Menu

Politique Publié

Tweet de Vox sur les «Maghrébins violeurs» : Le parquet de Valence remet l’affaire sur la table

Temps de lecture: 1'
Le leader du parti d'extrême-droite Vox Santiago Abascal à Grenade le 26 novembre 2018. / Ph. Cristina Quicler - AFP

Le parquet de Valence vient de faire appel auprès de la Cour d'instruction n°2 de cette ville espagnole, après que ce tribunal a rejeté la procédure intentée contre le parti politique VOX.

Selon El Independiente et l’agence espagnole EFE, la cour avait été saisie par le parquet contre un tweet de la formation politique d’extrême droite qui avait faussement accusé les Maghrébins du viol d’une ressortissante espagnole. «Le parquet a insisté pour qu’une enquête ait lieu pour vérifier s’il ne s’agit pas d’un crime de haine», expliquent les mêmes sources.

Les faits remontent à l’été dernier, lorsque la formation de Santiago Abascal avait affirmé sur son compte Twitter qu’un groupe de migrants maghrébins était responsable d’agressions sexuelles commises à l’encontre d’une femme sur une plage dans cette municipalité de Ribera Baixa (province de Valence). Un tweet faisant suite à une information du quotidien régional espagnol Levante El Mercantil Valenciano (Levante-EMV), qui avait pourtant précisé que les violeurs présumés étaient de nationalité espagnole.

Les événements se sont produits le 15 juin lorsqu’une femme de 40 ans avait été agressée par cinq voisins de Riola, dans la province de Valence, âgés de 40 à 50 ans, qui n’avaient été arrêtés qu'une semaine plus tard.

C’est en novembre que la procureure chargée des crimes de haine en Espagne avait décidé de poursuivre le parti d’extrême droite Vox devant un tribunal pour un crime présumé motivé par la haine.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com