Menu

Santé Publié

Coronavirus : Les cas de Meknès majoritairement revenus d’Egypte

Jusqu’à mardi soir, la région de Fès-Meknès a compté 36 cas positifs au coronavirus, parmi les 170 confirmés dans tout le Maroc. Dans la région de Fès-Meknès qui compte désormais 24 patients, les cas importés sont en majeure partie ceux ayant séjourné en Egypte.

Temps de lecture: 3'
Photo d'illustration / DR.

Présentant le bilan des infections au coronavirus au Maroc, Mohamed Lyoubi a indiqué mardi que 15 parmi les 170 cas jusque-là confirmés dans le pays faisaient partie d’un groupe de voyageurs à Meknès, de retour d’un Etat arabe. Le chef de la direction de l’épidémiologie et de la lutte contre les maladies infectieuses au sein du ministère de la Santé n’a pas nommé de pays, indiquant seulement que les patients étaient pris en charge par les établissements hospitaliers de la région.

Contacté par Yabiladi ce mercredi, le président de la commune de Meknès, Abdellah Bouanou, indique que sur les cas positifs que compte sa ville jusqu’à ce jour, certains sont admis à l’hôpital militaire et d’autres à l’hôpital de Sidi Saïd. «Ils sont arrivés d’Angleterre, d’Espagne et 15 parmi eux d’Egypte, au sein d'un groupe de 58 meknassis dans le cadre d’un voyage organisé».

Selon l’élu local, ces cas ont été découverts après que l’un des voyageurs a présenté des symptômes similaires à ceux du coronavirus. A la suite des analyses laboratoires, son infection a été confirmée, ce qui a poussé à élargir les examens à l’ensemble des personnes l’ayant accompagnées tout au long du séjour.

«Aucun examen» à l’aéroport au retour du voyage

Par ailleurs, Abdellah Bouanou affirme à Yabiladi que «l’ensemble des personnes ayant été en contact avec lesdits voyageurs ont été identifiées et placées sous observation médicale», qui s’est faite à distance durant leur quarantaine à domicile. «Certains ont été diagnostiqués négatifs et d’autres attendent les résultats de leurs analyses, qui doivent tomber ce jour-même», souligne encore le président de la commune.

Président de l’Association ismaélienne des enseignants retraités de Meknès, qui a organisé le voyage du 25 février au 10 mars dernier, Benaïssa Benserhane indique à Yabiladi que ce séjour s’est «déroulé dans des conditions ordinaires, depuis le départ jusqu’à l’arrivée».

«Une heure avant notre atterrissage du retour, à l’aéroport de Casablanca, nous avons rempli un questionnaire, mais qui n’était qu’en relation avec le fait d’avoir voyagé récemment en Chine ou pas, ou d’avoir été en contact avec un ressortissant chinois lors du séjour», nous confie-t-il, ajoutant qu’à l’arrivée à l’aéroport Mohammed V, «les voyageurs n’ont été soumis à aucun examen spécifique».

Trois jours plus tard, l’une des voyageuses étant en quarantaine a montré quelques symptômes du virus. «Mais lorsque son mari a appelé les autorités compétentes, celles-ci lui ont dit que l’Egypte n’était pas concernée et qu’il s’agissait de s’intéresser à un éventuel lien avec la Chine», selon Benaïssa Benserhane. Celui-ci raconte que c’est lorsque le cas de la femme s’est aggravé qu’elle a été transférée à l’hôpital militaire, «où son infection a été confirmée».

Les cas suspects victimes d'insultes

Après quoi, Benaïssa Bensehane dit avoir été contacté par les autorités sanitaires, qui ont recommandé au groupe de voyageurs, à travers le président de l’association, d’acheter des thermomètres de manière à ce que chacun mesure quotidiennement sa température. «On nous a dit que si celle-ci atteignait 38 degrés, une équipe médicale serait déployée sur place pour emmener le patient concerné à l’hôpital».

Selon lui et jusqu’à ce mercredi, 16 personnes ont été diagnostiquée positives, dont deux prises en charge à Fès, et 14 à Meknès. Benaïssa Bensehane dit ne pas avoir contracté le virus, sa quarantaine s’étant achevée mardi dernier et ses analyses ayant confirmé qu'il était négatif.

Bien que la nouvelle le réjouisse, le retraité exprime son mécontentement vis-à-vis de la diffusion de rumeurs sur son infection et celle des autres voyageurs. «Pire que cela, certaines pages sur les réseaux sociaux ont publié une liste indiquant les noms et adresses desdits voyageurs, ainsi que leurs photos ; c’est un lourd préjudice à la vie privée des concernés», fustige-t-il, appelant les autorités à intervenir pour «traquer tous ceux qui versent dans la diffamation».

Egalement contacté par Yabiladi, une femme de 68 ayant pris part au voyage avec son époux de 75 ans exprime son soulagement de voir ce dernier testé négatif, à la fin de sa période de quarantaine mardi. Disant attendre encore ses analyses à elle, elle pense «ne pas quitter le domicile, même si cette quarantaine obligatoire a pris fin».

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
MahkamaGate