Menu

Société Publié

Consanguinité au Maroc : Tu épouseras ton cousin ma fille !

En Europe, se marier avec son cousin ou sa cousine est parfois mal vu. Chez certaines personnes cela est même considéré comme un inceste. Mais au Maghreb, se marier avec un "ould 'amti" ou une "bent khalti" est une chose extrêmement courante surtout dans les régions rurales.

Temps de lecture: 2'
Les mariages consanguins se produisent surtout dans les régions rurales.

Se marier avec sa cousine ou son cousin, reste une pratique courante au Maroc mais aussi au Maghreb et au Moyen Orient. «La consanguinité reste fréquente surtout dans le milieu rural», confirme Sellama Nadifi, professeur en génétique à la faculté de médecine de Casablanca, contactée par Yabiladi. Elle tient à insister sur le fait que la consanguinité n’est pas un risque pour les personnes qui vont se marier mais pour leur progéniture qui pourrait faire face à toutes sortes de maladies génétiques affectant par exemple les globules rouges ou entraînant des myopathies provoquant des handicaps physiques.

Cependant, difficile de connaître en 2012 l’ampleur de ce phénomène social car peu d’études récentes ont été menées sur le sujet, chose que déplore Sellama Nadifi. «Ces études intéressent énormément les généticiens car elles leur permettent de mieux comprendre pourquoi et comment une maladie reste maintenue au sein d’une même population», explique-t-elle.

La consanguinité dépend de l'origine sociale

La dernière étude menée sur la consanguinité au Maroc remonte à 2007 et s’est intéressée à ses conséquences sur la santé. Elle a porté sur 873 couples mariés entre 1940 et 1984, répartis sur trois générations et provenant de différentes régions où ils se sont installés après leur mariage. Les auteurs de l’étude en sont arrivés à la conclusion que le mariage consanguin a peu diminué depuis les années 40 et qu’il reste profondément ancré dans la culture du pays. L’étude remarque également que les mariages consanguins intimes, c’est-à-dire ceux entre cousins germains, ont diminué pour laisser place à une augmentation des mariages consanguins entre apparentés plus ou moins lointains.

L’étude a également voulu savoir dans quelles régions du pays se pratiquait le plus la consanguinité. Les pourcentages variaient de 14.3% dans la région de Béni Mellal à 33.3% dans la région du sud où la population est à dominante rurale.

Une autre enquête datant de 1987 s’est également intéressée à la consanguinité des ménages au Maroc. Malgré son ancienneté, cette enquête apporte des informations sur le statut social de ces ménages. Premier constat : la consanguinité est plus élevée lorsque le niveau d'instruction est faible. Ensuite, les auteurs de l’étude ont relevé que l'endroit où a résidé la femme pendant son enfance était un facteur déterminant dans le choix de son futur époux. Plus cet endroit est urbanisé, moins sera la fréquence de la consanguinité. Enfin les auteurs soulignent que le choix du mariage consanguin dépend également des origines socio-économiques de la famille. Si une personne se trouve dans une situation précaire, elle va avoir tendance à se marier avec quelqu’un de sa famille afin de bénéficier du soutien de la famille.

Sensibiliser pour prévenir

Ainsi, pour éviter la propagation de maladies génétiques chez les enfants issus d’un couple consanguin, Sellama Nadifi préconise la sensibilisation surtout lorsqu’une maladie génétique circule au sein d’une même famille. Elle explique qu’elle reçoit régulièrement dans son cabinet des personnes qui sont cousins souhaitant se marier mais qu’au sein de leur famille, il y a un oncle ou un grand-père atteint d’une maladie génétique. Ce qui inquiète le jeune couple. Des prises de sang sont ainsi effectuées. Puis le sang est analysé et Sellama Nadifi sait s’il y a des risques d’avoir des enfants malades. «Mais parfois les couples décident de se marier en sachant même qu’ils courent le risque d’avoir à l’avenir un enfant malade», conclut-elle.

