En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

Politique Publié Le 14/02/2012 à 18h53

Elections présidentielles françaises : Les banlieues vont-elles voter à gauche ?

Les banlieues françaises comptent aujourd’hui 8 millions d'habitants, soit 12% de la population de l’hexagone. Des chiffres importants qui peuvent changer la donne d’une élection présidentielle… si seulement une partie de ces habitants se rendaient aux urnes pour voter. Car ni la gauche, ni la droite, n’ont réussi à répondre aux attentes des habitants de la banlieue.

Une cité à Argenteuil

L’étau se resserre en France à deux mois des élections présidentielles. Les regards des médias et des spécialistes en politique se tournent actuellement vers les banlieues pour tenter de savoir si leurs habitants vont être ceux qui vont pouvoir peser sur les résultats finaux. Vont-ils voter à gauche, à droite ou ne pas voter ?. Certains candidats n'hésitent pas à sortir le grand jeu pour séduire cet électorat.

Les Maghrébins votent PS

«Les habitants de banlieue ont longtemps été encadrés politiquement et socialement par le PC ou le PS. Ils ont majoritairement voté Ségolène Royal à la présidentielle de 2007», explique Jérémy Robine, chercheur à Paris-VIII et auteur de l’ouvrage Les ghettos de la nation à l’AFP. «Chez les descendants d’immigrés africains ou maghrébins, le taux s’est même élevé à 80%», précise de son côté Vincent Tiberj, spécialiste du vote des banlieues. Cependant, cette année les choses pourraient être différentes et François Hollande, le candidat du parti socialiste à la présidentielle pourrait ne pas récolter autant de voix que son ex-compagne.

Histoire d’une rupture

La grande raison à cela est tout simplement que les habitants des quartiers populaires en ont assez des belles promesses électorales qui ne sont jamais concrétisées. Dans un rapport publié par le think tank Terra Nova, il y a un an intitulé «Gauche, quelle majorité électorale pour 2012, les auteurs du document évoquent une rupture entre les habitants des banlieues et la gauche. Une rupture qui avait, non pas commencé après les élections présidentielles de 2007, mais bien avant, à la fin des années 70. Il ne s’agissait dès lors que d’une rupture dite «culturelle». La gauche, parti favori de la classe ouvrière jusqu’alors, a été très vite perçue auprès de cette classe, comme un parti oubliant les valeurs familiales, qui encourageait les libertés sexuelles, l’avortement ou la contraception.

Cette rupture se fera sentir encore plus lourdement dès 1981 avec la prise de pouvoir de François Mitterrand qui va «obliger la gauche à un réalisme qui déçoit les attentes du monde ouvrier. Du tournant de la rigueur en 1983 jusqu’à «l’Etat ne peut pas tout» de Lionel Jospin en 2001, le politique apparaît impuissant à répondre à ses aspirations.», explique le rapport. Une impuissance qui va mener la classe ouvrière à basculer vers la droite ou l’extrême droite.

Racaille

Cependant alors que la gauche perdait du terrain dans les banlieues, la droite, quant à elle n’a pas réussi à profiter de cette brèche pour s’y s’imposer. Bien au contraire, elle s’est mise à dos les banlieues surtout avec Nicolas Sarkozy au poste de ministre de l’intérieur. Ce dernier n’hésitera pas à qualifié devant les caméras de télévisions les gens d’Argenteuil (Val d’Oise) de racaille en 2005. Puis, lorsqu’il devient président de la République en 2007, au lieu de lever le pied, il n’hésite pas à axer son discours présidentiel sur la lutte contre l'immigration et la défense de l'identité nationale, un discours qui sera encore une fois mal accueilli dans les banlieues. "Ce qui détermine le vote, c'est avant tout les discriminations raciales. Et sur ce terrain, c'est la gauche qui est en pointe", lance Vincent Tiberj.

