Menu
Connexion Yabiladies Islam Radio Forum News
Brûlée vive, Chahrazad va retrouver son agresseur
10 février 2009 13:30
PROCES - Il a voulu la tuer parce qu'elle ne souhaitait pas l'épouser. Mushtaq Amer Butt est jugé depuis ce mardi matin devant la cour d'assises de Seine-Saint-Denis...

Ils s’étaient rencontrés en juin 2004, dans une boutique de Neuilly-sur-Marne, en Seine-Saint-Denis. D’origine marocaine, Chahrazad Belayni, 18 ans, est étudiante en BTS de comptabilité. Une «fille belle, soignée et coquette», selon une amie. Mushtaq Amer Butt, Pakistanais, est son référent de stage et son supérieur. Ils tombent amoureux.

En mai 2005, il souhaite l'épouser. Elle dit oui avant de se raviser. Des deux côtés, les pères s'opposent au projet de mariage. Chahrazad met fin au flirt en août 2005.

Amer Butt devient violent, il la menace de mort. Elle rencontre un autre garçon, Mushtaq devient incontrôlable, l'avertit qu'il va se suicider devant elle. Jaloux, il la harcèle au téléphone, l'attend à la sortie du lycée, la suit partout. Chahrazad se fiance avec son nouvel ami le 11 novembre 2005. Mushtaq attend Chahrazad deux jours après avec un bidon de 5 litres.

Aspergée d’essence

Le 13 novembre 2005, un dimanche matin paisible dans une rue déserte de Neuilly-sur-Marne, il roule près du domicile familial des Belayni. Il heurte volontairement la jeune fille avec sa voiture, avant de l'asperger d'essence et de mettre le feu à ses cheveux. Chahrazad est sauvée par des riverains alertés par ses cris.

Son corps est brûlé à 60%. Hospitalisée dans un état critique, elle est maintenue plusieurs semaines dans un coma artificiel. D’innombrables opérations de chirurgie réparatrice suivront. Une large cicatrice à la main gauche et une joue gauche boursouflée témoignent aujourd’hui de son calvaire.

Chahrazad, 21 ans désormais, sera confrontée pour la première fois depuis le drame à son agresseur, jugé de mardi à vendredi devant la cour d'assises de Seine-Saint-Denis. Elle n’a pas eu la force de le rencontrer plus tôt, elle est encore très fragile psychologiquement selon ses médecins.

L'avocate de Chahrazad a demandé le huis-clos pour permettre à sa cliente de s'exprimer plus facilement et d'avoir une explication en face-à-face avec Amer Butt, âgé aujourd'hui de 28 ans. Le procès sera finalement public.

Une vie presque normale

La jeune fille «essaie de ne pas être dans la haine mais elle ne lui pardonne pas: c'est toute sa vie qui est gâchée même si elle n'est pas morte», explique Samia Meghouche. Mushtaq Amer Butt s'est constitué prisonnier en novembre 2006 au Pakistan où il s'était enfui.

Plus de trois ans après, Chahrazad se fatigue rapidement mais tente de retrouver une existence presque normale. Elle a quitté son quartier de Neuilly-sur-Marne qui ravivait le souvenir douloureux de l'agression et vit à Paris où elle travaille à temps partiel dans une administration. Elle est devenue vice-présidente d'honneur de l'association Ni putes ni soumises pour «aider les femmes victimes».

Le 4 octobre 2002, Sohane Benziane, 17 ans, avait été brûlée vive dans un local à poubelles de la cité Balzac, à Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne) par Jamal Derrar. En 2007, 166 femmes sont mortes sous les coups de leur conjoint et ex-conjoint. C’est aussi leur procès.

Source : [www.20minutes.fr]



Modifié 1 fois. Dernière modification le 10/02/09 13:34 par Moh Tsu.
10 février 2009 13:31
Interview de Chahrazad accordée en 2006

[www.20minutes.fr]
10 février 2009 13:43
c'est malheureux comme histoire
[b][color=#FF0000][center]Se tromper une fois est une erreur Se tromper deux fois est un choix[/center][/color][/b]
s
10 février 2009 14:22
Un malheureux fait divers, hélas !
C
10 février 2009 17:01
Citation
a écrit:
Mushtaq Amer Butt

Le malheureux portait vraiment bien son nom...
m
10 février 2009 19:47
CryingCryingCrying