le Maghreb n’est pas le pire…

En 2009, l’Université australienne Murdoch University s’est intéressée aux mariages consanguins dans le monde et a publié sur son site internet une carte montrant les pays qui ont le plus recours à ce genre de pratique. On observe que les mariages consanguins sont encore très pratiqués en Afrique du Nord, sans oublier la Mauritanie, le Moyen Orient ainsi que l’Inde. Néanmoins, selon la carte, il y a moins de mariage consanguins au Maroc qu’en Algérie, Tunisie, Lybie ou Egypte. Les pays dans lesquels les mariages consanguins sont le plus pratiqués sont l’Arabie Saoudite et le Pakistan.

"Parfois" mal vu en Europe ou franchement mal vu ??
Auteur : Gazpachoandalus
Date : le 12 août 2016 à 14h03
Européen (français) marié civilement à une Française d'origine marocaine, née et élevée en France, je n'ai que très récemment pris conscience du problème de consanguinité au Maroc, en découvrant peu à peu les cousins de mon épouse. Ce que je sais c'est que je me compose un sourire poli lorsque les gens m'annoncent que tel et tel conjoints sont cousins parce que je n'ai jamais regardé une cousine comme un parti matrimonial possible : c'est tout simplement impensable. Autre symptôme, je n'ai jamais abordé ce problème marocains devant mes parents en Europe parce que je sais que j'en aurais conçu de la honte alors même que nous vivons très librement et parlons de tous les sujets en essayant d'être critiques et éclairés. Non, la consanguinité n'est pas "parfois" mal vue en Europe. Elle est FRANCHEMENT mal vue. Elle suscite la gêne parce qu'elle est proche de l'inceste aux yeux d'un Européen ou relève d'une forme d'inceste différée (je parle ici de la représentation européenne du mariage avec le cousin germain) et parce que l'on sait quels problèmes génétiques et, partant, sanitaires, elle soulève. Lorsque la très catholique Christine Boutin a débattu avec un militant gay, celui-ci lui a demandé s'il était mieux d'être consanguin que gay car elle fait partie des rares personnes en France mariées avec un cousin germain. Elle a perdu ses moyens sur le plateau, est devenue confuse. Cela montre bien la gêne et la répulsion que cela suscite en Europe. Je crois que si on écrit "parfois" mal vu, c'est que l'on a rencontré des interlocuteur courtois et poli qui n'ont pas osé en dire davantage. Depuis peu, mes beaux-frères et belles sœurs tous Français d'origine marocaine sont gênés que l'un d'entre-eux soit allé au pays épouser une cousine germaine qui s'adresse désormais à sa belle-mère en l'appelant khalti. Le sujet est tellement pesant que je ne me rappelle même pas avoir signalé à ma propre mère qu'un beau-frère s'était marié. Toujours soucieux de lui présenter un Maroc positif et moderne et des Français d'origine marocaine tout aussi positifs et modernes, j'ai tout simplement enfoui le sujet tout en expliquant à mes enfants que c'était quelque chose de tellement gênant pour Papa qu'il n'en avait pas parlé à Mammie...
"Parfois" mal vu en Europe ou franchement mal vu ??
Auteur : Gazpachoandalus
Date : le 12 août 2016 à 11h33
Européen (français) marié civilement à une Française d'origine marocaine, née et élevée en France, je n'ai que très récemment pris conscience du problème de consanguinité au Maroc, en découvrant peu à peu les cousins de mon épouse. Ce que je sais c'est que je me compose un sourire poli lorsque les gens m'annoncent que tel et tel conjoints sont cousins parce que je n'ai jamais regardé une cousine comme un parti matrimonial possible : c'est tout simplement impensable. Autre symptôme, je n'ai jamais abordé ce problème marocains devant mes parents en Europe parce que je sais que j'en aurais conçu de la honte alors même que nous vivons très librement et parlons de tous les sujets en essayant d'être critiques et éclairés. Non, la consanguinité n'est pas "parfois" mal vue en Europe. Elle est FRANCHEMENT mal vue. Elle suscite la gêne parce qu'elle est proche de l'inceste aux yeux d'un Européen ou relève d'une forme d'inceste différée (je parle ici de la représentation européenne du mariage avec le cousin germain) et parce que l'on sait quels problèmes génétiques et, partant, sanitaires, elle soulève. Lorsque la très catholique Christine Boutin a débattu avec un militant gay, celui-ci lui a demandé s'il était mieux d'être consanguin que gay car elle fait partie des rares personnes en France mariées avec un cousin germain. Elle a perdu ses moyens sur le plateau, est devenue confuse. Cela montre bien la gêne et la répulsion que cela suscite en Europe. Je crois que si on écrit "parfois" mal vu, c'est que l'on a rencontré des interlocuteur courtois et poli qui n'ont pas osé en dire davantage. Depuis peu, mes beaux-frères et belles sœurs tous Français d'origine marocaine sont gênés que l'un d'entre-eux soit allé au pays épouser une cousine germaine qui s'adresse désormais à sa belle-mère en l'appelant khalti. Le sujet est tellement pesant que je ne me rappelle même pas avoir signalé à ma propre mère qu'un beau-frère s'était marié. Toujours soucieux de lui présenter un Maroc positif et moderne et des Français d'origine marocaine tout aussi positifs et modernes, j'ai tout simplement enfoui le sujet tout en expliquant à mes enfants que c'était quelque chose de tellement gênant pour Papa qu'il n'en avait pas parlé à Mammie...
@zilis : Un peu d'humilité ne nuira jamais à la qualité de nos commentaires !
Auteur : berhoc
Date : le 12 avril 2012 à 09h13
Vous n'êtes ni psychologue ni médecin si non vous n'aurez pas émis un commentaire de la sorte.
Dernière modification le 12/04/2012 09:14
UN HERITAGE TRIBAL
Auteur : Danouni
Date : le 12 avril 2012 à 03h20
Ce phénomène s'observe dans bien des sociétés tribales : sociétés arabes berbères, africaines....

