Menu

Société   Publié

Manifestations populaires : Les foyers de violence se multiplient au Maroc

Les protestations sociales se multiplient au fil des jours et les autorités ont décidé de ne plus tolérer les écarts de comportement. Après les condamnations, mardi matin des émeutiers de Taza, place à ceux de Beni Mellal. 21 jeunes ont été interpellés et ont comparu devant les tribunaux mercredi, suite à des émeutes violentes survenues dans la ville dimanche dernier. Sans parler de la condamnation du jeune Abdessamad Haydour Face à ce problème social, l’AMDH revendique une intervention de l’Etat en faveur de la jeunesse.

Temps de lecture: 3'
DR

C'est au tour de Beni Mellal. Cette petite ville pourtant calme jusque-là est rentrée dans la danse des mouvements populaires portant une forte empreinte de violence. Les jeunes de la ville ont manifesté le 12 février dernier. Pourtant pacifique au départ, tout a dégénéré avec l’arrivée des casseurs, qui ont mis la ville sens dessus dessous. Selon le rapport d’un habitant à l’Economiste, «une bataille rangée a opposé les forces de l’ordre et les habitants pendant des heures».

Le conflit s’est soldé par de nombreux dégâts matériaux : vitrines commerciales cassées, guichets automatiques vandalisés, agences bancaires pillées... 21 jeunes ont été interpellés dimanche et ce n’est que 48 heures plus tard que les familles ont été prévenues. Pour eux, il faut chercher ailleurs, les vrais coupables des émeutes du 13 février. Ces jeunes étaient censés comparaitre ce mercredi devant le tribunal de première instance de la ville.

Ceci arrive alors que les émeutiers de Taza ont été condamnés, mardi matin, par le tribunal de première instance de la ville, suite aux soulèvements populaires qui ont eu lieu à Taza ces dernières semaines. Au total, 17 jeunes ont endossé des condamnations de 4 à 10 mois de prison avec sursis, assorties d’amendes allant de 3000 à 500 DH.

«Verdict trop agressif»

«Il y en a qui n’ont pas signé le procès-verbal de la police, donc ils ne reconnaissaient pas les faits qui leurs sont reprochés», explique Khadija Riyadi, présidente de l'AMDH. «Ce qui n’est pas étonnant puisqu’ils n’ont pas été arrêtés en flagrant délit. La police est rentrée dans les maisons… la responsabilité est partagée», poursuit-elle.

Le cas qui alarme encore plus est celui du jeune Abdessamad Haydour, condamné à 3 ans de prison ferme, assortie d’une amende de 10 000 DH pour insulte à la personne du roi. «Ce verdict est trop agressif. C’est inacceptable !», clame Mme Riyadi. «Tous les chefs d’Etat du monde se font insulter et ce n’est pas ainsi qu’on traite les gens dans un pays démocratique», déclare-t-elle. Faisant allusion à la nouvelle constitution, elle poursuit : «on nous a chanté que les choses avaient changé, que le roi n’était plus une personne sacrée, on a parlé de liberté d’expression…et on vit encore des choses de ce genre. Voilà la preuve que rien n’a changé», assure Mme Riyadi.

«Réfléchir à des solutions»

Le ministre de l’Intérieur, Mohand Laenser, considère que les évènements survenus à Taza ont été «démesurément amplifiés, particulièrement par les médias électroniques», rapporte l’Economiste. «L’exécutif a mis sur pied une commission composée de responsables gouvernementaux, d’élus et de représentants des habitants en vue de résoudre les problèmes pressants et de réfléchir à des solutions idoines aux problématiques sociales de Taza», a déclaré M.Laenser.

Le ministre de la Justice, Mustapha Ramid, a annoncé que les autorités judiciaires chargées d’enquêter sur les évènements de Taza ont fait preuve de beaucoup de retenue. «Il n’ont procédé aux arrestations, qui étaient limitées, que lorsqu’il y avait assez des preuves (témoins et enregistrements vidéo notamment), l’objectif étant de garantir des procès équitables», a-t-il déclaré. Ce dernier a «déploré le fait que la culture de protestation pacifique ait cédé la place à des pratiques violentes, préconisant pour y remédier, l’ouverture d’un débat national incluant toutes les composantes de la société».

