Menu

Article

Histoire : La mission secrète de l'US Navy dans l’Oued Sebou en 1942    

Une mission secrète américaine a été organisée au Maroc en 1942 pour couper un câble d'acier dans l’Oued Sebou. L'opération était une étape cruciale du débarquement en Afrique du Nord effectué par les forces alliées dans le cadre de la Deuxième Guerre mondiale.

Publié
Photo d'illustration. / DR
Temps de lecture: 2'

En 1942, les Alliés de la Seconde Guerre mondiale ont mené une invasion de l'Afrique du Nord sous occupation française, débarquant au Maroc, en Algérie et en Tunisie. Le débarquement secret et brusque, baptisé «Opération Torch», était sous le commandement du général américain Dwight D. Eisenhower et visait des ports vitaux dans les trois pays, dont celui de Casablanca.

La mission principale était de vaincre l’armée de Vichy, qui s'était alliée à l’Allemagne nazie. Au Maroc, le débarquement n'aurait pas été un succès sans l'équipe de démolition de l'US Navy, qui a mené une mission top-secrète. Elle avait une tâche spécifique mais primordiale à remplir avant le lancement de l’«Opération Torch».

Créée à la mi-1942, l'équipe de démolition comprenait des plongeurs qualifiés, qui «avaient pour mission de couper un câble d'acier et bloquer le chenal de la rivière». «Avec le câble coupé, l'équipe américaine pouvait alors remonter le canal, débarquant 300 soldats pour prendre d'assaut l'aérodrome de Port Lyautey (Kénitra)», écrit Home Newshere dans un article dédié à l'un des membres de ladite équipe.

Une opération risquée

Formée aux opérations risquées, l'équipe avait pour mission principale de «couper un câble qui empêchait les navires de remonter l’Oued Sebou», lit-on dans le livre «Handbook of Naval Combat Underwater Demolition Team Training» (Editions Loose Cannon, 1944).

Même si cela semblait simple, couper ce câble constituait une opération périlleuse. Après avoir traversé l'Atlantique sur un dragueur de mines transformé en navire d'opérations de sauvetage, les soldats américains étaient arrivés près des côtes de l'Afrique du Nord. L'équipe, aux prises avec des résistances inattendues et des intempéries, était toutefois arrivée dans une petite péniche de débarquement dans «des conditions difficiles».

«Alors que le petit bateau se débattait en mer, l'équipe a eu droit à un duel d'artillerie entre un navire de guerre qui les soutenait et l'artillerie côtière française.»

Handbook of naval combat underwater

Finalement l'équipage a pu continuer son chemin. Le petit bateau était notamment chargé «d'explosifs, de deux canots pneumatiques gonflés, de deux mitrailleuses légères et d'un énorme engin explosif sous-marin», a ajouté la même source.

Les membres de l'équipe avaient fini par réussir à aller dans l'eau, portant des masques à oxygène. «Cela ne nous a probablement pris que deux à quatre minutes sous l'eau mais pour nous, c'était des siècles», se souvient Frederick Arsenault, membre de l'équipe. «J'ai eu pitié des pauvres gars qui ont dû rester sur le pont», a-t-il ajouté.

L'opération a été un succès et les plongeurs ont réussi à attacher un dispositif de coupe à l’explosif audit câble. Le débarquement des Alliés a pu alors se dérouler comme prévu, permettant aux forces alliées de vaincre les forces françaises, ouvrant la voie à la Conférence de Casablanca, en présence du président Roosevelt et de Winston Churchill.

En 1943, un an après l'opération, les membres de l'équipe ayant effectué cette délicate mission au Maroc ont reçu la deuxième plus haute distinction dans la marine américaine.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
/