Menu
Connexion Rencontres Yabiladies Islam Vidéos Forum News
C'est quoi pour vous réussir professionnellement?
Crease [ MP ]
7 août 2013 23:27
Salam

J'entends souvent cette phrase "Il/elle a réussi" Cool

Ca signifie quoi pour vous?

Mabrouk l3aid Smiling Smiley
islammuslimia [ MP ]
7 août 2013 23:48
salam
chacun sa définition sa peut par exemple avoir un travail stable, qui gagne bien, s'offre des trucs! tu vois lol?
Nabuchodonosor 2 [ MP ]
7 août 2013 23:51
Un beau sujet de dissertation...
aeiou [ MP ]
8 août 2013 00:04
Dans le titre du fil, la question est centrée sur le domaine professionnel.

J'en conclus donc que c'est réussir à connaître et maîtriser la discipline, les objectifs, méthodes et moyens d'abord. Donc être reconnu comme étant un PRO en la matière.
La_KABYLE_de_Yabi [ MP ]
8 août 2013 02:19
Salam ,

Selon moi réussir professionnellement c'est excercer un metier que l'on aime , qui nous correspond , a travers lequel on s'épanouit et surtout qui nous donne envie de se lever a 6h00 du matin.
Elula [ MP ]
8 août 2013 12:31
réussir professionnellement c'est le résultat final d'un parcours de vie
la personne voit son bilan si il est positif ou négatif
cela est valable aussi pour sa vie sociale et familial
quand ça va bien en général tout va bien



Modifié 1 fois. Dernière modification le 08/08/13 12:37 par elula.
Crease [ MP ]
10 août 2013 22:02
Merci pour vos réponses!
Nabuchodonosor 2 [ MP ]
11 août 2013 02:37
Citation
Crease a écrit:
Merci pour vos réponses!


Oh mais que tu es modeste! Tu te contentes de ce tout petit nombre de réponses, même de la mienne avec juste 5 mots...

Bon aller, je me lance. Humm. Humm. Humm.

La réussite est un mot à connotation positive. D'une part, elle exprime le succès et procure bonheur et satisfaction. Elle est synonyme de réalisation, de triomphe et de victoire. Dans le cas qui nous concerne, la réussite peut être un gage de prospérité. En effet, réussir professionnellement conduit souvent à une situation stable et garantie une source de revenus régulière, voire permanente. D'autre part, cela confère un sentiment de sécurité. Car compte tenu de la conjoncture économique actuelle, la stabilité dans l'emploi est une notion aujourd'hui compromise. En témoignent les épisodes de crise économique que nous connaissons à l'échelle mondiale. Ce sentiment de sécurité contribue à l'équilibre psychologique de l'individu et lui apporte paix et sérénité. La réussite permet dans ce sens de construire, par exemple, une vie sociale et familiale et de s'épanouir dans son domaine professionnel. Enfin, la réussite permet d’avoir confiance en soi, elle aide à forger sa personnalité et à s’affirmer sur les plans individuel et social autant qu'elle est un signe de reconnaissance aux yeux des autres.

Mais la réussite professionnelle n’est pas corollaire de l’imprévu. C’est un cheminement qui découle d’un long travail, souvent fastidieux et nécessite parfois de faire des sacrifices. Car bien qu’implicite, la réussite s’inscrit dans la notion de projet. Qu’il soit un projet de vie, social, ou professionnel, le projet est une condition indispensable pour réussir. L’organisation de notre société, et de toute société moderne, contraint chaque individu d’accomplir des études. Cela même, en dépit du niveau social, fût-il privilégié pour certains. L’instruction obligatoire est inscrite dans de nombreuses lois étatiques et rares sont ceux qui échappent à ce système. Il convient donc, pour être reconnu dans ce type d’organisation sociale de faire des études au moins jusqu’à l’âge légal qui, en France, est fixé à 18 ans. Le projet professionnel, on le voit, est bien souvent lié aux études accomplies et sa construction commence en générale dès les études secondaires. Mais la pression des exigences sociales et académiques est telle que le projet n’est pas une entreprise simple à réaliser. En effet, on sait que la diversité des filières peut être perçue comme une contrainte et, de fait, elle constitue un frein quant à la décision du choix du métier désiré. On sait aussi que le projet dépend indubitablement du choix du métier et de la profession que l’on souhaite exercer. L’hésitation dans le choix des filières est une conséquence du retard du choix du métier. De surcroît, le projet professionnel s’en trouve retardé à son tour.

