Menu

Article  

Covid-19 à Tindouf : Des témoignages de médecins sahraouis contestent la version du Polisario

La version rassurante de la direction du Polisario sur la propagation de la pandémie du coronavirus dans les camps de Tindouf, est contestée par les témoignages de médecins sahraouis. 

Publié
DR
Temps de lecture: 2'

Officiellement, aucun nouveau cas d’infection par le coronavirus n’a été enregistré durant «les dernières 48 heures» dans les camps de Tindouf, rapporte l’agence de presse du Polisario. Une annonce faite, hier, par le porte-parole de la commission de protection contre le Covid-19, le docteur Mohamed Salem Cheikh. Il a souligné qu’ «il y a 42 cas suspects», soit une légère hausse par rapport aux «38», déclarés par la même source le mardi 4 août et repris par le quotidien algérien El Khabar.

La version de ce responsable est cependant contredite par les témoignages de médecins sahraouis auxquels Yabiladi a eu accès. Des déclarations faites en castillan et en arabe qui pointent un système sanitaire en lambeaux. «Nous n’avons ni gel hydroalcoolique, ni gants, ni masques de protection pour s’occuper convenablement des malades», dénonce un médecin sahraoui. Faute de moyens suffisants, les blouses blanches n’échappent pas à la propagation du virus létal.

«Nous déplorons déjà la perte d'un collègue. Sa famille a également été infectée.»

Dans sa déclaration en langue espagnole, il a fait état de «décès» de patients contaminés par le coronavirus, citant «trois morts, un originaire de Bir El Guendouz, un autre de Mijek et le frère d’un ami médecin».

Le Polisario dans le déni

Un autre professionnel de la santé, qui a décliné son identité, s’insurge contre les «messages rassurants» des médias du Polisario. «Ne les écoutez pas, il ne s’agit pas d’une simple fièvre passagère, comme ils prétendent, les gens meurent quotidiennement», a-t-il lancé.

Comme ses confrères précédemment cités, ce docteur a dénoncé les conditions difficiles d'exercice et le manque de masques, de gel, et de gants. Les deux témoignages dénoncent, par ailleurs, l’absence de membres de la direction du Polisario auprès des malades, comme pour mieux ignorer l'ampleur de la pandémie à Tindouf.

Face aux voix contestant la version officielle de la direction du Front Polisario, le directeur régional de la santé au niveau du «camp Smara» a dû reconnaitre la propagation inquiétante du coronavirus dans sa région. «Il y a des cas positifs et des décès avérés par la Covid-19», a-t-il déclaré.

Ses services ont également «enregistré des morts atteints d’une fièvre mystérieuse, sans pouvoir déterminer s’il s’agit de la pandémie du coronavirus ou d’une autre maladie». Hier, pourtant, le docteur Salem Cheikh parlait de 52 tests PCR effectués sur des Sahraouis dans l'ensemble des camps de Tindouf. La trentaine de morts de cette fièvre mystérieuse ne semblent pas prioritaire pour les tests covid-19.

Un récent bilan du ministère de la Santé algérien faisait état de 113 cas positifs au nouveau coronavirus et un seul décès dans toute la Wilaya de Tindouf. Au niveau national, l'Algérie comptait 33 055 cas testés positifs et 1 261 décès.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
/