Menu

Politique Publié

Chakib Benmoussa, victime des gazouillis maladroits de l’ambassadrice de France au Maroc

L'ambassadrice de France au Maroc a contribué par un tweet à mettre le feu à la maison de la Commission spéciale sur le modèle de développement. Le discrêt Chakib Benmoussa s'est ainsi retrouvé pris dans la tempête de gazouillis sur Twitter.

Temps de lecture: 2'
Chakib Benmoussa, président du CSMD / DR

Nouvel épisode de tension dans les relations maroco-françaises, déjà durement éprouvées. En cause un tweet maladroit de Hélène le Gal, ambassadrice de France à Rabat, sur un entretien par visioconférence avec Chakib Benmoussa, le président de la Commission spéciale sur le modèle de développement. «Je remercie Chakib Benmoussa (...) pour m'avoir présenté ce matin un point d'étape de la CSMD Maroc : de très belles perspectives pour le nouveau pacte économique» entre les deux pays, a écrit Hélène le Gal.

Un tweet sur ce «point d'étape» qui a été considéré comme condescendant, aux relents coloniaux, par de nombreux internautes. Il s'inscrit dans le sillage d'un tweet tout aussi choquant publié par le Président français «[demandant] aux autorités marocaines de veiller à ce que tout le nécessaire soit fait au plus vite», en référence aux vols pour permettre aux ressortissants français de regagner la France.

Dès lors, le message d'Hélène Le Gal a été perçu comme celui d'un «nouveau Résident général» auquel Chakib Benmoussa rendrait des comptes, alors que la commission doit livrer son rapport d'abord au Roi Mohammed VI, et qu'aucune communication du contenu n'a été faite aux Marocains. Cette rencontre intervient en outre moins de vingt-quatre heures après la diffusion d’un communiqué annonçant que le Roi accordait un délai supplémentaire de six mois à la CSMD, qui devra donc livrer son rapport en janvier 2021.

Succession de maladresses sur Twitter

Sentant le feu à la maison, les services de communication de la CSMD ont tenté de rectifier le tir. «Le président de la CSMD a échangé, par visioconférence et à sa demande, avec Mme Hélène Le Gal, à l’instar de précédentes réunions avec des ambassadeurs de pays amis et de représentants d’institutions internationales. La rencontre a été l’occasion d’aborder les relations entre le Maroc et la France et entre l’Afrique et l’Europe à l’horizon de l’après Covid-19», écrivent-ils via le compte Twitter de la CSMD.

En l'espace d'un mois, c'est la deuxième bévue de Mme Hélène Le Gal sur Twitter. Elle avait effectivement cru bon communiquer sur un don de 55 thermomètres infrarouges à la Protection civile. Une annonce perçue comme une offense par plusieurs internautes marocains poussant l'ambassade française à supprimer son tweet.

Un peu avant sa nomination à Rabat, l'ancienne ambassadrice de France à Tel Aviv avait également suscité un malaise en tweetant, en mai 2019, sa «solidarité avec la population du Sud d’Israël, durement éprouvée par les tirs de roquettes depuis la bande de Gaza», sans aucun mot de compassion pour les nombreuses victimes palestiniennes.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
MahkamaGate