Menu

Société Publié

Face au chômage, Lamyaa Alloussi se lance dans un secteur 100% masculin

Au chômage, Lamyaa Alloussi n’a pourtant pas baissé les bras, préférant plutôt un projet de lavage auto à domicile baptisé «Perfect touch». Cette jeune marocaine, première femme à pénétrer ce domaine dans la ville de Mohammedia, aspire étendre son projet.

Temps de lecture: 3'
Lamyaa Aloussi a lancé «Perfect Touch» après avoir visionné une émission télé sur le lavage auto. / DR
Lamyaa Aloussi a lancé «Perfect Touch» après avoir visionné une émission télé sur le lavage auto. / DR

Alors qu'elle était au chômage, c'est en visionnant une émission de télévision spéciale sur le lavage de voiture qu’elle a eu l'idée de son projet entrepreneurial. C'est l'histoire de Lamyaa Alloussi, une jeune femme diplomée en secrétariat en 2018. C'est dans son domaine de formation qu'elle débutera sa vie professionnelle. Après quelques stages et petites expériences elle trouvera un emploi à Casablanca, sa ville natale. Un premier contrat auquel elle mettra fin rapidemment pour des raisons personnelles. 

Plusieurs candidatures dans différentes institutions se solderont par des échecs. Une situation de chômage qui ne découragera pas pour autant Lamyaa. «Au lieu de rester les bras croisés, j'ai essayé de penser à mon propre projet. J'avais beaucoup d'idées, mais mon choix s'est porté sur un projet de lavage auto mobile», confie-t-elle à Yabiladi.

Agée de 23 ans, elle voulait être la première fille à pénétrer ce domaine dans sa ville. Un projet qui n'emballera pas à sa famille. Mais face à sa détermination et son enthousiasme, ils finiront par accepter l'idée, et l'aideront même financièrement. C'est ainsi que Lamyaa achète un triporteur et tout l'équipement nécessaire pour commencer son travail fin décembre 2018.

Elle se souvient encore du premier jour : «Ce matin-là, j'étais terrifiée parce que je ne savais pas où j'allais. Je pensais que les clients m'appelleraient dès qu'ils verraient le logo sur le triporteur, alors qu'en réalité ils ne faisaient même pas attention à moi.»

Dans la panique, la jeune femme ne s’est pas rendue chez elle, mais s’est dirigée vers El Mansouria, après avoir passé plusieurs heures décevantes à Mohammedia. Une décision qui changera sa vie.

«Quand je suis arrivée, je me suis arrêtée devant l'un des cafés connus de la région. Je suis resté plantée là pendant plusieurs heures. Finalement, le soulagement est arrivé avec un premier client. La première récompense était de 30 dirhams.»

Lamyaa Alloussi

L’aspiration d’ouvrir de nouvelles opportunités pour les jeunes femmes

Un premier chiffre d'affaire qui peut paraitre dérisoire, mais qui signifiait beaucoup pour la jeune auto-entrepreneure. «Je n'ai pas oublié la joie ressentie, bien que j'ai dépensé ce montant le même jour en essence», s'amuse-t-elle. «De retour à la maison, ma mère m'a encouragée et m'a dit en plaisantant que c’était un bon départ et qu’une voiture à laver vaut mieux que rien», ajoute la jeune femme.

À cette époque, El Mansouria était devenue sa destination préférée deux mois durant. Désormais, avec le nombre de clients fidèles qui a augmenté, elle reçoit directement leurs appels. «Regarder un programme de lavage de voitures à la télévision m'a ainsi permis d'acquérir des compétences et des techniques de lavage, ce qui m'a valu la confiance des clients», explique-t-elle.

L'apparente facilité d'adaptation pour Lamyaa ne doit pas pour autant faire oublier les difficultés pour une femme de travailler dans ce domaine d'activité, traditionnellement occupé par des hommes. «J'ai été soumise à de nombreux harcèlements par des professionnels du secteur. Certains d'entre eux ont incité un gardien de parking à m'empêcher de stationner à l'endroit où je rencontrais les clients», déplore-t-elle. Pire encore, elle recevait des appels de personnes qui prétendaient vouloir bénéficier de ses services. «Quand je me déplaçais, personne n’était là», se remémore-t-elle.

Au fur et à mesure qu'elle a acquis de l'expérience, Lamyaa a élargi son éventail de compétences, en s’intéressant aussi au nettoyage de tous les types de tapis ainsi que le nettoyage en profondeur des cafés. L'année 2019 lui a donné de l'assurance quant à son potentiel. Et les premiers mois de 2020 étaient prometteurs.

Mais depuis fin mars, avec la crise sanitaire du nouveau coronavirus, la jeune femme a dû suspendre son activité pendant un mois et demi. Ce n'est pas pour autant qu'elle restera les bras croisés, Lamyaa se porte volontaire pour aider à stériliser les lieux publics dans sa ville natale. Elle reprendra progressivement son activité durant le mois de Ramadan.

Lamyaa Alloussi se projette déjà dans l'après confinement pour son projet «Perfect touch». Elle aspire désormais à étendre son projet en lançant une série de véhicules de lavage de voitures et en ouvrant de nouvelles opportunités d'emploi pour les jeunes femmes.

Article modifié le 2020.05.28 à 14h51

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
MahkamaGate