A cela, Khadija Riyadi répond que ces jeunes ont compris que la manifestation pacifique ne paye pas, puisqu’elle laisse les autorités indifférentes. Même si les méthodes employées semblent ne pas trouver un écho favorable auprès des hommes du pouvoir, Mme Riyadi soutient : «les autorités locales et gouvernementales ne les écoutent pas. Soit ils feignent de vouloir répondre à leurs doléances, soit ils font des promesses qu’ils n’honorent jamais. Ce sont eux qui peuvent trouver des solutions et non les gens pauvres qui n’ont absolument rien».

Jusqu’auboutistes

Faisant allusion aux interventions policières, Nourredine Saadi, qui se dit appartenir au Mouvement du 20 février, dénonce que «ces actes de violence ont été prémédités pour casser le mouvement pacifiste du 20 février et surtout ses membres actifs». «Nous sommes solidaires avec tous les militants dès lors qu’ils respectent nos principes, qui sont la lutte contre la corruption et un plus grand assainissement de la vie publique», assure-t-il.

Le mouvement projette de poursuivre les manifestations dans plusieurs autres villes du pays. Ils se sont regroupés récemment à l’ancienne Medina de Casablanca pour lancer l’appel à manifestation. 

oulà !!!!
Auteur : participant
Date : le 20 février 2012 à 01h05
Que proposer à des jeunes qui ne veulent rien d'autres qu'etre fonctionnaire . On est dans une situation absurde : des chomeurs qui se rebelle contre l'etat pour avoir un poste de fonctionnaire dans ce meme etat !!!!!
Autre precision , des manif comme ca , y'en a par dizaine toute les semaines en europe par tout en angletere , en espagne en italie ..... je parle meme pas de la grece.

Nous avons des projets concrets pour le maroc ( une page facebook est encours de creation ) , mais le probleme est que les jeunes ne veulent pas travailler pour le privé.
Apocalypse now !
Auteur : hautatlas_14593
Date : le 16 février 2012 à 23h48

Se donner tant de mal pour écrire cette triste description d'un scénario de l'apocalypse Marocain hautement virtualisé par une haine sociale et politique pathologique.
Et aucun souci de crédibilité en prime. C'est lamentable !
Solution
Auteur : ElChamali
Date : le 16 février 2012 à 18h37
Interroger le gars au hasard dans la rue ne mène à rien
En France , en Espagne en Italie, aussi tu as plein de dégout avec des gens comme toi qui généralisent tout et qui disent que c'est la faute à ci ou çà
Mais autant pour des Français objectivement leur classe dirigeante a déclassé le pays et trahit sa population pour la cause de quelques uns.

Autant par tes exemples tu prouves que c'est le contraire au Maroc, le pays s'est développé. Tu dis "Usine de tanger" ne profite qu'à....bla,bla... peut être mais çà veut quand même dire des milliers d'emplois en plus pour des Marocains. le TGV, c'est de l'infrastructure et du travail pour des milliers de personnes de l'ONCF.
Bref, tes exemples sont contradictoires avec tes propos.
En France ils gueulent à cause des délocalisation, et quand on ferme leur gares et ils ont raison de le faire. Mais toi tu gueule pour l'ouverture d'une Usine (immense investissement). C'est n'importe quoi.
@mehdi1999
Auteur : abdo447
Date : le 16 février 2012 à 18h33
Merci pour ton commentaire très instructif. Tu as tout a fait Raison le Maroc a bien Trouver des Milliards pour SHAKIRA, Elton John et le TGV , il va bien falloir que le Maroc trouve quelque Milliards pour s'occuper des Millions de Marocain Pauvres et Miséreux !!!
du calme
Auteur : Daït Aoua
Date : le 16 février 2012 à 18h11
Mais surtout ne mélangeons pas tout, et qu'on se calme, sinon c'est la Bayrouth annoncée.......
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com