Menu

Article

Le Maroc et les Etats-Unis signent un accord de coopération militaire de 10 ans

Le Maroc et les Etats-Unis renforcent leurs coopération militaire avec la signature d’un nouvel accord. Washington cherche à impliquer davantage le royaume dans la stabilisation du Sahel.

Publié
DR
Temps de lecture: 3'

La visite du ministre de la Défense des Etats-Unis au Maroc s’est conclue par la signature d’un accord de coopération militaire de 10 ans, indique l’agence de presse AP. «C’est une de feuille de route pour la coopération en matière de défense qui vise à renforcer le partenariat stratégique entre les deux pays et à soutenir des objectifs de sécurité communs», indique le ministère marocain des Affaires étrangères dans un communiqué.

«L’accord ouvrira les portes d'une coopération trilatérale entre le Maroc, les Etats-Unis et les pays africains», comme en témoignent les manœuvres de l'«African Lion», a révélé Mark Esper lors d’un point de presse animé conjointement avec Nasser Bourita, rapporte l’agence turque Anadolu.

Visite au #Maroc du Secrétaire à la Défense US, M.@EsperDoD, sur fond d’un partenariat séculaire, multidimensionnel et dynamique.@DeptofDefense
https://t.co/tQpS7LV2rw pic.twitter.com/A2flpUBcDU

— Maroc Diplomatie ?? (@MarocDiplomatie) October 2, 2020

Les Etats-Unis veulent une implication du Maroc au Sahel

Les propos du chef du Pentagone indiquent en effet une volonté manifeste des Etats-Unis d’impliquer davantage le royaume dans la stabilisation du Sahel, lourdement frappé par les opérations de groupes jihadistes.

Les pays du G5, mis en place en 2014 par la France en 2014 et comptant la participation de la Mauritanie, le Niger, le Tchad, le Mali et le Burkina Faso, peinent à contenir les attentats terroristes. Le Maroc pourrait jouer un rôle dans la nouvelle stratégie des Etats-Unis pour la pacification de la région. Le président Donald Trump a d’ailleurs nommé, en mars dernier, un envoyé spécial pour le Sahel. Le choix a été porté sur Peter Pham, un proche du Maroc que le lobby algérien au Sénat américain avait écarté, en août 2017, de la course au poste de sous-secrétaire d’Etat chargé de l’Afrique.

Il n’y pas que Washington qui souhaite un engagement du Maroc au Sahel. La question a été au cœur des entretiens que le général d’Armée François Lecointre, chef d’état-major des armées françaises, a eu avec ses interlocuteurs marocains lors de sa visite du 9 au 12 septembre.

«Le Maroc, qui connaît bien la sous-région (Sahel), apporte une importante contribution, en particulier en matière de formation. Je suis venu au Maroc notamment pour développer la coordination et la complémentarité de nos efforts dans ce domaine», a-t-il révélé dans une interview accordée au quotidien Le Matin.

Pour mémoire au sommet extraordinaire de la CEDEAO de septembre 2019 organisé à Ouagadougou consacré à la lutte contre le terrorisme, avec la participation du Maroc, le ministre des Affaires étrangères a souligné la disposition du Royaume à accompagner les Etats du bloc ouest-africain pour «reprendre le leadership dans la lutte contre le phénomène terroriste».

Le Maroc, la Tunisie, mais pas l’Algérie

Lors de son escale à Tunis le mercredi 30 septembre, le ministre américain de la Défense a également signé, avec son homologue tunisien, un accord de coopération militaire de dix années de validité. Pour rappel, le Maroc et la Tunisie bénéficient du statut d’alliés majeurs hors OTAN des Etats-Unis.

Le document «vise à améliorer la promptitude et les capacités des forces armées tunisiennes pour faire face aux menaces sécuritaires» rapporte l’agence de presse tunisienne TAP. Pour sa part Mark Esper a réitéré à cette occasion la disposition de l’administration Trump à «renforcer les capacités de l’institution militaire tunisienne dans les domaines de la sécurisation des frontières, la lutte anti-terroriste et la formation».

Esper n’a officiellement conclu aucun accord de coopération militaire avec l'Algérie. Le ministre a été reçu hier par le président Abdelmadjid Tebboune, qui assure également les fonctions de ministre de la Défense. Le responsable américain a toutefois évoqué avec le chef de l’Etat le «renforcement des relations entre l’armée américaine et l’armée nationale algérienne et l’intensification de la coordination entre elles», indique des médias locaux.

Article modifié le 2020/10/02 à 22h04

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com