Menu
Connexion Yabiladies Islam Radio Forum News
Amnesty accuse le Hamas de persécution dans la bande de Gaza
k
10 février 2009 23:12
L'organisation de défense des droits de l'homme Amnesty International dénonce dans un communiqué, mardi 10 février, "une campagne de persécution" par le Hamas dans la bande de Gaza contre ceux qui ont, selon lui, "collaboré" avec Israël. Durant cette campagne, "une vingtaine d'hommes ont été assassinés, des dizaines d'autres blessés ou torturés", ajoute l'ONG.

Ces informations confirment celles de groupes de défense des droits de l'homme et des victimes de cette répression dans la bande de Gaza qui avaient rapporté fin janvier que des dizaines de membres du Fatah ou des personnes accusées d'être des "collaborateurs" d'Israël avaient été attaqués par les services de sécurité du Hamas pendant et après l'offensive israélienne du 27 décembre au 18 janvier.

"Assassinés dans des hôpitaux où ils étaient soignés"

Comme ces groupes, Amnesty dénonce des "enlèvements, exécutions délibérées et illégales, torture et menaces de mort contre ceux qu'ils accusent de "collaborer" avec Israël, de même que contre des opposants et des personnes qui critiquaient le Hamas". Les personnes blessées ont "reçu des balles dans les jambes, dans les rotules, dans l'intention de causer un handicap permanent", a encore expliqué Amnesty assurant que certains blessés avaient subi "de sévères passages à tabac qui ont occasionné des fractures multiples".

Selon les témoignages recueillis par l'équipe de chercheurs d'Amnesty International à Gaza durant et après l'offensive israélienne, les victimes ont pour la plupart "été enlevées de leur maison", puis abandonnées, blessées ou mortes, dans des zones isolées, ou retrouvées dans la morgue de l'un des hôpitaux de Gaza. "Certains ont même été assassinés dans des hôpitaux où ils étaient soignés en raison de leurs blessures", raconte l'ONG qui dit avoir intérrogé de nombreuses victimes, du personnel médical ainsi que des témoins oculaires qui ont tous corroboré ces faits.

source le monde.fr

Et en reponse à ces accusation, le derigeant du Hamas mouchir al missri a nié ses accusation dans un interview de la BBC tout en affirmant " Je crois qu'il existe une justice à GAZA, qu' on ne trouve ni en europe ni aux etats unis d'amerique" !

beh voyons ...



Modifié 2 fois. Dernière modification le 10/02/09 23:20 par kmelcasa.
s
10 février 2009 23:41
Et que dire de la persécution du Fatah en Cisjordanie contre les sympathisants du Hamas.
Pire, les corrompus du Fatah collaborent sans honte avec les sionistes dans cette entreprise !

J'ai relevé ce petit passage de l'article, il en dit long sur l'état d'esprit des Palestiniens :

« Personne ne prône la violence pour la violence, mais entre le Hamas qui résiste et le Fatah qui s’engraisse, on n’hésite pas longtemps. »


[www.france-palestine.org]



Modifié 2 fois. Dernière modification le 10/02/09 23:43 par salmones.
l
10 février 2009 23:43
le hamas aura occi bien plus de palestiniens que de soladtas israeliens.....
quelle folie quand meme.
k
11 février 2009 00:15
Citation
salmones a écrit:
Et que dire de la persécution du Fatah en Cisjordanie contre les sympathisants du Hamas.
Pire, les corrompus du Fatah collaborent sans honte avec les sionistes dans cette entreprise !

J'ai relevé ce petit passage de l'article, il en dit long sur l'état d'esprit des Palestiniens :

« Personne ne prône la violence pour la violence, mais entre le Hamas qui résiste et le Fatah qui s’engraisse, on n’hésite pas longtemps. »


[www.france-palestine.org]

D'un coté dans ton article c'est ecrit simplement que des sympathisants du Hamas sont arretés et des ecoles coraniques ont été fermés. je suis pas naif derigeants du fatah ne sont pas des anges.

