Menu
Connexion Yabiladies Ramadan Radio Forum News
Je lui ai dit: Baisse ta culotte, montre que t’es vierge, en tant qu’imam,...
S
2 février 2021 20:41
Salam aleykoum wa rahmatullah.

[...]« Nous ne sommes pas là pour juger une religion mais un homme »,
Depuis un peu plus d’un an, le collectif accompagne Sarah*, 29 ans, qui a décidé de porter plainte fin 2019 contre l’imam Mohamed Khattabi, qu’elle accuse d’agressions sexuelles, alors qu’elle était mineure, entre autres sur fond de rite religieux appelé « roqya » (« désenvoûtement », en arabe). [...]

« J’étais en 3e au collège quand un jour, après une fête de l’Aïd, il m’a embrassée sur la bouche sans que je ne le vois venir. Je l’ai giflé, mais comme c’était nouveau, j’ai pensé que c’était un accident », chuchote Sarah dans la salle d’un restaurant vide de Montpellier, un après-midi de juin.

« Ensuite, il s’est mis à me taquiner sur mes formes. Il m’effleurait les fesses ou les seins. Quand je réagissais en lui disant de me laisser tranquille, le reste de la famille demandait ce qu’il se passait et il répondait : “Rien, j’aime bien la taquiner.” Je n’osais rien dire. » Des éléments qui apparaissent dans le procès-verbal (PV) du dépôt de plainte de Sarah, selon son avocate Cécile Sauvage.

Sa grand-mère maternelle, qui avait pour habitude de leur rendre visite, affirme avoir remarqué un comportement « trop tactile » de l’imam avec Sarah. « Je l’ai surpris à lui caresser la nuque ou les épaules. Quand elle faisait la vaisselle, il passait derrière elle en la frôlant. J’avais des interrogations qu’il parvenait à estomper en me disant qu’elle était comme sa fille. »[...]

La première « roqya » imposée à Sarah daterait d’octobre 2010. « J’étais allongée sur le lit de ma mère, les yeux fermés, et il lisait le Coran. Il a mis sa main sur ma tête, puis mon ventre. Et il a descendu sa main au niveau de mon entrejambe », affirme-t-elle aujourd’hui, et devant les policiers.[...]

Lorsque Sarah atteint l’âge de 22 ans, Mohamed Khattabi lui aurait proposé de se marier avec l’un de ses disciples. Elle accepte. « Mais il n’arrêtait pas de me dire qu’il devait vérifier que j’étais vierge. Une nuit, il m’a réveillée sans que je comprenne ce qu’il se passait, relate-t-elle à mesure que son regard s’assombrit. Il m’a dit : “Tu te tournes, ça va durer une minute. Sinon demain j’annule le mariage.” Je me suis retrouvée dans une position dégradante et il m’a touchée pour soi-disant vérifier ma virginité. J’ai fini par me relever et lui dire que ce n’était pas possible. Je me suis sentie coupable et responsable de ce qui était arrivé. » Un récit qui figure lui aussi dans le PV de plainte, selon l’avocate.

Deux longs enregistrements audio

Le mariage a été annulé. « L’imam me disait que nous étions “complices” par rapport à ce qu’il avait fait et que je ne devais rien dire à ma mère. » Selon elle, les attouchements auraient repris et se seraient accompagnés d’un harcèlement verbal. « Il me chuchotait des trucs et quand je lui demandais de répéter, il me disait : “Non rien, tu vas me dire que c’est dégoûtant.” »

Un soir d’été en 2017, Mohamed Khattabi lui aurait fait une nouvelle « roqya ». « J’ai dit non, mais il m’a forcée. J’avais la tête qui tournait. J’étais à la fois paralysée et consciente. Sa main descendait de plus en plus bas et il m’a caressée sous la culotte », affirme-t-elle.
La presque trentenaire arrange le voile qui entoure son visage, puis raconte que quelques mois plus tard, « il a de nouveau voulu vérifier si [elle] étai[t] vierge » : « Peu après, j’ai subi des attouchements par-dessus mes vêtements lors d’une “roqya”. »

Cette soirée-là marque un point de non-retour pour la jeune femme. Sarah craque à l’hiver 2017, après s’être confiée à un proche. Elle décide de tout raconter à sa famille et s’installe quelque temps chez son frère et sa belle-sœur.

