En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

/
Economie Publié Le 06/03/2012 à 18h43

Maroc : Sucre, blé et pétrole vont encore alourdir les finances publiques

2012 c’est l'année des projets sulfureux avec la concrétisation du statut avancé du Maroc via les nouvelles dispositions prises ainsi que l’accord agricole avec l’Union européenne (UE). Cependant 2012 est aussi l’année des défis et des challenges. En plus de devoir relever son secteur touristique, le Maroc va devoir faire face à des factures de sucre, de blé et de pétrole beaucoup plus importantes. Ce sont les finances publiques qui vont en souffrir.

DR

Les importations de sucre et de céréales vont considérablement augmenter cette année afin de combler les besoins nationaux. Et pour cause, la vague de froid et la faible pluviométrie. «Nous aurons besoin d'importer plus de sucre brut pour compenser la baisse attendue de la production locale de sucre. Nous ne serons pas en mesure de couvrir plus de 30 % de nos besoins en sucre en 2012» affirme Ahmed Ouayach, président de la Confédération marocaine de l’agriculture et du développement durable (Comader). Propos rapportés par Agence Ecofin. Selon M.Ouayach, le gel qui a perduré pendant les deux premiers mois de l’année a endommagé 78% des 18 000 hectares. Les producteurs de betterave à sucre ont réduit à 30 000 ha les superficies ensemencées, ce qui représente environ la moitié de la surface habituelle, a ajouté M.Ouayach.

Concernant les céréales, la production annuelle pourrait atteindre tout au plus un volume de l’ordre de 20 à 25 millions de quintaux, comme l’indiquait récemment une source du ministère de l’Agriculture. Si ces prévisions se réalisent, ce sera bien là un niveau de récoltes très moyen. Près de 10 000 hectares auraient été détruits par le froid, réduisant de 30% la récolte de céréales. Selon le ministre de l’Economie et des Finances, Nizar Baraka, les importations de blé tendre pourraient se situer entre 1 et 1,1 million de tonnes entre mars et mai 2012. A noter que la consommation moyenne annuelle 8 millions de tonnes de grains et 1,2 million de tonnes de sucre a produit environ 6 millions de tonnes de blé tendre la campagne dernière.

Le pétrole aussi n’est pas en reste. Même si le pays a fait de récentes découvertes de gisements et qu’un terminal a été inauguré à Tanger, il faudra encore beaucoup de temps pour qu’il puisse être indépendant. Pour l’heure, place à l’importation, mais la facture s’annonce saignante. Déjà le cours du baril sur les marchés internationaux grimpe continuellement depuis le mois de février. Il est actuellement [selon le cours de clôture de la séance du mardi 6 mars] à environ 104 dollars. Le projet de loi de Finances 2012 se base cependant sur un baril à 95 dollars. Tout ceci rique de se répercuter sur le prix des carburants au Maroc. Celui-ci pourrait augmenter, selon l’Economiste.

Plus d’importations de sucre, de blé et de pétrole nécessiteraient automatiquement plus de finance mis à disposition. Ces 3 éléments qui coûtent cher à la caisse de compensation risquent donc de peser très lourdement sur les finances de l'Etat. Or, la situation financière que connait actuellement le Maroc est assez difficile. Bank Al Maghrib annonçait récemment que le déficit budgétaire pour l’année 2011 a atteint les 7% du PIB, son plus haut niveau depuis les années 80. Même le chef du gouvernement a reconnu que l’année en cours serait difficile sur le plan financier pour le Maroc. Le gouvernement avait, à cet effet, revu à la baisse ses prévisions 2012 en janvier dernier. A dire que le premier trimestre de l'année n'est pas encore terminé. 

7 commentaires
je le savais que tu vas me dire..
Auteur : sakki
Date : le 07 mars 2012 à 18h56
CHER AMI
je suis d'accord et c'est vrai ce que tu dis simplement on ne doit pas se mesurer à la France tu le sais je te garantie si on démunie la natalité du pays on s'en sortira bcp mieux car nous n'avons pas de richesses au sol ni pétrole ni industrie
un autre problème nous sommes entouré par 2 mers et aucun gouvernement a pris l'initiative de creuser en amont des bassins pour dessaler l'eau qui servira à l'irrigation et à la consommation certain pays ont eu recours à ce système et ça marche
pourquoi nous resterons à attendre faire salate l'istis9a?
pourquoi nous resterons les yeux rivés au ciel est ce il va pleuvoir ou pas ?
Transparence
Auteur : berhoc
Date : le 07 mars 2012 à 13h04
Équilibrer entre déficit budgétaire et dépenses est difficile en ce moment.
Je pense que le plus important est la transparence et être capable d'expliquer et justifier les choses.
Le Vrai Problème !!
Auteur : abdo447
Date : le 07 mars 2012 à 08h43
Le vrai problème c'est l'absence de Concurrence Saine et transparente!!

Comment ça se fait qu'un Kilo de Sucre Subventionné COÛTE le Même prix qu'un kilo de Sucre NON-Subventionné en FRANCE ???!!!!!!!

La réponse c'est le Monopole au Maroc.

La solution à tous Nos problème au Maroc :

1/ Suppression de la Caisse de Compensation

2/ distribuer le Budget de la Compensation Sous Forme d'Allocations Familiale aux personnes qui sont dans le besoin

3/ Libéraliser le marché Marocain des produits Anciennement subventionné ( blé sucre huile GAZ etc....

Comme ça les marocains qui roulent avec des voiture de plus de 40.000€ paient le Vrai prix de leur Litre d'essence , ils ont les Moyens
Y a aucune raison pour que les pauvres marocains paient le Plein d'essence pour les RICHES!!!
on peut vivre avec peu de sucre
Auteur : ichiadmia
Date : le 07 mars 2012 à 02h11
Et bien rationaliser le sucre et le ble.
quand j'etais au Maroc on m'offre partout un the tellement sucre que c'est un sirop pas un the, donc il faut apprendre aux marocians les bons habitude vis a vis du sucre et du pain surtout le blanc.
Et si vous l'avez remarque les marocains mange trop de pain/gateaux,... pas sue;emt les mangent ils mettent le reste a la poubelle? ils oubleint qu'ils jettemt leur sous.parfois je m'etonne moi meme que passe une semaine sans pain, et je le fais sans mme m'en rendre compte.
Que faire ?
Auteur : participant
Date : le 06 mars 2012 à 21h45
sakki , tu te trompes mon ami , on a le meme taux de natalité au maroc qu'en france , c'est a dire 2 enfants par femme . La population est stabilisée .
Les deux gros problemes sont les recoltes et le petrole (l'energie en general ) . Est ce qu'on peut se passer du blé et trouver d'autres aliments alternatifs , ou augmenter la surface des terres cultivables , ou encore maitriser les dernieres techniques d'irrigation ? Je cherche desesperement des informations dans ce sens et j'ai beaucoup de peine à les trouver .
Pour l'energie ,(le petrole) , je sais pas si tu connais les chiffres mais il ya le portail du gouvernement marocain ou tout est detaillé .... et là pareil ,la facture du petrole plombe le budget , une augmentation du pri du baril de qlq dollars c'est equivalent au budget de l'etat de lute contre la pauvrté ... .... une centrale nucleaire aurait été plus rentable qu'un TGV .... mais bon ...
Dernière modification le 06/03/2012 21:48
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com