Néanmoins, cette démarche, longue et complexe, participe à la construction de la personnalité et aide ainsi à l’élaboration et à la consolidation d’un projet concret et réalisable. La démarche de projet est une notion explicite liée à l’organisation de la société dont l’ancrage dans les mentalités reste toutefois implicite. Ainsi, la réussite professionnelle, lorsqu’elle a lieu, procure un sentiment de satisfaction personnelle compte tenu des conséquences positives qui en découlent et ouvre la voie vers la réalisation d’autres projets, nés du simple désir initial et naturel de réussir.


Juste une ébauche... à développer et à illustrer...
Jisipa [ MP ]
11 août 2013 07:24
Citation
LA-Kabyle-de-Yabi a écrit:
Salam ,

Selon moi réussir professionnellement c'est excercer un metier que l'on aime , qui nous correspond , a travers lequel on s'épanouit et surtout qui nous donne envie de se lever a 6h00 du matin.


thumbs up
nessouu [ MP ]
12 août 2013 08:56
salam

pour moi c'est un metier qu'on a voulu faire , que tout les matin on se lèvent pour faire le metier qu on aime
Sha-Sha [ MP ]
12 août 2013 11:51
Citation
LA-Kabyle-de-Yabi a écrit:
Salam ,

Selon moi réussir professionnellement c'est excercer un metier que l'on aime , qui nous correspond , a travers lequel on s'épanouit et surtout qui nous donne envie de se lever a 6h00 du matin.

salem

exactement ca pour moi la définition de la réussite thumbs up
cirielle [ MP ]
12 août 2013 13:52
je suis trés paragmatique quand la paie tombe et qu'on se dit hamdoullah .
[b]Spider-Cochon, Spider-Cochon, il sait monter au plafond! Est-ce qu'il peut faire une toile? Bien sur que non, c'est un cochon![/b]
rosalinda89 [ MP ]
13 août 2013 10:08
la reussite professionelle est le résultat de nos sacifices et de notre volonté, il faut d'aord etre interréssé et passioné par ce que l'on fait c'est ce qui nous entraine a se surpasser et évolué une fois nos objectifs atteint on peut dresser le bilan de notre vie pro
Camelia- [ MP ]
13 août 2013 10:22
Je trouve que Sanhaja-Upon-Thames a apporté une réponse relativement complète à la question. J'ajoureterais que la réussite peut être perçue sous différents aspects : la réussite selon qu'elle est perçue par les autres, la société ou par soi même répond à différents critères. Pour la société, la réussite répond plutôt à des critères d'ordre objectif comme le niveau hiérarchique, la conséquence du salaire et les avantages tirés de l'exercice de cette profession.
Au niveau personnel, on aurait plus tendance à prendre en considération son parcours personnel, les aléas auxquels on a du faire face pour accéder à ce statut. Ainsi, une personne issue d'un milieu modeste aura l'impression d'avoir "réussi" en accédant au statut de cadre par exemple, ou même en accédant seulement à une profession administrative lorsque ses propres parents exercaient un métier manuel. Je qualifierais cette réussite de relative car elle dépend du parcours personnel de chacun. L'impression d'avoir accéder à un statut socialement et hiérarchiquement supérieur procure ce sentiment de réussite et de satisfaction.
Soukahras-dz [ MP ]
13 août 2013 11:03
Citation
Camelia- a écrit:
Je trouve que Sanhaja-Upon-Thames a apporté une réponse relativement complète à la question. J'ajoureterais que la réussite peut être perçue sous différents aspects : la réussite selon qu'elle est perçue par les autres, la société ou par soi même répond à différents critères. Pour la société, la réussite répond plutôt à des critères d'ordre objectif comme le niveau hiérarchique, la conséquence du salaire et les avantages tirés de l'exercice de cette profession.
Au niveau personnel, on aurait plus tendance à prendre en considération son parcours personnel, les aléas auxquels on a du faire face pour accéder à ce statut. Ainsi, une personne issue d'un milieu modeste aura l'impression d'avoir "réussi" en accédant au statut de cadre par exemple, ou même en accédant seulement à une profession administrative lorsque ses propres parents exercaient un métier manuel. Je qualifierais cette réussite de relative car elle dépend du parcours personnel de chacun. L'impression d'avoir accéder à un statut socialement et hiérarchiquement supérieur procure ce sentiment de réussite et de satisfaction.