Le hamas faisaient de même d'ailleurs leurs prisons etaient pleines de combatants du fatah. Lors de l'attaque de gaza par israel. Les prisonniers du fatah sont mort à la destruction de cette prison car ile ne pouvaient fuir.

Là on parle d'execution si ce n'est des balles dans les jambes, dans les rotules, dans l'intention de causer un handicap permanent",


tiens regarde cette video pour te rendre compte :

http://www.dailymotion.com/relevance/search/le%2Bhamas/video/x7w5es_le-hamas-attaque%20-ses-freres-palesti_news


Ceci dit une rafle de sympathisant du hamas ne justifie pas les crimes du hamas.
s
11 février 2009 10:55
Citation
kmelcasa a écrit:
Là on parle d'execution si ce n'est des balles dans les jambes, dans les rotules, dans l'intention de causer un handicap permanent"

Oui mais les journalistes se gardent bien de nous dire pourquoi ces Palestiniens ont été blessés, c'est pourquoi il faut se méfier. La différence avec la Cisjordanie, c'est que là-bas Abbas et sa clique collaborent déjà avec les sionistes. Les membres du Fatah à Gaza sont invités à en faire de même afin de permettre aux sionistes d'assassiner les chefs et les combattants du Hamas. Les traîtres méritent la mort et si certains s'en tirent avec des jambes en moins, c'est peut-être un avertissement.
l
11 février 2009 11:08
si ma propre soeur me vendait à un ennemi aussi vil qu Israel je la traiterai comme elle m a traité! comme une etrangere, si ce n est pas une ennemi!

un vendu restera toujours un vendu!
c
11 février 2009 14:06
Citation
a écrit:
salmones
Oui mais les journalistes se gardent bien de nous dire pourquoi ces Palestiniens ont été blessés, c'est pourquoi il faut se méfier. La différence avec la Cisjordanie, c'est que là-bas Abbas et sa clique collaborent déjà avec les sionistes. Les membres du Fatah à Gaza sont invités à en faire de même afin de permettre aux sionistes d'assassiner les chefs et les combattants du Hamas. Les traîtres méritent la mort et si certains s'en tirent avec des jambes en moins, c'est peut-être un avertissement.

Le problème fondamental est dans le processus, quand un cas de collaboration est dénoncé, une organisation qui se dit civilisée doit passer par un procès, des preuves à charge doivent être apportées, des témoignages, ne serait-ce que pour les proches du collabo, ils ont au moins la certitude que l'un des leurs n'est pas mort pour un simple règlement de compte.
Sinon, ce sont tout bonnement des éxécutions sommaires, on est dans un système flou ou n'importe qui peut pointer du doigt son voisin et signer son acte de mort.
Le Hamas n'est pas une organisation clandestine, il est au pouvoir, il peut veiller à ce que la loi soit scrupuleusement respectée mais il choisit de se comporter comme une mafia qui éxécute sommairement sans procès ; ça satisfait les bas instincts du populo, ici aussi d'ailleurs vu les réactions, mais ce n'est pas une gestion civilisée d'une société.
Le "haute trahison" est une notion juridique codifiée dans la plupart des systèmes civilisés, le Hamas pouvait et peut très bien faire des procès, ne serait-ce que pour que l'histoire garde une trace de ce qui a été fait et dit.
s
11 février 2009 14:20
Citation
chelhman a écrit:
Citation
a écrit:
salmones
Oui mais les journalistes se gardent bien de nous dire pourquoi ces Palestiniens ont été blessés, c'est pourquoi il faut se méfier. La différence avec la Cisjordanie, c'est que là-bas Abbas et sa clique collaborent déjà avec les sionistes. Les membres du Fatah à Gaza sont invités à en faire de même afin de permettre aux sionistes d'assassiner les chefs et les combattants du Hamas. Les traîtres méritent la mort et si certains s'en tirent avec des jambes en moins, c'est peut-être un avertissement.

