Menu

Article

Maroc : Les subventions destinées au secteur artistique font polémique

Depuis lundi, les réactions se multiplient sur les réseaux sociaux après la publication, par le département de la Culture, de la liste des projets artistiques subventionnés pour l’année en cours. Plusieurs artistes et chanteurs dont les noms n’y figurent pas, ont ainsi critiqué son mécanisme de sélection.

Publié
Suite à cette polémqique, la star marocaine Nouaman Lahlou a annoncé qu’il ferait don du montant de cette subvention qu’il a reçue au Fonds de gestion de la pandémie du coronavirus. / Ph. MAP
Temps de lecture: 3'

La publication, par le département de la Culture, d’une liste des projets ayant bénéficié de la subvention aux projets artistiques pour l’année 2020, a suscité une vive polémique sur les réseaux sociaux, après que plusieurs artistes se sont exprimés sur le sujet.

Dans un document de 21 pages, le département a ainsi détaillé les montants des subventions accordées et les noms des entreprises artistiques ainsi que leurs dirigeants. Ainsi, 19,6 millions de dirhams (MDH) ont été accordés à 173 projets dans le cadre des tournées théâtrales nationales et 1,1 MDH aux arts plastiques et visuels. De plus, 14 MDH ont été accordés à 146 artistes pour des projets dans le cadre de la subvention apportée à la musique, les chansons et les arts de la scène et de la chorégraphie.

La question du soutien aux artistes a retenu l’attention d’un grand nombre d'internautes sur les réseaux sociaux, entre critiques et défenseurs de la décision du ministère. Ainsi, plusieurs internautes ont moqués la liste des artistes subventionnés, estimant que «d'autres groupes de la société autres que les artistes méritaient d'être soutenus».

La subvention du ministère critiquée

Ils ont cité le personnel médical, mobilisé dans le cadre de la lutte contre le coronavirus, qui n’a pas encore reçu ses indemnisations exceptionnelles promises par le gouvernement, ainsi que les personnes ayant perdu leurs emplois à cause de la pandémie.

La polémique a été alimentée par l’intervention d’autres personnalités, à l’instar de l’ancien porte-parole du parti de l’Istiqlal. Sur sa page Facebook, Adil Benhamza a ainsi affirmé que la distribution de cette aide soulève des questions, s’interrogeant sur les mécanismes mis en place. «Comment accepte-t-on de soutenir des artistes ayant opté, depuis plusieurs années, une logique commerciale alors qu’ils ne présente aucune valeur ajoutée à l’art marocain ?», s’est-il interrogé. Et d’affirmer que «certains artistes sont en même temps des entrepreneurs avec des projets éloignés de l’art».

De son côté, Mohamed Bouden, président du Centre international ATLAS de l'analyse des indicateurs politiques, a lui aussi critiqué cette subvention. «Le ministère de la Culture, de la jeunesse et des sports est-il conscient que, par une décision irrationnelle, il a contribué au transfert d'un certain nombre d'optimistes vers le camp des pessimistes ?», s’est-il demandé.

Des artistes non bénéficiaires demandent d’annuler cette aide

Bien que ce soutien exceptionnel soit consacré aux projets artistiques, un certain nombre d'artistes ont eux-aussi critiqué le ministère, rappelant que plusieurs de leurs collègues sont au chômage depuis le début la pandémie, ne pouvant subvenir aux besoins quotidiens de leurs familles.

Ainsi, la star de la musique Chaabie, Abelaziz Stati a accusé le département de la culture de «mentir» aux artistes, critiquant le fait que «les résultats du soutien» seront les mêmes que l’année dernière, au profit «des mêmes bénéficiaires». «Nous lançons un appel à Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu l'assiste, pour qu'il intervienne avant qu'il ne soit trop tard, car les artistes meurent aujourd'hui sans égard des responsables en charge», fait-il savoir.

«Au nom d'un large groupe d'artistes, nous demandons d'annuler le soutien musical alloué à un groupe de personnes qui en bénéficient chaque année et d’allouer ce montant à la création d’hôpitaux et d’écoles ou soutien des classes vulnérables», conclut-il.

Un avis partagé aussi par la chanteuse marocaine Latifa Raafat qui a fustigé le ministère, l'invitant à se soucier davantage des nombreux petits musiciens sans le sou. Mouss Maher a quant à lui dénoncé l’«absence de crédibilité et de contrôle» sur cette aide, en demandant à ce que son montant pour des projets d’hôpitaux, d’écoles ou soutenir les familles nécessiteuses.

Mais de l’autre côté, des artistes et des personnalités du monde musical ont dénoncé cette polémique. La chanteur Abir El Abed s’est ainsi dite «choquée» des réactions sur les réseaux sociaux. «Pourquoi essayez-vous de nous exclure comme si nous n'étions pas humains ? Nous souffrons aussi, nous ne vivons pas dans des palais et les artistes riches ont fait fortune à l'étranger», a-t-elle déclaré sur Instagram.

Sur un ton plus critique, Masoud Bouhcine, président du Syndicat national des professionnels de l'art dramatique a rappelé qu’il s’agit d’un soutien «exceptionnel pour des secteurs encore interdits de travail à ce jour»

«Avons-nous un problème avec l'art ou avec les mathématiques? C’est malheureux. Le Maroc est injuste envers ses artistes, le populisme et le manque de familiarité avec les exigences du métier versent de l'huile sur le feu.»

Masoud Bouhcine

Il a également pointé un «populisme méprisable qui aurait pu être compris s'il venait de gens simples qui pourraient changer leurs opinions et jugements en comprenant simplement la situation et les faits».

Selon des sources médiatiques, cette polémique a poussé la star marocaine Nouaman Lahlou a annoncé qu’il ferait don du montant de la subvention reçue au Fonds de gestion de la pandémie du coronavirus.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
/