Menu

Politique Publié

Melilla : Le rapatriement a-t-il vraiment bénéficié aux femmes, enfants et plus démunis ?

L'opération de retour des Marocains bloqués à Melilla aurait été entachée d’irrégularités. Elle n'a pas profité aux  plus démunis qui sont toujours bloqués de l’autre côté de la frontière.

 

Temps de lecture: 2'
DR

Les Marocains rapatriés, le vendredi 15 mai, de Melilla ont été installés dans un hôtel à Saidia. «Les conditions d’accueil sont très bonnes. Nous sommes bien traités», se félicite le président du conseil municipal de Nador, Rafiq Moujait dans des déclarations à Yabiladi. «Nous  avons effectué un premier test de la Covid-19 qui s’est avéré négatif pour l’ensemble des rapatrié à l’exception d’un seul cas même si ses analyses n’ont révélé aucun symptôme. Nous attendons le deuxième test avec impatience», a-t-il encore souligné.

Moujait n’a pas précisé le chiffre exact des Marocains ayant regagné le pays. Toutefois, il a reconnu que «des personnes inscrites sur la liste ont décliné l’invitation du retour. Elles résident dans leurs maisons à Melilla et ont refusé d’être placés en quarantaine dans un hôtel». Ces personnes ont en effet des cartes de résidence espagnole et certains ont même la nationalité espagnole. La perspective d'une quarantaine les a donc découragé de l'option du retour malgré leur demande initiale.

Une source proche de ce dossier nous confie que «sur la liste de 200 Marocains transmise à la Délégation du gouvernement espagnol à Melilla, 150 ont été rapatriés lors de deux opérations : la première, menée devant les caméras vendredi 15 mai, a permis le retour de 125 personnes. La deuxième s’est déroulée en catimini ce samedi. Deux autocars ont été envoyés pour transporter le reste du groupe. Après plusieurs heures d’attente, seules 25 personnes ont accepté de retourner à Nador. Du coup, 50 personnes ont préféré rester à Melilla alors que des cas les plus prioritaires, des femmes et des personnes âgées, sont toujours bloqués à Melilla dans des conditions précaires».

Les démunis sont toujours bloqués à Melilla

Ce témoignage conduit directement à se poser la question sur la partie responsable de la fameuse liste. Le président du conseil communal de Nador, Rafiq Moujait déclare à Yabiladi qu'elle a été «établie en coordination avec la préfecture de Nador».

Mais la composition de la liste ne passe pas auprès des proches des Marocains toujours bloqués à Melilla. «A Beni Nsar et Nador, la colère monte dans les rangs des familles concernées. Ils pointent des irrégularités dans la préparation du rapatriement», souligne notre source locale. L'impatience des familles a été mise à rude épreuve en apprenant que la deuxième phase du retour n’a pas été enclenchée, comme prévu le samedi. «Aucune nouvelle liste n’a été transmise aux autorités espagnoles», ajoute notre interlocuteur.

Rafiq Moujait, quant à lui, n'a pu donner une date précise pour le retour du reste du groupe. «Cela relève de la compétence des autorités. Peut-être qu’ils veulent s’assurer d'abord que nous ne sommes pas contaminés par le coronavirus pour nous laisser partir et procéder ensuite à l’hébergement des autres bloqués à Melilla dans le même hôtel», avance-t-il.   

Mais cette explication de la temporisation de l'opération retour est fragilisé par la préparation de plusieurs sites d'accueil prévus à Nador et Selouane en plus de l'hôtel à Saïdia.  Les irrégularités sur les listes pourraient être à l'origine d'un coup de colère au ministère de l'Intérieur qui gère ce rapatriement important pour l'image du Maroc. 

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
MahkamaGate