Le problème fondamental est dans le processus, quand un cas de collaboration est dénoncé, une organisation qui se dit civilisée doit passer par un procès, des preuves à charge doivent être apportées, des témoignages, ne serait-ce que pour les proches du collabo, ils ont au moins la certitude que l'un des leurs n'est pas mort pour un simple règlement de compte.
Sinon, ce sont tout bonnement des éxécutions sommaires, on est dans un système flou ou n'importe qui peut pointer du doigt son voisin et signer son acte de mort.
Le Hamas n'est pas une organisation clandestine, il est au pouvoir, il peut veiller à ce que la loi soit scrupuleusement respectée mais il choisit de se comporter comme une mafia qui éxécute sommairement sans procès ; ça satisfait les bas instincts du populo, ici aussi d'ailleurs vu les réactions, mais ce n'est pas une gestion civilisée d'une société.
Le "haute trahison" est une notion juridique codifiée dans la plupart des systèmes civilisés, le Hamas pouvait et peut très bien faire des procès, ne serait-ce que pour que l'histoire garde une trace de ce qui a été fait et dit.

Je suis d'accord avec toi sur le fait qu'il faille d'abord juger ces éventuels traitres mais tu oublies qu'on ne laisse pas la possibilité au Hamas de gérer démocratiquement la bande de Gaza. Les sionistes avec l'aide du Fatah combattent le Hamas, malgré sa victoire aux élections et ce de manière démocratique, soit dit en passant. Le Hamas est donc contraint d'agir dans la clandestinité sinon ses chefs et ses combattants se font assassinés par les sionistes et cela sans procès si je puis me permettre à mon tour, chelhman.
k
11 février 2009 14:25
Citation
salmones a écrit:

Oui mais les journalistes se gardent bien de nous dire pourquoi ces Palestiniens ont été blessés, c'est pourquoi il faut se méfier. La différence avec la Cisjordanie, c'est que là-bas Abbas et sa clique collaborent déjà avec les sionistes. Les membres du Fatah à Gaza sont invités à en faire de même afin de permettre aux sionistes d'assassiner les chefs et les combattants du Hamas. Les traîtres méritent la mort et si certains s'en tirent avec des jambes en moins, c'est peut-être un avertissement.

trop facile de dire abas collabore avec israel pour justifier les crimes.

tu trouveras beaucoups d'exemples dans l histoire de reglements de compte pour motif de traitrise.

comment peut tu etre d'accord avec ce geste barbare du hamas ? c'est normal tu en es fan et un fanatique ne voit jamais de defaut dans son idole.
c
11 février 2009 15:23
Citation
a écrit:
salmones
Je suis d'accord avec toi sur le fait qu'il faille d'abord juger ces éventuels traitres mais tu oublies qu'on ne laisse pas la possibilité au Hamas de gérer démocratiquement la bande de Gaza. Les sionistes avec l'aide du Fatah combattent le Hamas, malgré sa victoire aux élections et ce de manière démocratique, soit dit en passant. Le Hamas est donc contraint d'agir dans la clandestinité sinon ses chefs et ses combattants se font assassinés par les sionistes et cela sans procès si je puis me permettre à mon tour, chelhman.

Un procès n'est pas nécessairement un grand cérémonial à l'image du TPI, pour satisfaire à la notion de justice, il suffit d'une salle, d'une personne qui enregistre les minutes de l'assemblée et éventuellement d'un caméscope pour qu'il n'y ait aucun doute sur qui a dit quoi. Le Hamas doit bien avoir ça à sa disposition. Je me mets à la place de quelqu'un qui voit un membre de sa famille éxécuté, je veux au moins savoir sans l'ombre d'un doute qu'il y a eu trahison et non la dénonciation d'un rival ou un voisin qui a profité de la vague d'épuration.
s
11 février 2009 15:40
Citation
chelhman a écrit:
Un procès n'est pas nécessairement un grand cérémonial à l'image du TPI, pour satisfaire à la notion de justice, il suffit d'une salle, d'une personne qui enregistre les minutes de l'assemblée et éventuellement d'un caméscope pour qu'il n'y ait aucun doute sur qui a dit quoi. Le Hamas doit bien avoir ça à sa disposition. Je me mets à la place de quelqu'un qui voit un membre de sa famille éxécuté, je veux au moins savoir sans l'ombre d'un doute qu'il y a eu trahison et non la dénonciation d'un rival ou un voisin qui a profité de la vague d'épuration.