But :
1. Maintenir la survivance de la tribu contre les autres tribus qui peuvent être des ennemis potentiels.
2. Maintenir la richesse et les terres dans une même famille.

Avec l'exode rural vers les grandes villes où on trouve des marocains venant de tout le Maroc, les mariages consanguins chutent par la force des choses. Les marocains bougent de + en + avec les moyens de transport moderne.

On assiste alors à des mariages par quartier, connaissance et donc en fonction du statut social des gens qu’on fréquente.
L'ouverture du Maroc au Monde et l’augmentation de la population citadine explique surement la diminution des mariages consanguins au Maroc.
Au Maroc, dans les campagnes, les montages ça évolue doucement .

Les resultats de la génétique, science moderne, ont montré le danger à long terme de cette pratique ancestrale non réservée aux sociétés musulmanes.

Pourtant, les êtres humains savent depuis des siècles en observant les animaux qu'un hybride provenant de 2 parents différents est + fort, + résistant qu'une descendance consanguine.

Les musulmans ont essayé de codifier ces mariages consanguins en conseillant le mariage entre cousins paternels afin de diminuer les risques de tares génétiques qu'ils avaient probablement dû observer de façon empirique (comme l'Hémophilie) sans pouvoir à l'époque lui donner un sens scientifique.

l'Arabie saoudite, le Pakistan sont des pays très tribaux et peu ouverts au Monde et les femmes là bas ont peu ou pas de liberté.

Dernière modification le 12/04/2012 03:28
moi j en fais partie
Auteur : nadiamohammed
Date : le 11 avril 2012 à 23h39
je me suis mariée au cousin de maman et hamdoulilaih nous avons 4 enfants en tres bonne santé allah ou malak al hamd
pour info ce n est pas la peur de l autre sa a été un mariage d amour et sa l est toujours sa n est pas un mariage forcé non plus on c plus et on c marié c tout
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com