Deux longs enregistrements audio, que Mediapart a pu consulter, tendent à conforter son témoignage. Dans l’un d’eux, c’est la mère de Sarah qui confronte l’imam au récit de la plaignante. Il reconnaît avoir « glissé » et confesse : « J’ai dérapé en glissant ma main là, oui. Mais j’ai pas été loin. » « Je suis un être humain […], j’ai transgressé, je l’avais dans mes mains, elle était paralysée. » Ou encore, dans un second enregistrement audio : « Je lui ai dit : “Baisse ta culotte, montre que t’es vierge […], en tant qu’imam, oui j’ai le droit. »

Lorsque la parole de Sarah se libère, Nelya*, une autre membre de la famille, se remémore d’abus dont elle aurait également fait l’objet durant son adolescence. Un épisode en particulier l’aurait marquée. « Un soir, j’avais passé la nuit chez l’imam. Sarah et moi dormions dans la même chambre. Pendant la nuit, l’imam s’est approché de moi. Il m’a caressée et embrassée sur la bouche. Il pensait que je dormais profondément, mais j’étais réveillée. »[...]

[www.reddit.com]
Ce bas monde est un pont. Traverse-le et ne compte pas y résider. [b][quote=Luqman][/quote][/b]
2 février 2021 21:16
Ba c est crade
S
2 février 2021 21:30
Oui.
Citation
Pim’s a écrit:
Ba c est crade
Ce bas monde est un pont. Traverse-le et ne compte pas y résider. [b][quote=Luqman][/quote][/b]
2 février 2021 21:35
Comment une femme peut elle se taire à ce point là?!
A cet âge en plus... Question d’éducation?
S
2 février 2021 21:36
Mohamed Khattabi avait fait parler de lui fin 2019, après avoir lancé une invitation à l’islamologue suisse Tariq Ramadan pour une conférence, alors que celui-ci était visé par plusieurs mises en examen pour viol et placé sous contrôle judiciaire.

Il avait par ailleurs été condamné en 2016 par le tribunal correctionnel de l’Hérault à six mois de prison avec sursis et mise à l’épreuve pour avoir touché et recelé des prestations sociales indûment versées et pour travail dissimulé, et son ex-compagne, Nora, à trois mois de prison avec sursis. Il avait par ailleurs conduit à la condamnation en diffamation du coordinateur du renseignement en 2017.

Originaire du Maroc, Mohamed Khattabi a poursuivi ses études au Canada dans les années 1980. Avant d’atterrir à Montpellier, l’imam passe par de nombreuses villes sans jamais s’y attarder.

À la mosquée du Valdegour à Nîmes, on se souvient de son passage au début des années 2000.
« Ça se passait bien avec Khattabi, dont nous contrôlions les prêches. Jusqu’au jour où son jeune disciple est venu me voir pour un problème qu’il avait eu avec l’imam, rembobine Abderrahim Berkaoui, ancien recteur de la mosquée, interrogé par Mediapart. Il lui avait ramené sa femme pour une “roqya”. Sa fiancée lui avait dit ensuite qu’il y avait eu “des choses pas nettes de la part de l’imam”. »

Après avoir écouté la version de Mohamed Khattabi, qui nie les faits, les responsables de la mosquée lui auraient accordé le bénéfice du doute. « Jusqu’à ce qu’on reçoive un appel de la mosquée de Tourcoing le lendemain. On nous a parlé de ses antécédents dans le Nord, et dès lors que nous avons eu un doute, son renvoi a été acté », poursuit M. Berkaoui.

Nora a elle aussi été alertée par ce même jeune homme en 2003. « Le fiancé m’a appelée pour me raconter. »
À l’époque, ce même homme contacte un imam du Nord, que Mediapart a retrouvé. « Il m’a appelé en état de choc, il était très énervé. Il m’a demandé s’il pouvait, sur le plan religieux, tuer M. Khattabi pour des faits d’agressions sexuelles sur sa fiancée. J’ai essayé de le calmer. Je lui ai dit aussi que je n’étais pas étonné car il avait des antécédents dans le Nord », relate Kader*.
Dans la salle à manger de sa maison, aux côtés de son épouse, Kader convoque ses souvenirs. C’est en 1996 que Mohamed Khattabi atterrit à Escaudain, où il devient imam après avoir quitté le Canada. Très vite, selon lui, la mosquée serait devenue un « cabinet », sorte de « plaque tournante des gens malades ». « Il pratiquait la “roqya”. Tous les matins, il y avait du va-et-vient. Que des femmes. Ça a éveillé les soupçons des anciens, qui ont fini par mettre le holà. »

Mohamed Khattabi part ensuite pour Tourcoing, où il rencontre celle qu’il prendra comme compagne en plus de sa première femme, la mère de Sarah.

