Menu

Société Publié

Happy sans Valentine’s day

Deuxième semaine de février, cela vous rappelle quelque chose ? Oui, forcément ! Que vous soyez en couple (et fière de l’être), ou célibattante (moins fière ?), la Saint-Valentin revient chaque année pour émerveiller ou agacer. Le 14 février ne laisse personne indifférent même les plus récalcitrants.

Temps de lecture: 3'
DR

A l’heure où la jeune femme qui est en couple compte les jours qui la séparent de la fête des amoureux, la célibattante compte les années où elle était seule le 14 février. Au moment où la casée réfléchit à ce qu’elle pourrait offrir (et se faire offrir), la célibattante se demande comment passer cette soirée sans sombrer dans une nouvelle dépression. Quand la casée épargne pour faire plaisir à sa moitié, la célibattante se ruine en chaussures pour oublier son chagrin.

Aid el hob ou Saint-Valentin à la marocaine ?

Quelle femme qui dirait non à une rose, une boîte de chocolat ou un bijou ? Et qui n’a jamais passé une fin de mois difficile ? Vous n’en croyez pas un mot ?

Si, l’idée vous vient d’offrir une belle rose rouge, comptez au moins 100 dirhams ! «La fête des mères et la Saint-Valentin sont des occasions en or pour nous !», se réjouit ce marchand de fleurs du centre de Casablanca. Vous pouvez également répondre à toutes ces opérations marketing : «dites-le avec une montre», «L’amour est une bague», ou encore choisir le cadeau le plus populaire au Maroc pour toutes les occasions, le parfum. Pour plus d’ostentation, le Morroco Mall propose de déclarer sa flamme en immersion dans son aquarium géant !

Néanmoins, certains ne se reconnaissent pas totalement dans cette «fête» mais, tout de même, on marque le coup comme on peut. On n’offre peut être pas le dernier parfum à la mode, mais une imitation. On ne commandera pas de bouquet chez le fleuriste, mais on achètera une petite rose au coin de la rue. On n’invitera pas sa moitié à un dîner aux chandelles, mais à un simple café. On n’appelle peut être pas cette journée la Saint-Valentin, mais on a souvent entendu parler de «aid al hob» (fête de l’amour) dans les quartiers populaires. La plupart des gens savent donc qu’à la mi-février, le monde fête l’amour. Un homme de 60 ans est allé jusqu’à offrir à son épouse un bouquet de menthe !

Et quand on est célibataire ?

Les célibattantes se retrouvent la plupart du temps entre elles, et oui l’union fait la force, mais elles sortent rarement ce jour là. Nadia, célibattante à l’aise dans ses escarpins explique : «nous nous retrouvons souvent pour des soirées pyjama, dehors, il y a des couples partout, tous les restaurants proposent des packages pour deux, on dirait qu’on est coupables d’être seules.» La jeune femme n’a pas tout à fait raison, les restaurants et pubs branchés proposent des dîners aux chandelles romantiques, mais aussi des soirées pour faire la fête tout simplement.

La Saint-Valentin vous dites ?

Beaucoup de femmes refusent de fêter la Saint-Valentin. Yasmine, 25 ans, ne veut pas qu’on lui impose de fêter l’amour un jour précis. «Nous célébrons l’amour le 16 mars, jour de notre rencontre», ajoute la jeune femme. «C’est une fête purement commerciale ! Une opération marketing, ni plus ni moins ! Je ne veux pas tomber dans ce piège», nous dit Adil, un jeune Casablancais. Est-ce pour éviter d’acheter un cadeau ? «Mais pas du tout ! J’ai 365 jours pour le faire… même 366 cette année !»

Mais si certains Marocains estiment que la Saint-Valentin n’a pas lieu d’être célébrée, les autres diront que l’amour est universel. Si certains déclarent que cette fête ne fait pas partie de notre culture, les autres diront que les Maghrébins aiment se faire plaisir et ne ratent pas une occasion de faire la fête. Si certains affirment que nous avons toute l’année pour dire «je t’aime», les autres diront que cette date est l'occasion d’avoir une jolie attention pour l’être aimé.

En tout cas, que nous soyons en couple ou pas, que nous fêtions l’amour ou pas, nous ne pouvons faire semblant d’oublier le jour de la Saint-Valentin. Tout nous le rappelle : les panneaux publicitaires, les vitrines, les hypermarchés et surtout les réseaux sociaux ! Tout se transforme comme par magie en cœur, toutes les nuances de rouge redeviennent tendance.

Et vous, alors, aïd el hob ou aïd walou ?

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com