Menu
Connexion Rencontres Yabiladies Islam Vidéos Forum News
La 15ème nuit du mois de Cha’bân…
Un solitaire 2 [ MP ]
21 mai 2016 17:59
Citation
a écrit:
Il y a toujours eu des divergences entre les savants sur le fait de savoir si la 15ème nuit de mois de Cha’bân renferme une vertu particulière ou non… Alors que bon nombre de savants – anciens et contemporains- sont d’avis que cette nuit n’a rien de particulier (selon eux, tous les Hadiths rapportés à ce sujet présentent des faiblesses au niveau de la chaîne de transmission -Isnâd-, ce qui fait qu’ils ne sont pas suffisamment fiables pour qu’on puisse les prendre en considération), d’autres savants sont au contraire d’avis que cette nuit renferme bel et bien une vertu particulière: C’est l’avis retenu notamment par Allâmah Ibnou Taymiyah (rahimahoullâh), mais aussi pas mal de savants contemporains du sub-continent indien.

Il est à noter que les Traditions qui relatent ces vertus sont relativement nombreuses et sont rapportées par au moins 7 ou 8 Compagnons (radhia allâhou anhoum) différents (parmi lesquels on trouve Aïcha (radhia allâhou anha), Abou Bakr (radhia allâhou anhou) , Mou’adh Ibnou Djabal (radhia allâhou anhou) , Abdoullah Ibnou Amr (radhia allâhou anhou), Abou Moussa Ach’ari (radhia allâhou anhou), Ali (radhia allâhou anhou), Abou Tha’laba (radhia allâhou anhou), Aboud Dardâ (radhia allâhou anhou) …) Ces Traditions sont présentes dans les ouvrages de Hadiths suivants: Tirmidhi, Ibnou Mâdja, Madma’ ouz zawâid, Mousnad Bazzâr, Sounan Bayhaqi Al Koubrâ, Tabrâni, Sahih Ibnou Hibbân, Mousnad Ahmad Ibnou Hambal. Par ailleurs, un certain nombre de ces Traditions ont été compilées dans des chapitres spécifiques des ouvrages suivants: « At targhîb out tarhîb » de Al Moundhiri (rahimahoullâh) et « Fadhâil oul Awqât » de Bayhaqi.
Un solitaire 2 [ MP ]
21 mai 2016 17:59
Citation
a écrit:
S’il est tout à fait exact, comme évoqué précédemment, que chacune de ces Traditions présentent des faiblesses plus ou moins importantes au niveau de la chaîne de transmission, néanmoins, certains savants rappellent qu’une règle en vigueur dans la science des Hadiths stipule que, lorsqu’un Hadith dhaïf (faible en authenticité)est rapporté par plusieurs voies différentes, il acquiert une certaine notoriété, et devient donc digne d’être pris en considération et accepté… ce qui est le cas ici pour les Hadiths sur la nuit du 15ème Cha’bân. C’est en substance ce qu’écrit Ibnou Taymiyah (rahimahoullâh) dans un de ses ouvrages:

« (…) la 15ème nuit du mois de Cha’bân : Des Hadiths « Marfou’ » (propos dont la chaîne de transmission remontent jusqu’au Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam)) et des « Âthâr » (propos tenus par des Compagnons (radhia Allâhou anhoum)) rapportés concernant cette nuit indiquent qu’elle possède bien une certaine vertu. Certains, parmi les « salafs » (pieux prédécesseurs des premières générations de l’Islam), priaient à cette occasion. En ce qui concerne la pratique du jeûne en général durant le mois de Cha’bân , des Hadiths authentiques ont été rapportés. Une partie des oulémas parmi les « salafs » qui résidaient à Médine ou ailleurs, ainsi que d’autres (savants) des générations postérieures ont réfuté le fait que cette nuit renferme une vertu (particulière) ; ils ont également émis des critiques à l’égard des Hadiths rapportés à ce sujet, telle que la Tradition qui évoque que (au cours de la 15ème nuit de Ch’abân) Allah accorde le pardon à plus de personnes qu’il y a de poils sur les moutons de la tribu des « Banou Kalb » (réputée à l’époque pour le nombre considérable de ses troupeaux d’ovins). Ces savants affirment donc qu’il n’y a aucune différence entre cette nuit et n’importe quelle autre. Mais la position qui a été adoptée par de nombreux savants- ou (plutôt) la majorité de nos savants et des autres – est que cette nuit a bien une vertu particulière, comme l’indique les propos de l’Imâm Ahmad (rahimahoullâh), et ce, en raison du nombre de Hadiths rapportés à ce sujet, (Traditions qui sont) confirmées par les multiples rapports émanant des « salafs ». Certaines des vertus de cette nuit sont rapportées dans les « Masânîd » et les « Sounan » (différents types d’ouvrages de Hadiths) (…) Pour ce qui est de jeûner uniquement le 15ème jour du mois de Ch’abân, cela n’a aucun fondement. Au contraire, (cette pratique) est « Makroûh » (blâmable). 1 De même, faire de cette date une occasion pour y préparer des mets et des plats (particuliers), ou encore pour s’y parer, constitue une innovation religieuses (Bid’ah), qui n’a aucun fondement… »

(Réf: Iqtidhâous Sirâtil Moustaqîm Volume 1 / Page 302)

Il écrit dans un autre des ses ouvrages:

« Quand à la 15ème nuit de Cha’bân, elle possède des vertus. Et il y avait (certains), parmi les « salafs », qui priaient (à cette occasion). Néanmoins, se réunir pour prier durant cette nuit dans les mosquées est une « Bid’ah » (innovation religieuse). »

(Réf: Fatâwa Al Koubra Volume 4 / Page 428)

Il faut souligner néanmoins qu’en ce qui concerne le fait d’accomplir une prière particulière composée de 100 Rak’ates durant cette nuit -comme cela se faisait à une certaine époque-, Ibnou Taymiyah (rahimahoullâh) toujours (ainsi que Ibnou Qayyim (rahimahoullâh) d’ailleurs, dans son » Naqd oul Manqoûl » notamment)dénonce cela comme étant une » Bid’ah » (innovation).

Moufti Taqi Ousmâni, qui compte parmi les contemporains qui admettent les vertus de cette nuit, précise également ce point dans un de ses ouvrages. Il affirme ainsi qu’il n’y pas de forme d’adoration spécifique qui est réservée à cette nuit: Celui qui fixe une célébration particulière pour cette occasion tombe dans la Bid’ah. Selon lui donc, on peut accomplir n’importe quelle œuvre pie durant cette nuit (prière, récitation du Qour’âne, repentir…), sans pour autant déterminer une forme particulière à laquelle on s’attacherait comme s’il s’agissait d’une pratique instituée.

Wa Allâhou A’lam !
Un solitaire 2 [ MP ]
21 mai 2016 18:00
 
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
Facebook