Menu

Article

Le port de Lamhiriz, une solution provisoire aux blocages par le Polisario d’El Guerguerate ?

En attendant la construction du grand port de Dakhla Atlantique, le port de Lamhiriz, situé à seulement 65 km d’El Guerguerate, pourrait constituer une solution aux blocages récurrents du passage par les membres du Polisario, par des connexions maritimes avec Nouadhibou en Mauritanie.

Publié
Photo d'illustration. / DR
Temps de lecture: 2'

Des membres de la direction du Polisario ont tenu, hier, une réunion consacrée à la préparation du lancement du «grand blocage du passage d’El Guerguerate». Des mesures d’accompagnement des personnes chargées de mener l’opération ont été arrêtées, avec notamment l’envoi de militaires en tenue civile encadrer les manifestants qui se trouvent déjà à «Kandahar», le no man’s land, avec leurs tentes et banderoles.

A quelques semaines de l’adoption par le Conseil de sécurité d’une nouvelle résolution sur le Sahara occidental, le Front parait décidé à faire de ce nouveau blocage un autre Gdeim Izik.

Face à un tel scénario, en cours de préparation et aux prochaines actions de ce genre, le Maroc a entre ses mains des cartes politiques et économiques pour les déjouer. Le royaume peut, en effet, compter sur le soutien du secrétaire général de l’ONU et du Conseil de sécurité. Le 28 avril 2017, les Quinze avaient forcé le Polisario à retirer ses milices qui perturbaient le cours de la circulation sur le passage depuis le 14 août 2016.

Il y a aussi le facteur de la stabilité économique du voisin du sud. Un long blocage d’El Guerguerate privera le marché mauritanien de son principal fournisseur en fruits, légumes et autres produits électroménagers, d’autant que le passage Zouirat-Tindouf, inauguré en août 2018 par des officiels algériens et mauritaniens, bat de l’aile et ne pourra constituer une alternative.

Reste à savoir également si le Polisario est-il capable de sacrifier les intérêts de ses alliés à Nouakchott sur l’autel de ses propres calculs politiques. 

Le port de Lamhiriz une solution provisoire

Par ailleurs, le port de pêche Lamhiriz, situé à 300 km de Dakhla et à seulement 65 km d’El Guerguerate, pourrait apporter une solution provisoire aux problèmes des blocages récurrents. Une alternative qui se présente en attendant la construction du grand port de Dakhla Atlantique, bien que celui de Lamhiriz, ayant coûté un budget de 220 millions de dirhams, ne joue pas dans la même division.

Le 20 mai 2019, le ministre de l’Equipement, des transports et de la logistique, Abdelkader Amara a affirmé, en réponse à une question écrite d’un député sahraoui du PAM de la province d’Aoussered, que les travaux sont terminés. Des sociétés espagnoles et portugaises ont été, d’ailleurs, engagées dans les opérations de dragages.

L’ouverture de ce port parait imminente. En témoigne les appels d’offres lancés, en mai dernier, par l’Agence nationale des ports (ANP) relatifs à ce projet, dont un concerne le contrôle de la qualité des travaux effectués.

Le port de Lamhiriz est à même de répondre à des propositions faites par les armateurs espagnols, notamment de la région de la Galicie qui pêchent dans les eaux mauritaniens. Pour éviter les blocages pendant des jours d'El Guerguerate, ils avaient demandé, en été 2019 à la Commission européens, l’autorisation du débarquement des captures dans un port marocain.

Ce port est destiné à redonner vie à Aoussered, autrefois un passage important entre le Maroc et la Mauritanie. Lamhiriz s’achemine vers le titre de capitale de la province, sachant que de par sa proximité avec le mur de sécurité, Aoussered a plutôt une vocation militaire et non économique.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
/