Menu

Société Publié

Fondation Ibn Battuta : L’échec scolaire plus important chez les jeunes marocains en Catalogne

La Fondation Ibn Battuta a publié cette semaine un rapport sur l’échec scolaire, qui est plus important chez les enfants d’origine marocaine en Catalogne. Un rapport qui plaide aussi pour le renforcement de l’identité pour faciliter l’intégration et met en avant le programme de la fondation pour le soutien scolaire en Espagne.

Temps de lecture: 3'
Photo d'illustration. / DR

En Catalogne, l'échec scolaire est plus important chez les jeunes d'origine marocaine, et serait plus important chez les garçons que chez les filles. C’est ce qui ressort d’un rapport préparé par la Fondation Ibn Battuta et cité par l’agence Europa Press.

Ainsi, «l'échec scolaire des Marocains et des enfants de Marocains s’élève à 66,9%, alors qu’il est de 36,5% chez les autochtones et de 42,2% pour les étrangers en Catalogne», ont expliqué jeudi le président de la Fondation Ibn Battuta, Mohammed Chaib, et le directeur de l'étude, Adrián Becerra.

Selon eux, l’étude rompt avec les stéréotypes sur les filles marocaines ou d’origine marocaine, démontrant qu’elles continuent plus que les garçons après les études primaires et secondaires. 

Le renforcement de l’identité pour faciliter l’intégration 

Contacté par Yabiladi, le président de la Fondation Ibn Battuta rappelle l’existence de «débats dans certains pays d’accueil qui avancent que les musulmans ne laissent pas leurs enfants poursuivre leurs études secondaires et supérieures». «L’étude démontre le contraire et assure qu’il y a d’autres facteurs qui n’ont pas de liens avec la religion ou la culture. Ce sont des facteurs socio-économiques», ajoute Mohammed Chaib.

«Nous avons remarqué que les enfants qui arrivent jeunes du Maroc et qui intègrent l’école au milieu de l’année scolaire rencontrent beaucoup de difficultés par rapport à ceux nés ici en Catalogne, surtout pour la langue. De plus, le lieu de résidence compte aussi, car lorsque les enfants sont confortablement installés ici, ils peuvent réussir», poursuit-il.

Lors de la présentation du rapport, Adrián Becerra a assuré aussi qu'il existe beaucoup de variables pour une plus grande réussite scolaire, appelant à la Catalogne à faire «un effort» pour intégrer ces jeunes dans le système éducatif et leur accorder des chances égales.

Mohammed Chaib reconnait aussi que l’étude plaide pour plus d’attention aux familles marocaines. «Les parents doivent penser à l’éducation de leurs enfants en définissant clairement leurs priorités dès l’arrivée dans un pays d’accueil», nous explique-t-il. Et d’ajouter que «la famille marocaine doit investir dans ses enfants, car ces derniers aideront beaucoup leurs parents dans l’intégration». 

Le programme de Fondation Ibn Battuta pour le soutien scolaire 

Plaidant également pour «qu’il n’y ait plus d’écoles ou de classes dédiées uniquement aux étrangers ou aux enfants d’immigrés», l’étude insiste aussi sur les aspects identitaires.

«L’enseignement de la langue arabe et de la culture marocaine sont aussi importants dans l’intégration car un immigré avec une forte identité s’intègre mieux qu’un individu qui ne l’a pas. Dans l'éducation, cela aide aussi les élèves d’origine étrangère.»

Mohammed Chaib 

Lors de la présentation de l’étude, Adrián Becerra a rappelé qu’un programme de soutien scolaire est mené par la fondation à Aitona et Seròs (Lleida), en plaidant pour son élargissement à d’autres communautés.

Auprès de Yabiladi, Mohammed Chaib rappelle que ce programme bénéficie du soutien des autorités marocaines et catalanes. «En fait, quatre fois par semaine, des filles d’origine marocaine viennent enseigner et aider les enfants des MRE, qui les voient comme des références et des modèles pour réussir. En contrepartie, les filles qui enseignent reçoivent des bourses pour aller encore plus loin dans leurs études universitaires», explique le président le Fondation Ibn Battuta, pour qui «les résultats de ce programme sont très bons».

Ce programme a permis également de sensibiliser les familles et les encourager à poursuivre des cours de langue et d’alphabétisation. «Je suis optimiste. Les enfants d’origine marocaine et leurs parents veulent avancer. Nous voulons prouver aux autorités espagnoles que la marginalisation de cette catégorie n’aidera personne, surtout que l’éducation est très importante pour nous tous», conclut le président de la Fondation Ibn Battuta.

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
MahkamaGate