Menu

Politique Publié

Maroc VS Amnesty International : El Othmani persiste et signe

Temps de lecture: 1'
DR

Le Maroc n’est pas convaincu par la dernière réponse parvenue ce jeudi 9 juillet, de la secrétaire générale par intérim d’Amnesty International à la lettre que le chef du gouvernement. Pour rappel, le 1er juillet, Saad-Eddine El Othmani a demandé à la direction d’AI, basée à Londres, de lui présenter des preuves matérielles étayant les accusations contenues dans son rapport, publié le 22 juin.

«Nous insistons toujours pour que vous nous fassiez parvenir une copie du rapport d’expertise scientifique adoptée pour adresser ces accusations infondées ou de le rendre public, au lieu de publier un rapport truffé d’expressions qui renvoient à des hypothèses en contradiction avec les critères scientifiques de l’expertise (…) pour prouver le lien des infiltrations présumées de téléphones», a précisé El Othmani dans une déclaration à la MAP.

Le chef de l’exécutif a défendu l’approche adoptée par le Maroc dans la gestion de ce dossier, la qualifiant de «responsable, logique et transparente s’appuyant uniquement sur la preuve scientifique». Et d’ajouter que Rabat «demeure ouvert au dialogue constructif».

Dans son rapport du 22 juin, Amnesty International a accusé les autorités marocaines d’avoir espionné le téléphone du journaliste Omar Radi. Des accusations largement reprises par des médias internationaux.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com