Menu

Société   Publié

Attaqué par une meute de chiens à Goulmima, le jeune Yahya est sorti de l’hôpital

Début février, le jeune Yahya a été attaqué par une meute de chiens errants, dans la commune de Goulmima. Transféré en urgence à Fès puis au CHU de Casablanca, il a été transporté à Amsterdam, grâce à la mobilisation de MRE alertés par des habitants locaux. Après avoir frôlé une mort certaine, le jeune garçon de 12 ans est enfin sorti de l'hôpital.

Temps de lecture: 3'
La chambre de Yahya à l'AMC d'Amsterdam / Ph. Ahmed Larouz

En février dernier, Yabiladi rapportait l’élan de solidarité dont a bénéficié Yahya, 12 ans, qui a été attaqué par des chiens errants dans la commune de Goulmima (province d’Errachidia). Grâce à l’intervention d’entrepreneurs et associatifs marocains aux Pays-Bas, une initiative associative et royale lui a permis d’être transporté en urgence à Amsterdam, une équipe médicale s’étant portée volontaire pour le soigner. Il y a quelques semaines, le garçon a enfin pu quitter l’hôpital, tout en restant sous étroite surveillance.

Il s’agit ainsi d’un dénouement heureux pour Yahya et sa famille, qui a été rongée par l’inquiétude de perdre son enfant, laissé pour mort à cause de graves blessures au niveau du corps, la tête et le visage. Vivant aux Pays-Bas et natif de Goulmima, Ahmed Larouz  a supervisé le transfert du garçon jusqu’à Amsterdam, où il a été admis à l’AMC, au sein de l’hôpital universitaire. L’histoire, qui a ému les habitant de Goulmima, les Marocains d’ici et d’ailleurs, mais aussi d’autres nationalités, a constitué un catalyseur de convergence des solidarités et de la mobilisation de plusieurs associations, notamment les fondations Karam et Santé pour tous. Une initiative royale permettra la prise en charge du vol, qui aura sauvé l’avenir d’un garçon encore plein d’espoirs.

Des opérations chirurgicales décisives

En effet, Yahya a dû subir des opérations chirurgicales délicates, qui n’auraient pas pu être effectuées en dehors de l’AMC par l’équipe médicale bénévole qui le suit toujours de près.

«L’une de ces interventions, qui était très décisive, a duré 18 heures continues, qui ont permis de tirer Yahya du danger», souligne aujourd’hui Ahmed Larouz, qui n’a pas quitté pendant ses trois premiers mois les plus délicats, ainsi que Dr. Abdelali Bentohami, qui a mobilisé le personnel médical, par le biais de la Fondation Santé pour tous qu’il préside.

«Yahya est content aujourd’hui que tout se soit bien passé et qu’il ait pu sortir de l’hôpital», se félicitent les deux MRE. «Maintenant et avec la levée du confinement à Amsterdam, il sort, il joue à l’extérieur, renoue avec le cours d’une vie épanouie», indique Ahmed Larouz avec satisfaction. Avec ses parents, l’enfant est désormais logé dans un appartement loué pour la petite famille, par le biais de la Fondation Santé pour tous.

«Nous avons pris en charge tous les aspects du séjour de Yahya et de ses proches, afin d’être sûrs qu’ils ne manquent de rien», indique à Yabiladi Dr. Abdelali Bentohami. A Amsterdam, Santé pour tous s’est ainsi occupée de «tous les frais d’hospitalisation qui n’était pas gratuite, en plus des frais d’hébergement, de location actuellement, ainsi que des courses régulières et d’une majeure partie de l’alimentation», indique le médecin chirugrien.

«C’est impressionnant comment cet élan de solidarité a effacé toute considération, faisant que tous ceux qui ont entendu parler de l’histoire se rendaient presque quotidiennement à l’AMC pour proposer leur aide et apporter un soutien à la petite famille.»

Ahmed Larouz

En effet, l’amélioration de la santé de Yahya lui a permis une sortie de l’hôpital, offrant ainsi un paisible mois de Ramadan à la petite famille. «Nombre de personnes fournissent gracieusement des repas faits maison, un soutien moral, une aide logistique ou encore matérielle aux parents, exprimant leur reconnaissance à tous ceux qui facilitent leur séjour ici», nous confie encore Ahmed Larouz.

Un processus de convalescence qui prendra encore du temps

Cependant, cette reprise de la vie normale ne signifie pas pour Yahya la fin des soins. A cet effet, il doit rester proche de l’équipe médicale. «Les médecins tiennent à continuer leur suivi, jusqu’à être sûrs que son état de santé puisse lui permettre un retour au Maroc», explique Ahmed Larouz.

Selon Dr. Bentohami, des interventions de chirurgie plastique restent encore à effectuer, «mais elles pourront se faire ultérieurement, en coordination avec les médecins bénévoles qui se mobiliseront à cet effet au sein de la Fondation Santé pour tous», indique le chirurgien. En plus de l’organisation logistique, ces interventions resteront encore tributaires de plusieurs considérations cliniques, les tissus faciaux de Yahya étant encore en croissance.

«Nous sommes en tout cas ravis que son état de santé s’améliore, mais il a encore besoin d’un important accompagnement pour gérer le traumatisme psychologique dû à l’attaque», explique Abdelali Bentohami à Yabiladi. «Yahya a besoin notamment de se faire de nouveaux amis ici, pour sortir de cette longue solitude où il ne pouvait pas rencontrer d’autres enfants de son âge, partager des jeux collectifs», souligne Ahmed Larouz, qui insiste également sur la prise en charge psychothérapeutique.

Article modifié le 2020/07/07 à 12h25

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com