Menu


Les travailleurs des services client externalisés «doublement menacés» par le coronavirus

Publié
Photo d'illustration / DR.
Temps de lecture: 1'

La Fédération nationale du personnel des centres d’appel et des métiers de l’offshoring a averti sur les conditions de travail du personnel des services client externalisés au Maroc. Incluses à celles de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT), ses observations sont citées dans un rapport du Business & Human Rights Resource Centre (BHRRC), sur la situation du secteur durant la pandémie du nouveau coronavirus.

Au Maroc, le BHRRC a en effet établi que de nombreux salariés «ont été contraints de travailler dans des conditions exiguës sans protection adéquate au cours des premiers mois de la pandémie». Sous «la menace d'une perte substantielle de revenus due à une maladie ou à une absence, d’innombrables travailleurs ont subi des pressions pour lutter contre l’infection et ignorer la quarantaine», indique la structure.

Malgré la possibilité de travailler à domicile, l’organisation affirme que «la direction des centres d’appels indique qu’elle a besoin de travailleurs sur place pour répondre aux demandes des clients». Par ailleurs, elle estime que «le manque de transparence dans les chaînes d'approvisionnement (...) et les obstacles à la représentation de la voix des travailleurs signifient que les travailleurs peuvent être exposés à des risques et que la responsabilité est compromise». Alors que les sociétés de centres d’appels ont affirmé prendre des mesures sanitaire, «seul» l'un des groupes a «partagé des conseils», publiés en mars.

Les nouveaux risques pour la santé ont ainsi «laissé plus de 100 000 travailleurs» entre le Maroc et la Tunisie exposés. Le BHRRC recommande qu’avec l’augmentation des infections à la covid-19 dans les deux pays, «les entreprises de centres d’appels et les clients doivent travailler ensemble pour améliorer les conditions de travail».

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
/