Entretemps, les responsables de la mosquée d’Escaudain auraient reçu un appel du Canada. « Il était recherché là-bas pour des faits similaires », affirme Kader, sans pouvoir en apporter la preuve. Les rumeurs s’intensifient dans le Nord et subsistent encore à ce jour, sans que l’on n’ait pu en étayer la véracité.

La mère de Nora, la soixantaine passée, en a eu vent elle aussi. « L’une de mes filles, aujourd’hui décédée, avait eu écho de rumeurs. » « On s’est dit que c’était impossible qu’un imam fasse un truc pareil », enchaîne le père.

Pour l’imam du Nord, la pratique de la « roqya » est au cœur du problème. « Les gens en détresse s’accrochent à tout ce qui peut les aider, mais c’est l’arnaque du siècle. » Et d’ajouter : « Quand les responsables religieux découvrent de tels abus, il y a le choc, la peur médiatique et une sorte de “devoir spirituel” visant à couvrir le pécheur. Il y a un manque de courage face à ces faits. Souvent, on se contente de déplacer le problème. »
« Il est temps que nos représentants religieux soient à la hauteur de notre belle religion », conclut Mohssin."

[www.facebook.com]

[www.mediapart.fr]
Citation
Sand Rose a écrit:
Salam aleykoum wa rahmatullah.

[...]« Nous ne sommes pas là pour juger une religion mais un homme »,
Depuis un peu plus d’un an, le collectif accompagne Sarah*, 29 ans, qui a décidé de porter plainte fin 2019 contre l’imam Mohamed Khattabi, qu’elle accuse d’agressions sexuelles, alors qu’elle était mineure, entre autres sur fond de rite religieux appelé « roqya » (« désenvoûtement », en arabe). [...]

« J’étais en 3e au collège quand un jour, après une fête de l’Aïd, il m’a embrassée sur la bouche sans que je ne le vois venir. Je l’ai giflé, mais comme c’était nouveau, j’ai pensé que c’était un accident », chuchote Sarah dans la salle d’un restaurant vide de Montpellier, un après-midi de juin.

« Ensuite, il s’est mis à me taquiner sur mes formes. Il m’effleurait les fesses ou les seins. Quand je réagissais en lui disant de me laisser tranquille, le reste de la famille demandait ce qu’il se passait et il répondait : “Rien, j’aime bien la taquiner.” Je n’osais rien dire. » Des éléments qui apparaissent dans le procès-verbal (PV) du dépôt de plainte de Sarah, selon son avocate Cécile Sauvage.

Sa grand-mère maternelle, qui avait pour habitude de leur rendre visite, affirme avoir remarqué un comportement « trop tactile » de l’imam avec Sarah. « Je l’ai surpris à lui caresser la nuque ou les épaules. Quand elle faisait la vaisselle, il passait derrière elle en la frôlant. J’avais des interrogations qu’il parvenait à estomper en me disant qu’elle était comme sa fille. »[...]

La première « roqya » imposée à Sarah daterait d’octobre 2010. « J’étais allongée sur le lit de ma mère, les yeux fermés, et il lisait le Coran. Il a mis sa main sur ma tête, puis mon ventre. Et il a descendu sa main au niveau de mon entrejambe », affirme-t-elle aujourd’hui, et devant les policiers.[...]

Lorsque Sarah atteint l’âge de 22 ans, Mohamed Khattabi lui aurait proposé de se marier avec l’un de ses disciples. Elle accepte. « Mais il n’arrêtait pas de me dire qu’il devait vérifier que j’étais vierge. Une nuit, il m’a réveillée sans que je comprenne ce qu’il se passait, relate-t-elle à mesure que son regard s’assombrit. Il m’a dit : “Tu te tournes, ça va durer une minute. Sinon demain j’annule le mariage.” Je me suis retrouvée dans une position dégradante et il m’a touchée pour soi-disant vérifier ma virginité. J’ai fini par me relever et lui dire que ce n’était pas possible. Je me suis sentie coupable et responsable de ce qui était arrivé. » Un récit qui figure lui aussi dans le PV de plainte, selon l’avocate.

