Menu

Santé Publié

Coronavirus : En trois étapes, l’orage cytokinique conduit au décès des patients

Temps de lecture: 2'
Photo d'illustration / Ph. AFP

Un mécanisme en trois étapes pourrait expliquer certains effets du nouveau coronavirus chez les personnes infectées, qui souffrent de lésions vasculaires, de caillots et d’orages immunitaires. Ces phases constitueraient les épisodes de l’«orage cytokinique», causé par la sur-inflammation de l’organisme à cause de la covid-19.

Selon l’Institut du Cancer de Louvain en Belgique, ces étapes impliquent les cellules des vaisseaux sanguins et s’aggravent par les altérations liées à des maladies cardiovasculaires ou auto-immunes. De ce fait, les vaisseaux deviennent perméables, avec une coagulation incontrôlée et une réaction immunitaire disproportionnée.

«Après la phase initiale de l’infection virale, environ 30% des patients hospitalisés atteints de COVID-19 développent une maladie grave avec des lésions pulmonaires progressives, en partie en raison d’une réaction inflammatoire excessive», exposent les auteurs de ces résultats dans la revue scientifique Nature.

Lorsque le SARS-CoV-2 atteint les poumons, les cellules des alvéoles et les cellules endothéliales des vaisseaux adjacents sont envahies. L’activité de leurs récepteurs est ainsi entravée, ce qui rend les vaisseaux perméables. Pendant ce temps, les cellules infectées meurent. «Ce n’est pas une mort tranquille où la cellule meurt tout simplement ; tout le contenu s’échappe», explique à Science Nilam Mangalmurti, pneumologue américain.

Ces événements et le dérèglement qu’ils engendrent attire les cellules immunitaires, qui jouent sur la coagulation et la perméabilité des vaisseaux. «Tous ces mécanismes interdépendants s’emballent, l’inflammation s’intensifie : c’est l’orage cytokinique», explique Sciences et Avenir. «Cette flambée contribue à la formation de caillots, que l’organisme tente de dissoudre (…)», ajoute la même source.

Ainsi, «les cellules immunitaires libèrent une foule de molécules de signalisation, les cytokines, qui augmentent la pression sanguine locale et affaiblissent les jonctions entre les cellules. Les fuites s’aggravent, du liquide rempli les poumons : c’est le début du syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA) responsable de la plupart des décès de patients», explique encore le magazine.

A travers ces observations, les chercheurs suggèrent que des médicaments influant sur l’intégrité des cellules endothéliales pourraient aider à atténuer l’orage. Il s’agit notamment d’anti-coagulants ou d’anti-inflammatoires, qui sont d’ores et déjà à l’étude.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
MahkamaGate