Menu

Article

Les incohérences de la droite andalouse quant à son opposition à l’opération Marhaba

Vent debout contre la transhumance estivale de milions de Marocains d'Europe pour regagner le Maroc, la coalition de la droite andalouse s'est pris les pieds dans le tapis britannique. 

Publié
DR
Temps de lecture: 2'

Sous prétexte de garantir la sécurité des Espagnols de la propagation de la pandémie de la Covid-19, le bloc de droite aux commandes de la région autonome de l’Andalousie, composé du Parti populaire et de Ciudadanos et soutenu par Vox, poursuit sa campagne à Bruxelles contre l’Opération Marhaba 2020.

Après avoir interpellé, la semaine dernière, la Commission européenne, le Haut représentant de l’UE pour les Affaires étrangères et de Politique de sécurité, l’eurodéputée de Ciudadanos Maite Pagazaurtundúa a frappé hier à la porte de l’Union européenne pour évoquer le même sujet. Pour rappel le président de l’Andalousie Juan Moreno a proposé, le 7 juin, la suppression de l'édition 2020 de l’Opération Marhaba.

Deux poids, deux mesures

Force est de constater que les motifs sanitaires brandis par la droite andalouse pour s’opposer aux passages des MRE, s'effacent très vite quand il s'agit des touristes britanniques. Les mêmes responsables de la région ont ouvertement rejeté le projet du gouvernement central visant à placer les touristes britanniques en quarantaine pendant 15 jours. En effet, cette mesure de réciprocité avec le Royaume-Uni a été évoquée par la ministre espagnole des Affaires, Arancha Gonzalez, lors d’une interview accordée à la BBC.

Ce mercredi, le n°2 de l’Andalousie, Miguel Marin chargé également du maroquin du Tourisme, est monté au créneau pour alerter des répercussions de l’entrée en vigueur d’une telle mesure sur l’activité touristique estivale. Il a martelé que le marché britannique reste la principale entrée de devises pour les professionnels touristiques andalous. Il a proposé un compromis en soumettant les britanniques à des tests pour la Covid-19. Un flagrant deux poids deux mesures, alors qu'il s'était opposé de manière catégorique, le 8 juin dernier, à l'Opération Marhaba 2020.

Cette incohérence de la droite andalouse obéit plus à des calculs idéologiques qu’à des arguments sanitaires ou économiques. Le syndicat Commissions ouvrières a en effet mis en garde contre la perte de milliers de postes d’emploi en cas de suppression de l’Opération Marhaba 2020. Madrid réussira-t-elle a faire entendre raison à la droite aux manettes de la Junta de Andalucia ? 

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com