Menu

Breve

Le Maroc pour «un Etat palestinien vivant côte à côte avec Israël dans la paix»

Publié
Le chef de la diplomatie marocaine Nasser Bourita. / DR
Temps de lecture: 2'

Le conseil exécutif de la Ligue arabe a tenu, mercredi 9 septembre par visioconférence, sa 145e session. Une réunion consacrée en partie à la question palestinienne, au cours de laquelle le Maroc a réitéré les principes fondateurs de sa politique sur ce dossier tout en plaidant pour une remise en question de certaines méthodes caduques  suivies jusqu’au là par les Etats arabes dans la défense des intérêts des Palestiniens.  

Dans un discours prononcé au nom du royaume, le ministre des Affaires étrangères Nasser Bourita a réaffirmé l’attachement du royaume à «un règlement juste mettant fin à l’occupation israélienne des territoires palestiniens et permettant l’établissement d’un Etat palestinien indépendant avec Al Qods Est comme capitale, vivant côte à côte avec Israël dans la paix et la stabilité».

Le chef de la diplomatie a reconnu que la conjoncture actuelle est «critique» dans le monde arabe. Pragmatique, Nasser Bourita a invité ses homologues au sein de la Ligue à prendre plutôt «des initiatives et sortir de l’attentisme, en reconsidérant certaines méthodes suivies et en s’ouvrant sur l’ensemble des acteurs majeurs dans ce dossier».

Le ministre a saisi cette occasion pour rappeler les Arabes leur responsabilité dans la conjoncture critique qu’ils traversent. «Réduire les défis auxquels fait face le monde arabe à tout ce qui est exogène et en dehors de la région, est totalement faux», a-t-il expliqué.

Des critiques qui ne sont pas sans rappeler ceux énoncés par le roi Mohammed VI pour justifier son absence des sommets de la Ligue ou de refuse de les accueillir. «Ces réunions tendent à mettre en avant les personnes et à reléguer au second plan les vrais problèmes», déplorait le souverain en janvier 2009 alors que les chefs d’Etats de la région se préparaient pour prendre part à un conclave extraordinaire au Qatar.

Sept ans après, le roi annonçait dans un communiqué le refus du Maroc d’accueillir un sommet de l’organisation panarabe, arguant que «les conditions objectives pour garantir le succès d'un sommet arabe, à même de prendre des décisions à la hauteur de la situation et des aspirations des peuples arabes, ne sont pas réunies».

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
/