Deux longs enregistrements audio

Le mariage a été annulé. « L’imam me disait que nous étions “complices” par rapport à ce qu’il avait fait et que je ne devais rien dire à ma mère. » Selon elle, les attouchements auraient repris et se seraient accompagnés d’un harcèlement verbal. « Il me chuchotait des trucs et quand je lui demandais de répéter, il me disait : “Non rien, tu vas me dire que c’est dégoûtant.” »

Un soir d’été en 2017, Mohamed Khattabi lui aurait fait une nouvelle « roqya ». « J’ai dit non, mais il m’a forcée. J’avais la tête qui tournait. J’étais à la fois paralysée et consciente. Sa main descendait de plus en plus bas et il m’a caressée sous la culotte », affirme-t-elle.
La presque trentenaire arrange le voile qui entoure son visage, puis raconte que quelques mois plus tard, « il a de nouveau voulu vérifier si [elle] étai[t] vierge » : « Peu après, j’ai subi des attouchements par-dessus mes vêtements lors d’une “roqya”. »

Cette soirée-là marque un point de non-retour pour la jeune femme. Sarah craque à l’hiver 2017, après s’être confiée à un proche. Elle décide de tout raconter à sa famille et s’installe quelque temps chez son frère et sa belle-sœur.

Deux longs enregistrements audio, que Mediapart a pu consulter, tendent à conforter son témoignage. Dans l’un d’eux, c’est la mère de Sarah qui confronte l’imam au récit de la plaignante. Il reconnaît avoir « glissé » et confesse : « J’ai dérapé en glissant ma main là, oui. Mais j’ai pas été loin. » « Je suis un être humain […], j’ai transgressé, je l’avais dans mes mains, elle était paralysée. » Ou encore, dans un second enregistrement audio : « Je lui ai dit : “Baisse ta culotte, montre que t’es vierge […], en tant qu’imam, oui j’ai le droit. »

Lorsque la parole de Sarah se libère, Nelya*, une autre membre de la famille, se remémore d’abus dont elle aurait également fait l’objet durant son adolescence. Un épisode en particulier l’aurait marquée. « Un soir, j’avais passé la nuit chez l’imam. Sarah et moi dormions dans la même chambre. Pendant la nuit, l’imam s’est approché de moi. Il m’a caressée et embrassée sur la bouche. Il pensait que je dormais profondément, mais j’étais réveillée. »[...]

[www.reddit.com]
Ce bas monde est un pont. Traverse-le et ne compte pas y résider. [b][quote=Luqman][/quote][/b]
S
2 février 2021 21:45
Même dans des familles "sans tabou" les victimes gardent très longtemps le silence.

D'où le débat sur la fin de la prescription dans les cas de crimes sexuels sur mineur.

C'est complexe la question du viol.
Citation
nana d'enfer a écrit:
Comment une femme peut elle se taire à ce point là?!
A cet âge en plus... Question d’éducation?
Ce bas monde est un pont. Traverse-le et ne compte pas y résider. [b][quote=Luqman][/quote][/b]
2 février 2021 21:49
J’avoue que son âge m’interpelle... elle était loin d’être mineure. En tout cas c’est bien triste !
Citation
Sand Rose a écrit:
Même dans des familles "sans tabou" les victimes gardent très longtemps le silence.

D'où le débat sur la fin de la prescription dans les cas de crimes sexuels sur mineur.

C'est complexe la question du viol.
S
2 février 2021 21:52
15 ans lors des premiers attouchement.

« J’étais en 3e au collège quand un jour, après une fête de l’Aïd, il m’a embrassée sur la bouche sans que je ne le vois venir. Je l’ai giflé, mais comme c’était nouveau, j’ai pensé que c’était un accident », chuchote Sarah dans la salle d’un restaurant vide de Montpellier, un après-midi de juin.

Citation
nana d'enfer a écrit:
J’avoue que son âge m’interpelle... elle était loin d’être mineure. En tout cas c’est bien triste !
Ce bas monde est un pont. Traverse-le et ne compte pas y résider. [b][quote=Luqman][/quote][/b]
2 février 2021 21:56
Alaykoum salam,

Je n'ai pas pu lire jusqu'au bout
Elle n'a rien dit par naïveté mais aussi par peur miskina 😢
«Le plus beau caractère est la timidité» _ La mère des croyants Aïchā -رضي الله عنها-♡
M
2 février 2021 22:20
" Je lui ai dit : “Baisse ta culotte, montre que t’es vierge […], en tant qu’imam, oui j’ai le droit.

Juste cette phrase si c’est bien lui qui le dit, suffit à l’interdire à vie d’être imam et de se rapprocher des gens.
Il faut qu’ils l’exilent au panama en slip
N
2 février 2021 22:23
Panama ? Manquerait plus que ça, qu’il boive des cocktails sur une plage.

