Menu

Breve

Moquée par les Marocains, une «sculpture» commandée par Mehdia détruite aussitôt

Publié
La sculpture commandée par la commune de Mehdia a été détruite suite à la polémique suscitée sur les réseaux sociaux. / DR
Le sculpteur a reconnu s'être inspiré d'une oeuvre à Madrid. / DR

Qualifiée de «poissons pénis», d’«abomination» ou de sculpture «pornographique», une œuvre de fontaine musicale lumineuse érigée sur un rond-point central de la ville de Mehdia a été détruite par les autorités locales, après avoir été moquée sur les réseaux sociaux.

Tout a démarré de photos de cette sculpture inachevée. Avec humeur, consternation et beaucoup d’ironie, les Marocains ont commenté ce projet commandé par la ville, confondant d’abord la ville avec une autre et pointant du doigt la commune de Kénitra, dirigée par le PJDiste et ministre de l’Energie, Aziz Rabbah. Jeudi soir, cette commune a affirmé ne pas être concernée par la polémique, précisant que «l’œuvre n’est pas située sur son territoire administratif» et renvoyant la balle à la commune de Mehdia, qui n’a toujours pas réagi au scandale.

Selon des sources concordantes, la sculpture a aussitôt été détruite jeudi matin, dans une tentative de mettre fin à un épisode durant lequel les internautes ont évoqué plagiat, compétences artistiques marocaines et dilapidation de deniers publics.

De son côté, le sculpteur, originaire de Kénitra et interrogé par Chouf TV, a reconnu avoir été «inspiré» d’une sculpture de Madrid. «J’ai changé quelques détails mais je n’ai pas encore achevé la sculpture des deux poissons», déclare-t-il avant de donner des détails sur ce projet suspendu, ayant démarré il y a plus d’un mois.

«Je voulais achever mon tableau et je suis actuellement affecté. J’ai dépensé de l’argent et de l’effort. Cela fait mal de voir tant de haine contre un artiste marocain», témoigne-t-il, au bord des larmes. «Il ne faut pas juger avant même l’achèvement de l’œuvre», lâche-t-il.

Hélas, l’œuvre, même inachevée, donnait déjà un avant-goût, hormis la couleur cuivrée manquante de ces poissons, devant leur «donner un aspect naturel», comme revendiqué par l’artiste.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
/