Tu sais chelhman, il faut se rendre à l'évidence, on ne peut exiger des procès équitables en tant de guerre. Les collabos français, à l'époque de l'occupation allemande, n'étaient pas à ce que je sache jugés.
s
11 février 2009 15:46
Citation
kmelcasa a écrit:
Citation
salmones a écrit:

Oui mais les journalistes se gardent bien de nous dire pourquoi ces Palestiniens ont été blessés, c'est pourquoi il faut se méfier. La différence avec la Cisjordanie, c'est que là-bas Abbas et sa clique collaborent déjà avec les sionistes. Les membres du Fatah à Gaza sont invités à en faire de même afin de permettre aux sionistes d'assassiner les chefs et les combattants du Hamas. Les traîtres méritent la mort et si certains s'en tirent avec des jambes en moins, c'est peut-être un avertissement.

trop facile de dire abas collabore avec israel pour justifier les crimes.

tu trouveras beaucoups d'exemples dans l histoire de reglements de compte pour motif de traitrise.

comment peut tu etre d'accord avec ce geste barbare du hamas ? c'est normal tu en es fan et un fanatique ne voit jamais de defaut dans son idole.

Si seulement tu pouvais voir tous les défauts de tes proses sans queue ni tête !
En attendant, voilà ce que font tes idoles de collabos en Cisjordanie.

[www.info-palestine.net]
l
12 février 2009 12:56
Le Hamas dément des exactions à Gaza

GAZA, 11 février (Xinhua) -- Le mouvement islamique du Hamas a critiqué mercredi l'organisation de défense des droits de l'homme Amnesty International qui accuse dans un rapport le mouvement de commettre des crimes dans la bande de Gaza contrôlée par le Hamas depuis juin 2007.

Le porte-parole du Hamas à Gaza, Fawzi Barhoum, a déclaré dans un communiqué que le rapport d'Amnesty International est "une accusation injuste et fausse contre le Hamas et le gouvernement".

L'ONG accusait le Hamas et ses militants, ainsi que les membres destitués de la police du Hamas, d'avoir exécuté des civils, tiré dans les genoux de dizaines de personnes et torturé de nombreuses autres.

Ce rapport publie les témoignages de personnes qui ont reçu des balles dans les genoux, dont certains appartiennent au Fatah du président palestinien Mahmoud Abbas, mouvement rival du Hamas.

"Toutes ces positions et histoires publiées dans le rapport sont illusoires et très bien fabriquées par les médias", a ironisé M. Barhoum, ajoutant que "l'organisation n'a écouté qu'une partie mais pas l'autre".

"Ce rapport nuit directement à la réputation du Hamas. Au lieu d'accuser le Hamas, ils devraient se documenter sur les crimes atroces commis pendant les massacres de la guerre injuste infligée à notre peuple", a insisté M. Barhoum.

Par ailleurs, il a appelé l'ONG à "collecter les preuves, à citer des témoins réels sur le terrain et à présenter ces documents aux tribunaux internationaux pour traduire en justice l'occupation (israélienne) pour ses crimes".

Source ici
17 février 2009 13:12
"Nous ne voulons pas la guerre"
lundi 16 février 2009

Sylvia Cattori
Amnesty International a affirmé, le 10 février 2009, que les forces du Hamas, donc de la résistance palestinienne, auraient assassiné une vingtaine de Palestiniens soupçonnés de collaborer avec Israël.

Occupation israélienne et collaboration

Toute exaction est choquante. Toute violence faite aux humains par des humains, est injustifiable. Il faut la refuser, la combattre. Néanmoins ici, ne faut-il pas placer ces actes cruels dans le contexte d’une guerre asymétrique impitoyable et commencer par désigner ceux qui sont à l’origine de ces horreurs ? Israël, l’occupant, par sa stratégie du diviser pour régner, n’est-il pas le vrai coupable ?

La plupart des exécutions extrajudiciaires israéliennes, qui ont frappé des cadres de la résistance et des civils, n’auraient pas été possibles sans la collaboration contre nature de certains Palestiniens avec l’armée israélienne.

