Menu

Economie Publié

Coronavirus : Après la crise sanitaire, les pays émergents en proie à l’instabilité

Dans le contexte de la pandémie du nouveau coronavirus, les impacts de la crise sanitaire pourraient mettre en péril la stabilité de pays émergents. Une récente analyse place l’Afrique et l’Amérique latine en tête des régions concernées. Moins impacté, le Maroc s’attend toutefois à une brutale récession.

Temps de lecture: 2'
Photo d'illustration / DR.

«Le monde d’après» la pandémie du nouveau coronavirus pourrait ne pas être aussi stable que le prédisent les réflexions sur la révision des modèles socio-économiques pour un environnement plus équitable. En effet, les impacts économiques de cette crise sanitaire s’accumulent, dans un contexte marqué par une forte hausse de chômage renforçant les précarités. Ces éléments présagent d’abord plus de manifestations et de mouvements sociaux, avertit le cabinet Verisk Maplecroft. Dans une récente analyse, il évoque des risques sur la stabilité intérieure de certains pays et régions.

Dans cette étude, le cabinet indique avoir identifié 37 pays, qui seraient particulièrement marquée par «des pics de troubles majeurs au cours du second semestre de cette année», en raison de la lente reprise économique qui pourrait susciter davantage de contestations sociale et politique. Verisk Maplecroft indique que les zones concernées se situent principalement en Afrique et en Amérique latine.

Parmi ces pays, on retrouve l’Algérie, le Nigéria, la République démocratique du Congo (RDC), l’Ethiopie, le Venezuela ou encore le Pérou. Mais d’ici la fin 2020, cette onde de choc pourrait se ressentir également dans des marchés émergents, à l’image de l’Egypte, du Bangladesh ou encore de la Turquie, prévient encore Verisk Maplecroft.

Ces mouvements s'ajoutent en effet à «des griefs de longue date concernant les inégalités socio-économiques, les droits civils et politiques et la corruption», ou encore l’insécurité alimentaire et la hausse des prix des denrées alimentaires, qui pourraient ainsi refaire surface d’une manière amplifiée, selon l’analyse.

Une crise qui pourrait raviver des tensions antérieures

Le document précise que d’autres économies ne seraient pas pour autant épargnées. «Le Chili, le Brésil et l’Argentine se situent juste au-dessus» de la catégorie des pays les plus à risque, de même que les Etats-Unis, déjà secouées par des manifestations malgré la situation sanitaire du pays. En effet, le cabinet indique que «la colère face aux problèmes structurels n’a pas disparu», même dans les plus grands pays industrialisés.

«La combinaison des manifestations de Black Lives Matter, de la frustration croissante face aux pertes d’emplois et de la faible réponse du président Trump à la pandémie signifie que davantage de troubles sont inévitables», écrit Verisk Maplecroft. Ceci laisse dire que «les années 2020 sont en passe de devenir la décennie des bouleversements», d’autant plus que les mouvements sociaux post-pandémie pourraient se prolonger dans la durée. L’analyse montre qu’ils pourraient s’étendre jusqu’à trois ans, particulièrement dans les pays les plus touchés par une hyperinflation, comme le Venezuela.

Si des pays de la région comme l’Algérie et l’Egypte sont concernés par ces prévisions, le Maroc ne fait pas partie des pays à risque listés dans l’analyse du cabinet. Cependant, le royaume risque de faire face à sa première récession depuis 1995, selon des prévisions rendues publiques la semaine dernière par la Banque mondiale. Ainsi, le PIB réel devrait perdre quatre points cette année, alors que les prévisions avant la crise sanitaire indiquaient une croissance de 3,6%.

Par ailleurs, 66% des professionnels du secteur informel ont perdu leurs emplois, alors que les aides octroyées aux personnes impactées par la crise sanitaire n’auront couvert que 19% des ménages. Quant au déficit du compte courant, il devrait atteindre 8,4% cette année, dans un contexte de baisse des recettes d’exportation, touristiques, ainsi que des transferts des MRE. Si la marge de manoeuvre financière s'est considérablement rétrécie, le climat social est resté sous contrôle.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
MahkamaGate