Menu

Société   Publié

Philippines : Malgré les appels à l’aide, un ressortissant marocain décède

Dans la nuit de mercredi à jeudi, un ressortissant marocain bloqué aux Philippines pendant trois mois est décédé. Il y a moins de trois semaines, il avait lancé un appel après avoir vu ses ressources financières épuisées, en plus de ses médicaments contre l’asthme et les provisions nécessaires à ses enfants en bas âge.

Temps de lecture: 3'
Younes Zabdi dans une dernière vidéo avant son décès / Caprute d'écran

Travaillant aux Emirats arabes unis mais arrivé aux Philippines en novembre 2019 pour des raisons familiales, son épouse étant ressortissante philippine, Younes Zabdi est décédé dans la nuit de mercredi à jeudi. Il y a quelques semaines, il est apparu dans une vidéo affirmant que son état de santé se détériorait à cause de son asthme, et que ses ressources financières pour s’approvisionner en nouveaux lots de Ventoline sont toutes épuisées.

Crise sanitaire oblige, le ressortissant «sera inhumé sur place», mais sans l’aide financière prévue pour l’inhumation des Marocains dans le besoin, selon l’ambassade du Maroc aux Philippines. «C’était un résident et il est mort d’autre chose que le covid-19, ça n’a strictement rien à voir», a déclaré à Yabiladi l’ambassadeur du royaume dans le pays, Mohamed Rida El Fassi. «Il résidait entre les Emirats et les Philippines ; d’ailleurs il a une femme et deux enfants ici. Il avait une maladie chronique et il en est mort», complète le responsable, affirmant ainsi que l’enterrement n’entrait pas dans le cadre du soutien de la représentation.

Quant à la possibilité de soutenir la famille du défunt, qui a laissé orphelin un bébé de cinq mois né prématurément, Mohamed Rida El Fassi reconnaît cette fois-ci que le ressortissant «a sa carte de séjour aux Emirats arabes unis», et qu’un soutien financier sera apporté à la famille, la représentation étant en contact avec la veuve. «Nous lui avons promis de faire un geste de soutien», nous indique encore l’ambassadeur.

Un cas symptomatique de la situation des Marocains bloqués aux Philippines

Dans la dernière vidéo documentant ses conditions de vie, Younes a indiqué que cela faisait trois mois qu’il ne pouvait plus payer le loyer d’une chambre qu’il occupait temporairement, après s’être retrouvé bloqué pendant qu’il attendait les actes de naissance de ses enfants, pour préparer leurs passeports et envisager ainsi un regroupement familial aux Emirats arabes unis. «J’aurais pu travailler n’importe où ici, pour ne pas demander de l’argent aux gens, en ces temps qui sont difficiles pour tout le monde, mais je ne maîtrise malheureusement pas la langue», affirmait-il.

Sans les documents de ses enfants, le retour de Younes aux Emirats avec sa petite famille aurait été impossible. «C’est la troisième fois qu’il venait aux Philippines, donc s’il voulait ramener son épouse, il l’aurait fait la première fois, pas la deuxième et la troisième», rétorque Mohamed Rida El Fassi auprès de Yabiladi. Or, d’après le défunt, son nouveau-né était sous couveuse médicale.

«Je me suis tourné vers l’ambassade, mais elle m’a indiqué que je ne faisais par partie des personnes pouvant bénéficier d’un appui, toujours est-il que j’étais inclus à la liste des ressortissants à rapatrier (...) Je ne suis pas là pour m’installer, mais juste pour effectuer des démarches administratives», avait insisté Younes dans la vidéo.

Au fil de nos échanges avec l’ambassadeur du Maroc aux Philippines, la position évoluera. Il nous indiquera finalement que «le défunt sera inhumé sur place selon le rite musulman et que sa famille bénéficiera d’une aide à cet effet. Le transfert de la dépouille pourrait intervenir plus tard», ajoute-t-il.

Aux Philippines, une trentaine de Marocains en séjour temporaire sont bloqués à cause de la pandémie mondiale du nouveau coronavirus. Pendant ce séjour prolongé sine die, ils ont vu ainsi leurs ressources financières fondre, leur état de santé se détériorer, tandis que d’autres se sont retrouvés au chômage à cause de leur longue absence. Si les aéroports philippins sont désormais opérationnels, aucun vol ne peut s’opérer vers les destinations qui n’ont pas encore ouvert leur espace aérien. En attendant la réouverture des frontières marocaines, le seul espoir repose sur un éventuel rapatriement.

L’ambassade marocaine aux Philippines avait apporté une aide de 200$

En plus de la prise en charge de l'inhumation, l'ambassade marocaine nous a recontacté pour préciser qu'une aide de 200$ (10 000 pesos philippins) a été envoyée à Younes Zabdi, le 19 mai 2020.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
MahkamaGate