Aussi longtemps qu’Israël ne rendra pas au peuple palestinien ses droits et sa dignité, il y a fort à craindre que des vengeances et des règlements de comptes se produisent à nouveau.

Quoi qu’il en soit de ces exécutions et de leurs raisons, ce sont ici vingt morts de trop. D’autres pays, en des circonstances analogues ont connu ce triste phénomène : en France, à la Libération, l’épuration aurait fait environ 11 000 morts parmi les collaborateurs.

Il s’agit là d’un phénomène inquiétant malheureusement inhérent à la guerre mais qui, ici, prend une ampleur effroyable du fait que les divisions sont profondes et que les gens sont très pauvres. Il est donc facile pour Israël de recruter des collaborateurs.

Ces Palestiniens qui trahissent leur cause, en travaillant pour les services de renseignement israélien, constituent un très lourd et douloureux fardeau pour une population captive. Il convient donc de prendre en considération l’extrême danger que représente la collaboration avec le camp adverse dans un contexte de guerre ou d’occupation militaire.

Nous avons demandé à Raed, un habitant du camp de réfugiés de Beit Hanoun comment les gens sur place ont réagi en apprenant que des Palestiniens, compromis semble-t-il dans des actes d’espionnage, avaient été exécutés par des Palestiniens durant la dernière guerre israélienne.

Silvia Cattori : Est-il vrai que, dans le cadre de règlements de comptes, le Hamas, durant cette dernière guerre, aurait tué plus d’une vingtaine de collaborateurs palestiniens, comme l’a rapporté Amnesty international ?

Amnesty international devrait dire dans quel contexte les résistants du Hamas ont tué une vingtaine de personnes. Il ne s’agissait pas de citoyens ordinaires mais de collaborateurs avec Israël, de traîtres, d’espions ; de gens très dangereux qui travaillaient à aider Ramallah et Israël à liquider la résistance.

Amnesty devrait dire dans quel contexte précis ces actes sont survenus ; qu’il ne s’agissait pas d’exécutions et de persécutions survenues dans un contexte normal ; mais d’actions, survenues depuis le 27 décembre, dans le cadre d’une guerre israélienne qui faisait régner la terreur à Gaza.

Israël bombardait Gaza et devait compter sur des espions pour localiser les cadres du Hamas et pouvoir les liquider avec des missiles.

Tout cela s’est passé dans un contexte effroyable qui a conduit les résistants à agir immédiatement contre les espions ; ainsi que contre toute personne dont le comportement paraissait suspect de menacer les dirigeants et les combattants palestiniens.
Le 27 décembre, quand les bombardiers israéliens ont terrorisé Gaza, en tuant et blessant en quelques minute un millier de personnes, des hommes du Fatah sont sortis dans la rue et ont commencé à faire la fête et à distribuer des bonbons aux gens, comme pour dire que cette attaque d’Israël était une libération.
Ces hommes qui ont été tués ou frappés aux jambes par le Hamas étaient emprisonnés pour collaboration avec Israël quand, le 28 décembre je crois, Israël a lancé des missiles sur la prison pour qu’ils puissent s’enfuir. 80 à 90 d’entre eux ont été rattrapés, et livrés au Hamas. Nombre d’entre eux ont été tués pour éviter qu’ils ne passent dans le camp ennemi, parce que le Hamas n’avait pas, dans ces circonstances, les moyens de les garder sous contrôle.
Quand les gens ont appris que, parmi les fuyards tout de suite rattrapés et exécutés, il y avait les trois frères de la famille Abou Ashbieh, il y a eu un sentiment de soulagement. Même si les gens n’aiment pas les exécutions. Ces trois frères étaient des traîtres, qui étaient dans la prison d’où les Israéliens les ont libérés, parce qu’ils avaient, par le passé, participé à l’assassinat de résistants en donnant aux militaires israéliens l’endroit où ils se trouvaient. Leur exécution est liée à ces circonstances particulières ; elle a rassuré la majorité des gens car, en vie et en liberté ils étaient une menace.
17 février 2009 13:13
Ces espions sont un vrai problème. C’est dans ce contexte de guerre qu’il y a eu ces problèmes que dénonce Amnesty.