ALLAH ISTER
a
10 février 2009 19:52
Citation
malikabb a écrit:
CryingCryingCrying

ALLAH ISTER

allah ister comme tu dit, ya des gens qui sont fousSad Smiley



Modifié 1 fois. Dernière modification le 10/02/09 19:53 par assia1000.
[center][b] B)[color=#FF0000] Ministre de la ligue anti-cafards[/color]B)[/b][/center] [center]:gr:[b][color=#FF0000]Les cafards c'est tabou on en viendra tous à bout [/color]:gr:[/b][/center]
k
10 février 2009 20:13
J'attend le verdict. j'espere qu'il aura une peine assez consequante pour qu'il comprenne son acte ignoble.
d
10 février 2009 20:42
Salam

Quant je pense que celui qui me menaçait ,et le fait depuis pas mal de temps et qu il a même agit en m envoyant des hommes me traquer devant chez moi et partout ,et il est toujours la a me narguer sans qu il soit arrêté je me pose des questions ?? pour quel raison on les arrête pas a temps ces gens là !



Modifié 1 fois. Dernière modification le 10/02/09 20:43 par dalida123.
10 février 2009 22:26
c'est vrai comme la victime l'a dit:" on doit voir sa photo" on ne sait jamais, il peut debarquer aux USA aussi, ils sont fou ces Pakistanais, ils ont une religion tres bizare.
qui pourras poster sa photo SVP?
A Tanja ya 3aleya... 3aleya be sewariha....aye layellah...
C
10 février 2009 22:50
Ce jeune homme à fait une bétise, il va subir la prison, inutile de l'accabler plus qu'il ne faut. Il ne riisque pas de débarquer aux USA avant un bon bout de temps et les pakistanais sont en majorité musulmans sunnites, comme les marocains.
Z
11 février 2009 15:09
Citation
NYorkaise a écrit:
c'est vrai comme la victime l'a dit:" on doit voir sa photo" on ne sait jamais, il peut debarquer aux USA aussi, ils sont fou ces Pakistanais, ils ont une religion tres bizare.
qui pourras poster sa photo SVP?

No No??!! Perplexe
11 février 2009 15:23
Citation
ZERHOUN a écrit:
Citation
NYorkaise a écrit:
c'est vrai comme la victime l'a dit:" on doit voir sa photo" on ne sait jamais, il peut debarquer aux USA aussi, ils sont fou ces Pakistanais, ils ont une religion tres bizare.
qui pourras poster sa photo SVP?

No No??!! Perplexe
oui c'est vrai, ils sont fous, ils frappent leur femme mm aux USA. au moins sauver une autre victime, Cherazad , la pauvre est condamner a vivre comme ca, Allah yekoun me3aha.
cette personne ne doit pas rester libre!EvilGrrr
A Tanja ya 3aleya... 3aleya be sewariha....aye layellah...
h
11 février 2009 15:29
le jeune a commit une erreur de jeunesse,

le probleme est plus grave que ça,

on voit comment la presse récupère ce drame, pour s'en servir a des fins bien définis;
assalam o alykoum
T
11 février 2009 16:07
Souce .lanouvellerepublique.fr

Nadège Ory 45 ans à été immolée brulée par son compagnon Gilles Vaslin 40 ans le week end dernier ( Septembre 2008) en rase Campagne dans son viticole, aucun media n'en parle !! , ou sont passé les Ni putes Ni soumises ?? Dites moi, défenseur de la femme dans le monde quel que soit sa confession ??? Aucun n'émoi, ce fait divers cette acte barbare s'aurait il passé inaperçu si le barbare saurait appeler Rachid, ou Mamadou ?? .

On voit bien que les ni putes ni soumises surfent sur la vague médiatique aucune manifestation pour la mémoire de Nadège Ory, cette association n'a aucun but concret que de s'émouvoir ou de crier au scandale quand un fait divers est liée au population d'origine Maghrébine et Africaine !! Et en faisant des amalgames foireuse et honteuse avec leurs religions.

Et je suis consternée par l'absence des medias nationaux concernant cet acte Barbare.

On voit bien que les medias s'intéressent de prêt à ce genre d’affaire, dés que les protagonistes n'ont pas un nom ou prénom à contenance Français ou Occidentale.