Non la Sibérie serait plus adapté.
Citation
Ragnar. a écrit:
" Je lui ai dit : “Baisse ta culotte, montre que t’es vierge […], en tant qu’imam, oui j’ai le droit.

Juste cette phrase si c’est bien lui qui le dit, suffit à l’interdire à vie d’être imam et de se rapprocher des gens.
Il faut qu’ils l’exilent au panama en slip
2 février 2021 22:30
Waw alors là chapeau, remettre en cause la victime il fallait la faire celle là....
Beaucoup de femmes, majeurs, diplômées, intelligentes se font agresser et violées, à l'armée, dans le cadre familial, dans la politique, chez les pêcheurs, qu'importe, et malheureusement beaucoup reste mutique sur les abus qu'elles ont pu subir
Moi ce qui m'interpelle c'est qu'une femme éduqué comme toi pose une question aussi stupide en mettant en cause l'éducation de cette jeune fille Smoking smiley
Citation
nana d'enfer a écrit:
J’avoue que son âge m’interpelle... elle était loin d’être mineure. En tout cas c’est bien triste !
M
2 février 2021 22:42
Soit par peur soit aussi par dépit et neuneu, certaines personnes sont endormies quand même
Citation
ᴘᴇʀʟᴇ a écrit:
Alaykoum salam,

Je n'ai pas pu lire jusqu'au bout
Elle n'a rien dit par naïveté mais aussi par peur miskina 😢
2 février 2021 22:46
Je me pose autant de questions que je veux.
Je persiste et signe!
Citation
InnaMoya a écrit:
Waw alors là chapeau, remettre en cause la victime il fallait la faire celle là....
Beaucoup de femmes, majeurs, diplômées, intelligentes se font agresser et violées, à l'armée, dans le cadre familial, dans la politique, chez les pêcheurs, qu'importe, et malheureusement beaucoup reste mutique sur les abus qu'elles ont pu subir
Moi ce qui m'interpelle c'est qu'une femme éduqué comme toi pose une question aussi stupide en mettant en cause l'éducation de cette jeune fille Smoking smiley
2 février 2021 22:50
La faute est toujours à celle qui porte les jupes Eye rolling smiley
Oui tu as bien raison .... signe et mets carrément un tampon de la poste dessus ptdr
Citation
nana d'enfer a écrit:
Je me pose autant de questions que je veux.
Je persiste et signe!
2 février 2021 22:57
Même pas! C’est rageant de voir que peux X raisons on laisse sévir, car implicitement c’est ce qui se passe.
Si les hommes de cette trempe serait dénoncés dès la première fois, on aurait pas autant de détraqués en liberté.
C’est comme le meurtrier qui continue de tuer car personne ne le dénonce... tu veux que j’applaudisse?

Citation
InnaMoya a écrit:
La faute est toujours à celle qui porte les jupes Eye rolling smiley
Oui tu as bien raison .... signe et mets carrément un tampon de la poste dessus ptdr
J
2 février 2021 23:26
Dans des situations anormales
On ne peut pas attendre une réaction normale
Des victimes; dissociation traumatique, sidération,
Culpabilité, honte.
Citation
nana d'enfer a écrit:
Comment une femme peut elle se taire à ce point là?!
A cet âge en plus... Question d’éducation?
2 février 2021 23:30
Salam oulaykom

J’ai une amie , qui a eu recours à un imam en région parisienne, il lui mettait la main entre les jambes et lui caressait la poitrine , dans le cadre d’une roqya . Il est toujours en exercice .

Elle avait l’air de trouver ça normal , moi j’en suis choquée ..si ses dires sont vrais , j’aimerais le dénoncer .
3 février 2021 00:08
Peut-être. Toutefois il faut bien avouer que les délits et crimes sexuelles sont les seules à être concernés...
Citation
Malibe7359 a écrit:
Dans des situations anormales
On ne peut pas attendre une réaction normale
Des victimes; dissociation traumatique, sidération,
Culpabilité, honte.
3 février 2021 01:53
Ca me donne la gerbe

Se servir de l'islam et de son statut pour faire son perv en toute tranquillité 🤢

Nana d'enfer t'es vraiment à coté de la plaque meuf.
T'es sérieuse là en fait ???

Des fois je me demande vraiment si tu réfléchis. Autant parfois tu dis des choses très pertinentes autant tous tes commentaires ici sont à vomir !
Tu crois qu'un viol c'est facile ???

Bref jai mm pas envie de parler ca y est tu m'as degoutée.
Une larme vaut mille mots.
Facebook