Menu

Article

Meryem Belkihel, parcourir les villages de l'Atlas à vélo et rêver d’un tour du Maroc

A la lumière de la crise sanitaire actuelle liée à la pandémie Corona, Meryem Belkihel a pu parcourir des villages du Haut Atlas à vélo. A l'avenir, cette Marocaine envisage d'effectuer un tour du Maroc ainsi qu'une tournée en Afrique.

Publié
En 10 jours, la Marocaine Meryem Belkihel a parcouru 10 villages du Haut Atlas à bord de son vélo. / DR
Temps de lecture: 3'

Après avoir gravi les sommets du Toubkal et d'ighil M'Goun, l’amour pour l’aventure animant cette Casablancaise l’a poussé à se lancer un autre défi. Passionnée de la nature et les montagnes, Meryem Belkihel, âgée de 25 ans, décide alors d’opter pour un voyage à vélo, loin des moyens typiques connus, pour une exploration de près et une découverte d’une autre nature.

Et parce que la réussite dans n'importe quelle tâche nécessite de bien se préparer et de ne pas laisser les choses au hasard, la jeune femme a décidé d'acheter un vélo et d’apprendre, à travers des vidéos sur Internet, la façon de l'entretenir en cas de panne.

De Kelaa des Sraghna à Beni Mellal à bord d’un vélo

L'aventurière, qui travaille pour une entreprise multinationale spécialisée dans le domaine de l'informatique, a demandé un congé afin de commencer son voyage, qui a débuté vendredi 11 septembre à quatre heures de l'après-midi. Destination : les régions reculées du Haut Atlas à bord de son vélo.

Craignant que ses parents ne s'y opposent, elle garde même cette aventure secrète, en leur rassurant qu’elle voyage avec ses amis.

«Quand mes parents m'ont demandé où j'irais, je leur ai demandé de me suivre sur les réseaux sociaux. Ils ont alors été surpris que je sois seule avec mon vélo.»

Meryem Belkihel

Bien que la Casablancaise ait emporté une tente avec elle pour dormir, elle a choisi de passer la nuit dans les établissements touristiques situés dans les endroits qu'elle a visités. Elle explique avoir voulu «aider les propriétaires de ces résidences qui ont été affectés par de nombreuses conditions associées à la pandémie du coronavirus».

Après avoir quitté Casablanca et atteint Settat à vélo, la jeune femme a pris un bus pour Kelaa des Sraghna avant de continuer le reste de son tour à vélo, vers Demnate, Ait Assa puis Ghassate.

«Après mon arrivée à Skoura, j'ai demandé aux habitants de la région de me permettre de dormir à l'intérieur de la mosquée et ils ont accepté. Le lendemain, je me suis dirigée vers Kelaat M'Gouna, puis Boumalne-Dadès, Tinghir, Toudra, Imilchil, Boutferda et El Ksiba avant d’arriver à Beni Mellal», raconte-t-elle.

Un tour du Maroc à vélo en cours de préparation

Son voyage n'a pas été facile cependant, car elle qui a rencontré de nombreux obstacles. «Des écueils ont traversé mon chemin et auraient pu mettre ma vie en danger. Chaque fois que le temps s'est dégradé ou pendant que je passais des virages dangereux, je me demandais ce que je faisais là», confie-t-elle.

Mais à chaque fois qu’elle rencontrait des personnes sur la route, ils l’encourageaient et la soutenaient. «Cela m'a rendu plus excitée et m’a poussé à chaque fois à surmonter ces difficultés, grâce à la générosité et la gentillesse des habitants», ajoute la jeune marocaine.

La ville de Beni Mellal a été l'aboutissement de son aventure de dix jours, pour rentrer à Casablanca en bus. «Avant le départ de mon voyage, je ne m'attendais pas à atteindre mon objectif, surtout après avoir entendu de nombreux commentaires négatifs dans mon entourage», rappelle-t-elle.

«C'était un défi pour moi. Maintenant, je me suis assurée que lorsque quelqu’un se fixe un objectif, il pourra certainement l’attendre.»

Meryem Belkihel

Et cette satisfaction de sa première expérience lui a ouvert les yeux sur d’autres aventures. Ainsi, dès que les choses reviennent à la normale et que la pandémie soit éradiquée au Maroc, elle compte effectuer un «tour au Maroc» à bord de son vélo, avant de se diriger vers l’Afrique.

Cette Casablancaise, qui essaie à nouveau de transformer son rêve en réalité, est déjà passée à l'étape de mise en œuvre de cette aventure dès aujourd’hui. En effet, elle déclare travailler pour le moment afin de fournir les fonds nécessaires pour ce nouveau voyage. «Je sais que ce sera une aventure pleine de risques, mais cela en vaut la peine», conclut-elle.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
/