Certains membres de la droite française l’ont bien compris, notamment Dominique de Villepin, avec son parti République Solidaire. D’ailleurs, de Villepin n’a pas manqué de faire une démarche symbolique en retournant à Argenteuil le 3 février dernier, au même endroit où Sarkozy avait promis de «débarrasser» le quartier des «racailles» pour tenter de regagner la confiance des habitants des quartiers populaires. Néanmoins, si l’on observe les derniers sondages, de Villepin est loin d’être le candidat favori actuellement. D’après un récent sondage IFOP-Fiducial paru ce mardi, il ne recueille que 2% d’intention de vote, contre 30% pour François Hollande, 25% pour Nicolas Sarkozy, 17.5% pour Marine Le Pen, 12.5% pour François Bayrou et 8.5% pour Jean-Luc Mélenchon.

Abstention

Face à cette gauche qui n’a pas réussi à répondre aux attentes des 8 millions d’habitants des banlieues et à une droite qui ne fait que stigmatiser les habitants d’origine immigrée, ces derniers se lassent de la politique et le font savoir en s’abstenant. «Au final, c’est l’abstention qui progresse», explique Kamel Hamza, élu UMP à la Courneuve et président de l'Association nationale des élus locaux de la diversité.

Nicolas Sarkozy à Argenteuil en 2005, où il prononça le mot "racaille"

8 commentaires
@ Nghanagh @ raiss06200
Auteur : ElChamali
Date : le 16 février 2012 à 09h31
Vous parlez bien des marocains ? Ceux qui ici élisent un parti d’extrême droite (islamiste) ou des parties conservateurs nationalistes (Istiqlal).

Les Marocains sont monarchistes, libéraux économiquement (y a qu'a voir la place de la solidarité au quotidien), conservateur au niveau des valeurs religieuses.

Et il se transformeraient en hippie d'écolo, ou partageux communistes dès qu'ils traversent la frontière ?
NPA ?
Auteur : Nghanagh
Date : le 15 février 2012 à 21h29
Je pense que le NPA est le parti le plus proche de nos convictions. Ils sont dans tous les mouvements de contestation pour plus d'égalité et de justice sociale.
Et n'oublions pas que c'est le parti le plus virulent face à la politique nazi d'isra-hell (victimes hier, bourreaux aujourd'hui) !
eva joly anticorruption et vert
Auteur : mustaphadu13
Date : le 15 février 2012 à 20h49
marre de la gauche qui se casse pas la tête pour nous .
la droite s'en fiche pas mal puisqu'on vote peu pour eux.
ultra-droite s'en donne à coeur joie sur l'islam et les musulmans.
la communauté juifs suive les consignes qu'on leur donne ps ou ump suivant leur intérêt national.
les arméniens vote ump pour faire bisquer les turcs
je préconise de voter vert Éva joly .
au moins ,elle a mis en examen certains politiciens et on ne peut pas la taxer de corrompue ou islamophobe .
actuellement a 2/3 % ,si elle monte a 8/10 % grace à nous ,on pourra peut être montrer qu'on existe.
Dernière modification le 15/02/2012 20:54
la gauche
Auteur : 2002nidal
Date : le 15 février 2012 à 19h54
au bout de 30 ans de vie en France,je préconise la gauche,ce n est pas le paradis ,mais c est les moins méchants vis a vis des gens de couleur
sarko est un désastre
marine vous enlèvera la nationalité
melenchon et bayrou ne feraient pas le poids devant sarko et holande
Nous voulons tous que ce Tangérois,Camarade J.J. Mélenchon soit au 2ème tour.
Auteur : Sylvester 2012
Date : le 15 février 2012 à 11h00

J'invite tous les Français à voter Mélenchon car c'est le seu capable actuellement de sortir la France de ce marasme.
Actuellement il remplit les salles pour sa campagne entre 6000 et 10000 personnes chaque soir.La doite et Monsieur Sarkozy le craignent énormément.
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com