J'ai fais le même constat que toi. Les maghrébins de manière générale, femmes et hommes confondus sont le plus sujets à faire ostentation de leur pseudo réussite ou de leur diplômes. Ca frise le ridicule quand l'ostentation est faite de manière insistante et quand les personnes font étalage de leur pseudo richesse dans un contexte inapproprié. Un peu comme celui qui se ramène en costume Prada pour un simple entretien d'embauche ou qui achète une Golf qui a 200 000 Km uniquement parce qu'elle est de marque allemande et en parle à tout le monde, même à ceux qui n'ont rien demandé.

Il y a ceux qui ont peur que cette réussite soit éphémère ou leur échappe et ont tendance à ne pas dépenser par peur de manquer.

Il y a les bons vivants et gravissent les échelons en s'expatriant aux Emirats. Ils roulent en grosse caisse mais n'en font pas trois tonnes pour autant. Ils ont l'habitude de l'argent.



Modifié 1 fois. Dernière modification le 13/08/13 11:07 par Soukahras-dz.
Camelia- [ MP ]
13 août 2013 11:52
Citation
Soukahras-dz a écrit:
J'ai fais le même constat que toi. Les maghrébins de manière générale, femmes et hommes confondus sont le plus sujets à faire ostentation de leur pseudo réussite ou de leur diplômes. Ca frise le ridicule quand l'ostentation est faite de manière insistante et quand les personnes font étalage de leur pseudo richesse dans un contexte inapproprié. Un peu comme celui qui se ramène en costume Prada pour un simple entretien d'embauche ou qui achète une Golf qui a 200 000 Km uniquement parce qu'elle est de marque allemande et en parle à tout le monde, même à ceux qui n'ont rien demandé.

Il y a ceux qui ont peur que cette réussite soit éphémère ou leur échappe et ont tendance à ne pas dépenser par peur de manquer.

Il y a les bons vivants et gravissent les échelons en s'expatriant aux Emirats. Ils roulent en grosse caisse mais n'en font pas trois tonnes pour autant. Ils ont l'habitude de l'argent.

Je pense que cette propension à afficher des signes extérieurs de richesse n'est pas propre aux maghrébins, j'ai constaté ce type de comportement également chez les juifs sépharades (qui sont tout aussi maghrébins mais soit) et chez les méditerrannées en général (italiens, portugais..) et les africains (qui affichent souvent une réussite fantasmée). Je pense que c'est d'ordre culturel. Ces gens ont besoin de s'afficher pour prouver à la société qu'ils ont réussi à accéder à un certain niveau social. C'est tout aussi blâmable que la peur quasi maladive des français d'afficher leur réussite, comme si c'était une tare d'avoir de l'argent.
Je suis pour le modèle anglosaxon : afficher sa réussite mais sans tomber dans le kitsch et le grotesque. Je pense qu'il faut savoir doser et s'adapter à chaque situation tout en ne cherchant pas à cacher leur réussite.
Quant à ceux qui ont une peur frénétique de mettre la main à la poche, je pense que c'est essentiellement du au fait qu'ils ne se sont pas habitués à leur nouveau statut et qu'ils se remémorent constamment leurs années de galère. Ils tentent donc de se protéger contre les aléas de la vie en épargnant un maximum.

NB : Les expatriés aux Emirats n'ont pas l'apanage du bon goût et du savoir-vivre.
Soukahras-dz [ MP ]
13 août 2013 12:17
Citation
Camelia- a écrit:
Citation
Soukahras-dz a écrit:
J'ai fais le même constat que toi. Les maghrébins de manière générale, femmes et hommes confondus sont le plus sujets à faire ostentation de leur pseudo réussite ou de leur diplômes. Ca frise le ridicule quand l'ostentation est faite de manière insistante et quand les personnes font étalage de leur pseudo richesse dans un contexte inapproprié. Un peu comme celui qui se ramène en costume Prada pour un simple entretien d'embauche ou qui achète une Golf qui a 200 000 Km uniquement parce qu'elle est de marque allemande et en parle à tout le monde, même à ceux qui n'ont rien demandé.

Il y a ceux qui ont peur que cette réussite soit éphémère ou leur échappe et ont tendance à ne pas dépenser par peur de manquer.

Il y a les bons vivants et gravissent les échelons en s'expatriant aux Emirats. Ils roulent en grosse caisse mais n'en font pas trois tonnes pour autant. Ils ont l'habitude de l'argent.

