Menu

Société Publié

Maroc : L’obligation du port de masques a pris de court citoyens, commerçants et distributeurs

L’annonce de l’obligation du port de masques bavettes pour les Marocains sortant pour des raisons exceptionnelles a provoqué une ruée vers ces produits créant des ruptures de stock. Les distributeurs reconnaissent un retard de livraison de la part des fournisseurs.

Temps de lecture: 3'
Photo d'illustration. / DR

Dans un communiqué conjoint datant de lundi soir, les autorités marocaines ont décidé de rendre obligatoire le port de masques médicaux de type bavette pour les personnes se déplaçant dans les espaces publics pour leurs sorties exceptionnelles, dès mardi. Dans un communiqué conjoint, les ministères de l’Intérieur, de la Santé, de l’Economie, des finances et de la réforme administrative, de l’Industrie, du commerce et de l’économie verte et numérique ont précisé que «toutes les mesures ont été prises» pour commercialiser et distribuer ces masques, produits localement et vendu à partir de 80 centimes l’unité.

«A partir de ce lundi matin, des points de vente de proximité, notamment les épiceries, ont en effet été inclus aux commerces permettant aux citoyens de s’approvisionner en masques de protection contre le virus», ajoute-t-on. Et de rappeler que «toute infraction aux dispositions de l'état d'urgence sanitaire est passible d’un à trois mois de prison et d’une amende allant de 300 à 1 300 dirhams, selon l’article 4 du décret-loi».

Le procureur du Roi près la Cour de cassation et président du Parquet, Mohammed Abdennabaoui a invité ce mardi les responsables judiciaires à veiller à l’application «stricte» des exigences légales liées à la violation du port de masques pendant l’état d’urgence. Même fermeté du côté de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) qui a appelé ce mardi, sur son compte Twitter, toutes les personnes autorisées à effectuer des sorties exceptionnelles à porter des masques de protection. Et la DGSN de rappeler que les contrevenant aux mesures liées à l’état d’urgence sanitaire encourent des sanctions.

Une annonce qui prend de court les Marocains et les distributeurs

Mais l’annonce de cette nouvelle mesure hier soir a provoqué une ruée des Marocains vers les points de ventes dès ce mardi matin. Ils ont écumés plusieurs pharmacies, parapharmacies, épiceries et autres commerces pour acheter ces masques, sans parvenir à en trouver. Pour respecter la loi et se protéger en achetant des masques, ces personnes ont pris un risque en venant grossir les files d'attente devant les points de vente.

Pris de court, les commerçants et pharmaciens regrettent de ne pas avoir les masques en stock suffisant. Même son de cloche au niveau des sociétés chargées de distribuer ces masques dénoncant un retard de livraison des sociétés productrices. «Nous ne sommes toujours pas livrés à cet instant. Nous y travaillons pour assurer le supply», a indiqué ce mardi sur Twitter, Moncef Belkhayat, patron de groupe Dislog. Et d’expliquer que les équipes internes de cette société «ont préparé les quotas de dispatch à [ses] 20 agences», tandis que 300 vendeurs à travers le royaume «couvrent tous les jours 9000 épiceries».

Pourtant, Toufik Moucharaf, directeur de la communication, de la coopération internationale et des partenariats au ministère de l'Industrie, s'est voulu rassurant. Il a assuré dans une déclaration sur Radio Atlantic que «la couverture se fait graduellement». «Hier, on a distribué 3,3 millions de masques» et ce sera «presque la même chose aujourd'hui», a-t-il précisé. «A partir de la semaine prochaine, 5 millions» de masques bavettes seront distribués par jour. «Surtout pas de panique et d'achat en masse», a-t-il plaidé.

L'enchaînement des annonces au sujet de la disponibilité des masques et l’obligation du port, a pris de courts les Marocains, les distributeurs et même les fournisseurs. La fermeté du discours des autorités ce mardi, ne laisse aucune place pour la souplesse pour une période de sensibilisation. Un changement brusque de politique et de ton alors que jusqu’à récemment, elles assuraient que le port de ce type de masques n’est pas necessaire pour les personnes non-atteintes du Covid-19.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
MahkamaGate