Menu

Politique Publié

Israël réclame l'indemnisation des juifs «expulsés» des pays arabes, dont le Maroc

Des documents rapportés par des médias israéliens révèlent que Tel Aviv continue de recenser et d'estimer les biens laissés par des juifs dans leurs pays d'origine, dont le Maroc, accusant ces nations d'avoir «expulsés» leur ressortissants de confession juive. Des demandes d'indemnisation qui restent injustifiées selon des Marocains de confession juive.

Temps de lecture: 2'
Arrivée de familles juives marocains au port de Haïfa dans les années 1950. / DR

Dans le cadre de ses projets visant les juifs séfarades, Israël compte aller jusqu’au bout dans ses demandes d’indemniser ceux qui ont été, selon Tel Aviv, «expulsés» des pays arabes dans les années 1940 et 1950.

En ce mois de janvier, la Bibliothèque nationale d'Israël a commencé à publier des histoires orales de l'initiative «Sephardi Voices», destinée à documenter et à préserver les histoires de vie des Juifs qui vivaient dans les pays arabes et islamiques. Des témoignages dans lesquels certains reviennent sur les conditions de leurs départs et ce qu'ils ont laissé derrière eux.

Le mois dernier, un rapport exclusif révélé par le média israélien Israel Hayom a révélé la première estimation de la valeur des biens que les Juifs auraient été «contraints de laisser derrière eux lorsqu'ils ont été expulsés». Un montant qui se chiffre actuellement à 150 milliards de dollars. De plus, Israël continue, selon la même source, à recenser ces biens.

Des revendications qui étonnent au Maroc

Au Maroc, les accusations d’Israël ne laissent pas les juifs du royaume indifférents. Jacky Kadouch, président de la communauté israélite de Marrakech, considère que les demandes israéliennes sont «complètement absurdes». «Demander une quelconque indemnisation n’a pas de sens», souligne-t-il auprès de Yabiladi, rappelant que «les juifs du Maroc n’ont jamais été spoliés de leurs biens».

«La preuve : ceux dont les parents ou les grands-parents sont partis en Israël avec des titres de propriétés, ont pu revenir au Maroc et récupérer ces biens. Ceux qui ont décidé de ne pas revenir et qui ont abandonné, nous n’allons pas les chercher pour leurs affaires», ajoute-t-il.

Le président de la communauté israélite de Marrakech rappelle, à cet égard, avoir personnellement «aidé des juifs» venus récupérer les biens de leurs parents au Maroc. «Ils avaient réussi à mettre les titres de propriétés à jour mais ils avaient justement des papiers en règles, comme des certificats signés par des adouls ou des rabbins et ils n’avaient qu’à suivre les démarches», nous informe-t-il.

«Le Maroc n’a rien spolié à personne. Il n’a jamais, non plus, renvoyé ou expulsé ces gens. Ces derniers sont partis volontairement, tout le monde connait l’histoire.»

Jacky Kadouch

«Le Maroc est certainement le pays où il n’y a pas eu d’expulsion ou de pression. Au contraire, les Marocains étaient tristes de voir leurs compatriotes de confession juive partir», conclut-il.

La position de Jacky Kadouch, partagée par d’autres membres de la communauté juive au Maroc, rejoint celle exprimée déjà en mars dernier par la Fédération canadienne des séfarades qui avait défendu le Maroc. Son président, Avraham Elarar, avait affirmé qu’Israël «accuse injustement le Maroc pour un crime qu’il n’a pas commis». Il avait également déclaré, dans une tribune, que les demandes de Tel Aviv «intentionnelles ou par inadvertance, placent le Maroc sur le même banc des accusés que l’Iraq et l’Égypte», ce qui affaiblit surtout ces revendications».

C’est en janvier 2019 qu’Israël a exprimé, pour la première fois, son intention d’exiger des remboursements atteignant les 250 milliards de dollars de sept pays arabes, dont le Maroc, en plus de l’Iran pour compenser la valeur des biens de juifs ayant quitté ces pays-là depuis 1948.

Dans une pétition parue le même mois, des chercheurs, des intellectuels, des artistes et des acteurs de la société civile au Maroc avaient dénoncé un «révisionnisme et une falsification de l’histoire par Israël».

Article modifié le 2020.01.17 à 19h06

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com