Menu

Economie Publié

Précautions sanitaires et baisses tarifaires pour un retour des touristes marocains

Le tourisme national est la planche de salut pour les établissements hôtelier du Maroc, car la reprise de l'activité alors que les frontières sont fermées sera lente. Chefchaouen, Bin El Ouidane et Dakhla, trois destinations qui se préparent à prendre soin des touristes déconfinés.

Temps de lecture: 3'
Un complexe hôtelier à Taghazout, au Maroc. / DR

Dimanche, le Maroc a annoncé un ensemble de nouvelles mesures dans le cadre de son plan de déconfinement progressif dans plusieurs régions du royaume. Dans la zone 1, qui comprend désormais l’ensemble des préfectures et des provinces- à l’exception de Marrakech, Kénitra, Larache et Tanger, la vie reprendra son cours dès le 25 juin. Sous certaines conditions, les cafés et restaurants ouvriront à nouveau leurs portes, et les déplacements interurbains autorisés.

Selon un communiqué de presse diffusé dimanche par les ministères de l'Intérieur, de la Santé et de l'Industrie, les hôtels pourront reprendre leurs activités, fonctionnant avec 50% au plus des capacités d'hébergement et d'accueil. La nouvelle, tant attendue par un secteur frappé de plein fouet par la crise, a conduit plusieurs établissements hôteliers à mettre les bouchées doubles pour la reprise.

C’est le cas de certains établissements à Chefchaouen, destination attrayante du Nord connue pour un tourisme culturel et de montagne. Après avoir fermé son entreprise pendant trois mois en raison de la crise sanitaire, Adil, propriétaire d’un hôtel, confie à Yabiladi qu’il prépare actuellement son personnel à la reprise des activités. «Nous formons le personnel et essayons de l'accoutumer aux nouvelles mesures», précise-t-il, en faisant allusion aux consignes des autorités sanitaires. «En plus de l'éloignement social et des mesures préventives, nous travaillons à adapter notre espace à la nouvelle situation», ajoute-t-il.

Adil et son équipe mettront des marquages sur le sol pour guider leurs futurs clients et minimiser les contacts physiques. La préparation de l'hôtel s'accompagnera également de l'achat de produits d'hygiène, de masques et de gels hydroalcooliques, précise-t-il.

«Ce sont toutes des idées auxquelles j'ai pensées pour préparer la réouverture. Je n'ai reçu aucune note ni aucun document des autorités expliquantles mesures à suivre», regrette-t-il.

Réduire les prix pour attirer les clients

Les mesures sanitaires ne sont pas la seule inquiétude pour Adil, il a dû également réflechir à la politique tarifaire pour relancer l'activité.  Les frontières étant fermées, l'industrie du tourisme au Maroc ne dépendra que des voyageurs locaux.

«Nous avons dû réduire nos prix dans l'espoir d'attirer des clients. Les réductions vont jusqu'à 50% pour garantir certaines réservations, surtout après cette longue période de fermeture complète.»

Adil - Chefchaouen

Cette même stratégie sera suivie par Rachida Benkabour, propriétaire d'un hôtel à Bin El Ouidane, une autre destination touristique de montagne dans l'Atlas. «Malgré les pertes, nous devrons introduire des prix attractifs pour les futurs clients», explique-t-elle. Cette entrepreneure rappelle que la crise sanitaire l'a poussée à fermer l'hôtel pendant trois mois, qui coïncident habituellement avec la haute saison pour les voyageurs aimant passer des vacances dans cette partie du royaume.

«Nous allons ouvrir nos portes, tout en mettant en place des mesures préventives, telles que la stérilisation, la distanciation physique et le port de masques», souligne-t-elle. A l'instar de Adil, elle n'a pas encore reçu de directives des autorités régionales sur la façon de gérer cette reprise.

Plus loin vers l'extrême sud, et plus précisément à Dakhla, les préparatifs vont bon train pour reprendre les activités, le Maroc ayant annoncé la reprise des vols intérieurs pour le 25 juin. «La région a déjà lancé les préparatifs pour recevoir les invités», confie à Yabiladi Daifallah Ndour, délégué régional du tourisme à Dakhla-Oued Ed-Dahab.

Se préparer pour la saison estivale

Selon le responsable, les préparatifs comprennent des installations de désinfection, dans les restaurants, les hôtels et les moyens de transport. Pour les hôtels, les propriétaires devront désinfecter les chambres après chaque séjour. «Les chambres d'hôtel resteront aussi inutilisées pendant 48 heures avant de pouvoir recevoir de nouveaux clients», explique-t-il. En plus de ces mesures, Daifallah Ndour précise que d’autres actions sont à l'étude.

«Nous avons pensé à distribuer des kits à l'aéroport, avec des masques, des gels désinfectants et des cartes avec des endroits à visiter dans la région», ajoute-t-il. Et de rappeler que la plupart des installations et activités touristiques de la ville sont respectueuses des règles de distanciation : «À Dakhla, les hôtels sont éparpillés et la plupart d'entre eux comprennent des bungalows séparés les uns des autres, ce qui constitue une bonne base pour une distanciation physique.»

Comme d'autres régions, Daifallah Ndour a expliqué que les hôtels à Dakhla réduiront également les tarifs et offriront des forfaits promotionnels aux clients, en espérant que la «RAM pourra également contribuer à cette campagne en baissant les prix des vols vers la ville».

Comme beaucoup d'autres secteurs, celui du tourisme devra reprendre progressivement ses activités. Une reprise qui sera lente en attendant la réouverture des frontières et l'espoir d'un retour des touristes.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
MahkamaGate