Silvia Cattori : Ces espions vivent-ils cachés dans un lieu précis ?

Il y en a dans chaque quartier où ils vivent avec leurs familles. Ce sont des gens appartenant généralement au parti du Fatah qui, durant des années, sous le commandement de Mohammed Dahlan, ont assassiné et torturé de nombreux patriotes palestiniens. Les gens ont très peur de ces gens là.

Quand le Hamas arrive à les identifier comme espions les gens sont soulagés. Ces espions nous créent de graves problèmes. C’est grâce à leur aide que les drones ou les pilotes israéliens peuvent liquider par missiles et avec précision des résistants. Ce sont des gens qui collaborent avec Israël pour assassiner leurs frères ; ce sont des gens très dangereux pour le peuple palestinien.

Ceux qui collaborent avec l’Autorité palestinienne de Ramallah, c’est pareil ; car l’Autorité transmet également les informations de ces espions à Israël.

Il est important que le Hamas tienne ces espions sous contrôle. C’est à cause de ces espions que le ministre de l’Intérieur Saïd Siyam, a pu être localisé et assassiné par un missile durant la dernière guerre ; il y a avait des hommes qui le suivaient et l’ont signalé.

Nous vivons dans ce contexte là, si traumatisant pour notre peuple. De cela, Amnesty ne parle pas. Mais uniquement de ce qui tend à désigner le Hamas et la résistance comme des criminels, alors qu’ils sont là pour nous protéger du pire. Alors les vengeances en temps de guerre sont ce qu’elles sont. Même si nous n’aimons pas cela, on n’aime pas non plus savoir que ces gens trahissent leur peuple.

La répression qui, durant cette guerre, a malheureusement frappé certaines personnes du Fatah, est donc vue ici comme une nécessité pour notre survie.

La guerre est une chose terrible. Nous ne voulons pas la guerre. Nous voulons vivre en paix. Nous voulons l’union entre Palestiniens.

Silvia Cattori : Au milieu de ce désastre, y a-t-il quelque chose de positif qui vous aide à garder le moral ?

La chose très positive est que la résistance s’est renforcée ; les gens ont montré qu’ils étaient capables d’un immense esprit de sacrifice ; cela est un sentiment très encourageant, quelque chose de fort. Ils ont montré qu’ils sont capables d’un niveau de résistance exceptionnel ; un niveau qui va au-delà de tout ce à quoi on pouvait s’attendre.

Les gens ont montré qu’ils étaient prêts à résister jusqu’à sacrifier leur vie, leur maison, leurs champs, par refus de se rendre. Ils ont exprimé par là leur refus de quitter leur terre quoi que puisse faire Israël. On se dit que si, en 1948, les gens avaient pu avoir ce même état d’esprit, jamais Israël n’aurait pu les chasser hors de la Palestine.

En dépit de toutes nos difficultés, notre moral est bon car nous n’avons pas capitulé face à plus fort que nous. Ceci est le côté positif.

Il y a aussi, bien sûr, un côté négatif. Les gens sont en train de souffrir à cause des dévastations et des privations dans lesquelles ils sont plongés. Ils sont dans l’attente de ce qui va se passer. Les usines, les fermes sont détruites ; des zones entières ont été effacées ; le chômage et la pauvreté ont augmenté.

Avant la guerre, il y avait 27 usines de ciment à Gaza. Les Israéliens ont entièrement et délibérément détruit 17 usines ainsi que les machines et les camions : ils ont tout rasé au moyen de bulldozers. Les usines restantes ont été partiellement détruites. Toutes les usines de ciment sont donc paralysées. Ils interdisent maintenant le ciment d’entrer. Il y a bien là une volonté de nous empêcher de reconstruire ce qu’Israël a détruit.

Si, après tous ces sacrifices, Israël continue d’interdire l’entrée des marchandises et de nous emprisonner, le résultat ne sera pas à la hauteur du sacrifice. Cela est une catastrophe pour nous.

Silvia Cattori



13 février 2009 - Sylvia Cattori - Traduit de l’anglais par JPH
 
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
Facebook