignité pour son pays, et qui défend ses intérêts avant tout.

Quand on voie comment l UE traite la Grèce, on ne fait que comprendre que Erdogan ne veuillent pas vendre son âme pour une hy^pothétique appartenance à une espace économique qui se cherche , mais qui surtout à créer plusieurs sous classes d'adhérents . L UE qui humilie régulièrement les pays de l europe de l Est mis souvent à l index: Roumanie, pologne , bulgarie etc..

Au contraire , Erdogan et ses conseillers sont une élite clairvoyante qui voit très loin . le potentiel de croissance, les capitaux, les marchés naturels de la Turquie sont à l Est : au proche et au moyen orien, en asie centrale, en Russie, en extrême orient. Si l europe veut seulement un partenaire associé qui consomme ses produits et ne lui achète rien, mieux vaut les laisser tomber .

la turquie via les règles de l OMC n a pas besoin d un accord d association spécifique.

Bravo erdogan, nous sommes fier de toi et du musulman que tu es .




oui mais moi, je suis pas musulman. je donnais donc l'avis d'un koufar qui ne se laisse pas enfumer par les belles déclarations. Grinning smiley
c'est un hypocrite qui laisse les mains libres à la mafia de la prostitution à chypre, vend ses travailleurs au plus offrant, bride les syndicats, aplique à la laettre les potions du fmi, envoie ne taule les journalistes etc......
si vraiment c'es tle meilleur dirigeant musulman, qu'est ce donc que le plus mauvais................
vous voulez les misérables secourus, je veux la misère abolie.
Hamza [ MP ]
31 octobre 2013 22:24
Colman,

ca ne m étonne pas de toi Ô mécréant Grinning smiley


Erdogan a fait ganer 10 place à son économie en 10 ans . Chapion du monde en la matière Erdogan. Il a sorti des millions de gens du chomage et de la misère et le pays innove , s industrialise et les produits turcs sont aujourd hui synonyme de qualité . bravo Erdogan !



Citation
coldman a écrit:
Citation
Hamza a écrit:
Erdogan est avant tout un grand chef d'état à la tête d une grand puissance militaire et économique , pilier de l OTAn et qui a défendu l'europe contre la dictature communiste .

C'est aussi un chef d état qui ne veut la dignité pour son pays, et qui défend ses intérêts avant tout.

Quand on voie comment l UE traite la Grèce, on ne fait que comprendre que Erdogan ne veuillent pas vendre son âme pour une hy^pothétique appartenance à une espace économique qui se cherche , mais qui surtout à créer plusieurs sous classes d'adhérents . L UE qui humilie régulièrement les pays de l europe de l Est mis souvent à l index: Roumanie, pologne , bulgarie etc..

Au contraire , Erdogan et ses conseillers sont une élite clairvoyante qui voit très loin . le potentiel de croissance, les capitaux, les marchés naturels de la Turquie sont à l Est : au proche et au moyen orien, en asie centrale, en Russie, en extrême orient. Si l europe veut seulement un partenaire associé qui consomme ses produits et ne lui achète rien, mieux vaut les laisser tomber .

la turquie via les règles de l OMC n a pas besoin d un accord d association spécifique.

Bravo erdogan, nous sommes fier de toi et du musulman que tu es .




oui mais moi, je suis pas musulman. je donnais donc l'avis d'un koufar qui ne se laisse pas enfumer par les belles déclarations. Grinning smiley
c'est un hypocrite qui laisse les mains libres à la mafia de la prostitution à chypre, vend ses travailleurs au plus offrant, bride les syndicats, aplique à la laettre les potions du fmi, envoie ne taule les journalistes etc......
si vraiment c'es tle meilleur dirigeant musulman, qu'est ce donc que le plus mauvais................
 
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
Facebook