Paix à son âme.


Bonne journée.
T
11 février 2009 16:08
Il avait embrasé sa compagne : le fugitif retrouvé dans un champ

Encore bien des points d’ombre dans le drame qui a vu un ouvrier viticole transformer sa future femme en torche vivante.
Courcoué

Quel motif, quel désespoir a pu amener un ouvrier viticole de 40 ans à transformer sa compagne en torche humaine après l’avoir arrosée d’essence, samedi, en fin d’après-midi, dans le corps de ferme que le couple habitait en plein cœur de Courcoué, face à l’église ?

Les gendarmes, depuis samedi soir, tentent de comprendre l’incompréhensible, de trouver des éléments tangibles pour venir étayer les hypothèses d’un drame aux détails encore flous et que les déclarations contradictoires de l’auteur présumé n’aident pas à éclaircir.
Ce qui est sûr, c’est que les faits se sont déroulés samedi, vers 18 h, alors que Giles Vaslin, 40 ans, ouvrier viticole, se trouvait seul à son domicile avec Nadège Ory, 45 ans, sa compagne depuis plus d’un an.
Il semble que le couple ait eu déjà une dispute assez vive la veille, au cours de laquelle Gilles Vaslin aurait provoqué quelques dégâts, notamment en dégradant sa propre voiture.
Toujours est-il que, samedi soir, à la suite d’une nouvelle altercation verbale, l’homme a arrosé largement sa femme d’essence avant d’y mettre le feu. Était-elle attachée à la chaise, comme semblaient le rapporter certains sauveteurs, ou simplement assise et attablée sans pouvoir éviter le geste rapide de son agresseur ? L’enquête le déterminera précisément.

Retrouvé caché
dans un champ
de maïs

Quoi qu’il en soit, la victime s’est embrasée en un instant, même si elle est parvenue à appeler les secours après avoir éteint les flammes. Les sapeurs-pompiers l’ont trouvée à demi-consciente, la transportant au centre hospitalier de Chinon, avant de la diriger vers l’hôpital Trousseau, en raison de la gravité de ses blessures.
Brûlée sur 80 à 90 % de son épiderme, elle a été placée en chambre stérile et reçoit des soins intensifs, le pronostic des médecins restant encore extrêmement réservé.
Une fois son acte accompli, Gilles Vaslin a disparu et les gendarmes ont passé la soirée à le rechercher. Imaginant qu’il pouvait s’être caché dans un des nombreux recoins de son corps de ferme aux multiples petits bâtiments, les forces de l’ordre ont placé un cordon de sécurité autour des lieux, interdisant toute circulation, au grand dam d’un retraité de Braslou et de ses invités venus à la salle des fêtes voisine célébrer sa retraite.
Ce n’est que peu avant minuit, grâce au travail d’un chien policier venu de Bourges, que la trace du fugitif a été retrouvée. Il était tout simplement caché dans un champ de maïs voisin. Seul et sans arme, et présentant des brûlures aux mains.
Placé en garde à vue, il a été ramené par les enquêteurs sur les lieux, en cours de journée de dimanche, pour un premier interrogatoire et la vérification d’éléments matériels pendant que la brigade de recherche et les spécialistes de la police scientifique étaient à pied d’œuvre. Pas facile de comprendre un geste qui dépasse l’entendement…

Patrick GOUPIL
la Nouvelle République
i
11 février 2009 17:29
Une erreur ne peut être qualifiée d'erreur de jeunesse que dans la mesure ou elle n'implique pas la mise en danger, voir la mort d'une tierce personne.

Imaginez le processus par lequel il faut passer pour attenter de la sorte a la vie d'une autre personne...tenter de bruler quelqu'un.

Le dépit, même amoureux, ne devrait pas déborder et occasionner un meurtre.

J'espère qu'il sera condamné à la hauteur des enjeux qu'implique cette affaire.
l
11 février 2009 19:53
Le papa du pretendant-agresseur a fait comme declaration sur son fiston "il a fait une betise"
sans plus...
s
11 février 2009 21:11
Salam,

Quel sadique, vraiment fair un acte comme celui ci releve de la folie pur et simple.
s
13 février 2009 19:12
Chahrazad aurait entretenu des relations sexuelles avec amer butt....tiens j'etais pas au courant...

[www.lemonde.fr]
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
Facebook