Je pense que cette propension à afficher des signes extérieurs de richesse n'est pas propre aux maghrébins, j'ai constaté ce type de comportement également chez les juifs sépharades (qui sont tout aussi maghrébins mais soit) et chez les méditerrannées en général (italiens, portugais..) et les africains (qui affichent souvent une réussite fantasmée). Je pense que c'est d'ordre culturel. Ces gens ont besoin de s'afficher pour prouver à la société qu'ils ont réussi à accéder à un certain niveau social. C'est tout aussi blâmable que la peur quasi maladive des français d'afficher leur réussite, comme si c'était une tare d'avoir de l'argent.
Je suis pour le modèle anglosaxon : afficher sa réussite mais sans tomber dans le kitsch et le grotesque. Je pense qu'il faut savoir doser et s'adapter à chaque situation tout en ne cherchant pas à cacher leur réussite.
Quant à ceux qui ont une peur frénétique de mettre la main à la poche, je pense que c'est essentiellement du au fait qu'ils ne se sont pas habitués à leur nouveau statut et qu'ils se remémorent constamment leurs années de galère. Ils tentent donc de se protéger contre les aléas de la vie en épargnant un maximum.

NB : Les expatriés aux Emirats n'ont pas l'apanage du bon goût et du savoir-vivre.

Je parlais des maghrébins sans toutefois nier que ceci concernait à peu près tout les méditerranéens. En ce qui concerne les expatriés maghrébins, je les trouve sans complexe et cohérents. Ils n'iront pas s'afficher et faire de l'ostentation pour une voiture d'occasion comme beaucoup de maghrébins qui se trouvent dans les pays anglo saxons ou en allemagne. Ils sont plus doués pour tomber dans le kitsch avec leur vieille Mercedes ou Alfa Roméo d'occasion, ils me font penser aux Turcs. A contrario les expatriés maghrébins des Emirats s'afficheraient si ils avaient vraiment la voiture de luxe, Porsche Cayenne au minimum. Le modèle anglo saxon n'est pas vraiment homogène, les Américains tombent très vite dans le mauvais goût également. Quant aux français, ils ont un problème avec l'argent, il suffit de voir le nombre de riches qui fuient le pays pour les paradis fiscaux ou qui possèdent des comptes offshores.
Camelia- [ MP ]
13 août 2013 13:54
Citation
Soukahras-dz a écrit:

Je parlais des maghrébins sans toutefois nier que ceci concernait à peu près tout les méditerranéens. En ce qui concerne les expatriés maghrébins, je les trouve sans complexe et cohérents. Ils n'iront pas s'afficher et faire de l'ostentation pour une voiture d'occasion comme beaucoup de maghrébins qui se trouvent dans les pays anglo saxons ou en allemagne. Ils sont plus doués pour tomber dans le kitsch avec leur vieille Mercedes ou Alfa Roméo d'occasion, ils me font penser aux Turcs. A contrario les expatriés maghrébins des Emirats s'afficheraient si ils avaient vraiment la voiture de luxe, Porsche Cayenne au minimum. Le modèle anglo saxon n'est pas vraiment homogène, les Américains tombent très vite dans le mauvais goût également. Quant aux français, ils ont un problème avec l'argent, il suffit de voir le nombre de riches qui fuient le pays pour les paradis fiscaux ou qui possèdent des comptes offshores.

C'est vrai que bon nombre de maghrébins ont une mentalité de parvenu, affichant avec ostentation leur véhicule avec la fierté des collectionneurs de Rolls. Ils tiennent souvent un discours de self-made-man à la réussite éclatante alors qu'ils sont très souvent misérablement soumis aux ordres d'un patron qui les exploitent contre quelques milliers d'euros pour lesquelles ils sacrifient leur vie. Je pense que seuls ceux qui ont de quoi s'afficher devraient le faire. Ca ne me choque pas de voir des Arabes afficher avec fierté leur Lamborghini ou autres dans les rues de Londres ou Genève.

Les français ont un complexe vis-à-vis de l'argent, d'ailleurs j'ai constaté qu'ils expriment un certain agacement lorsqu'ils voient des femmes arabes ou même maghrébines acquérir sans complexe des sacs à main et autres atours de grandes maisons de luxe françaises.
Soukahras-dz [ MP ]
13 août 2013 14:14
Citation
Camelia- a écrit:
Citation
Soukahras-dz a écrit:

Je parlais des maghrébins sans toutefois nier que ceci concernait à peu près tout les méditerranéens. En ce qui concerne les expatriés maghrébins, je les trouve sans complexe et cohérents. Ils n'iront pas s'afficher et faire de l'ostentation pour une voiture d'occasion comme beaucoup de maghrébins qui se trouvent dans les pays anglo saxons ou en allemagne. Ils sont plus doués pour tomber dans le kitsch avec leur vieille Mercedes ou Alfa Roméo d'occasion, ils me font penser aux Turcs. A contrario les expatriés maghrébins des Emirats s'afficheraient si ils avaient vraiment la voiture de luxe, Porsche Cayenne au minimum. Le modèle anglo saxon n'est pas vraiment homogène, les Américains tombent très vite dans le mauvais goût également. Quant aux français, ils ont un problème avec l'argent, il suffit de voir le nombre de riches qui fuient le pays pour les paradis fiscaux ou qui possèdent des comptes offshores.

C'est vrai que bon nombre de maghrébins ont une mentalité de parvenu, affichant avec ostentation leur véhicule avec la fierté des collectionneurs de Rolls. Ils tiennent souvent un discours de self-made-man à la réussite éclatante alors qu'ils sont très souvent misérablement soumis aux ordres d'un patron qui les exploitent contre quelques milliers d'euros pour lesquelles ils sacrifient leur vie. Je pense que seuls ceux qui ont de quoi s'afficher devraient le faire. Ca ne me choque pas de voir des Arabes afficher avec fierté leur Lamborghini ou autres dans les rues de Londres ou Genève.

Les français ont un complexe vis-à-vis de l'argent, d'ailleurs j'ai constaté qu'ils expriment un certain agacement lorsqu'ils voient des femmes arabes ou même maghrébines acquérir sans complexe des sacs à main et autres atours de grandes maisons de luxe françaises.

Ton sens du discernement m'épate, j'avoue avoir ri sur certains passages criants de vérité. Il est évident que le véhicule de Monsieur tout le monde ne devrait s'afficher que dans des contextes appropriés (Leboncoin) alors qu'une Lamborghini de par son design hors du commun et de son prestige mérite une toute autre attention. Quant à ces français, je pense que c'est parce qu'ils se retrouvent en position inférieure de simple main d'oeuvre et n'ont pas vraiment l'habitude de cela, eux qui viennent acheter les babouches et les sacs à franges des Souks de Fès se sentant supérieurs en délaissant quelques dizaines d'euros par babiole...Cependant que la maghrébine achète un sac dont le prix équivaut à un mois de salaire pour ces français. Ils doivent trouver cela insultant, eux qui se considèrent plus aisés, supérieurs aux maghrébines. Les maghrébins sont aussi "victimes" de ces agacements, on entend souvent ici et là dire "regardez-moi cet arabe qui roule en grosse voiture" comme si les maghrébins ne devaient se contenter que de mulets traversants les champs de figues de barbarie.



Modifié 1 fois. Dernière modification le 13/08/13 14:16 par Soukahras-dz.
Camelia- [ MP ]
13 août 2013 14:48
Citation
Soukahras-dz a écrit:
Ton sens du discernement m'épate, j'avoue avoir ri sur certains passages criants de vérité. Il est évident que le véhicule de Monsieur tout le monde ne devrait s'afficher que dans des contextes appropriés (Leboncoin) alors qu'une Lamborghini de par son design hors du commun et de son prestige mérite une toute autre attention. Quant à ces français, je pense que c'est parce qu'ils se retrouvent en position inférieure de simple main d'oeuvre et n'ont pas vraiment l'habitude de cela, eux qui viennent acheter les babouches et les sacs à franges des Souks de Fès se sentant supérieurs en délaissant quelques dizaines d'euros par babiole...Cependant que la maghrébine achète un sac dont le prix équivaut à un mois de salaire pour ces français. Ils doivent trouver cela insultant, eux qui se considèrent plus aisés, supérieurs aux maghrébines. Les maghrébins sont aussi "victimes" de ces agacements, on entend souvent ici et là dire "regardez-moi cet arabe qui roule en grosse voiture" comme si les maghrébins ne devaient se contenter que de mulets traversants les champs de figues de barbarie.

Je te retourne le compliment. J'exécre ces parvenus qui se prennent pour des princes héritiers alors qu'ils fréquentent assidument les grandes surfaces et les magasins de déstockage.

Les français sont très envieux. J'ai constaté qu'ils ont la même réaction lorsqu'ils voient des femmes du Golfe qui dépensent en Europe l'équivalent de leurs revenus annuels en sacs à main et produits de beauté alors que eux économisent pendant des années pour se payer un bungalow dans le Var.
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
Facebook