Menu

Politique Publié

Maroc : Plusieurs chantiers démolis après la colère royale sur Taghazout Bay

Temps de lecture: 1'
Photo d'illustration. / DR

Plusieurs entreprises ont fait l’objet d’une colère royale, suite à des constructions dans la nouvelle station touristique Taghazout Bay.

Selon plusieurs journaux arabophones de ce lundi, cités par Le 360, des consignes ont été données pour arrêter le chantier et démolir des constructions, des villas et une partie des hôtels non conformes aux lois de l’urbanisme.

«D’autres graves irrégularités ont été relevées sur le chantier et seront rectifiées», poursuit-on de mêmes sources. Et d’évoquer un «véritable séisme» qui risque d’«emporter plusieurs hauts responsables locaux et des acteurs publics, avec à leur tête la CDG qui est l’un des grands partenaires dans ce projet».

Ainsi, une commission a visité les chantiers et y a relevé des infractions comme «l’empiètement des constructions sur le domaine public, surtout la voie publique et les espaces verts, et les conditions de dégradation dans lesquelles se trouve la seule voie desservant et longeant cette station», explique-t-on.

Tout a commencé samedi 8 février, lorsque le roi, en visite à Agadir, a décidé de se rendre dans la station pour une visite non programmée. «Il est resté quatre heures sur place» dans cette station de 650 hectares, l'une des plus importantes en Afrique du Nord, ajoute-t-on. Et de préciser que «huit jours plus tard, des bulldozers sont partis du siège de l’arrondissement de Taghazout en direction de la station avec pour consigne de mettre à plat tout ce qui n’est pas conforme au code de l’urbanisme et aux plans initiaux du projet».

A en croire nos confrères de Medias 24, ces démolitions ont concerné plusieurs constructions de «la société Pick Albatros Morocco for Tourism and investment», «la société Sud Partners» et la société Madaëf, filiale de la CDG. 

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
MahkamaGate