Menu

Politique Publié

Des eurodéputés suédois demandent l’étiquetage des produits du Sahara occidental

Temps de lecture: 1'
Siège de la Commission européenne à Bruxelles. / DR

Les revendications d’étiqueter les produits originaires du Sahara refont surface au Parlement européens. Cette fois, il s'agit de Charlie Andreas Weimers et Jessica Stegrud, deux eurodéputés suédois qui ont soulevé le dossier dans une question écrite adressée le 14 janvier à la Commission européenne.

Les parlementaires ont rappelé la décision du 12 novembre 2019 de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) validant l’étiquetage des produits issus des colonies israéliennes en Cisjordanie et du Plateau du Golan en Syrie exportés vers le marché des Vingt-huit.

«A la lumière de cette décision de justice, la Commission a-t-elle l'intention de veiller à ce que les étiquettes d'origine soient imposées pour les denrées alimentaires produites dans les territoires occupés tels que Chypre du Nord et le Sahara occidental ?», s’interrogent-ils. Ils ont demandé également si Bruxelles prévoit d’appliquer la mesure uniquement à Israël ou si elle entend l’élargir au Maroc et à la Turquie.

Les deux eurodéputés concluent leur question écrite par redouter les conséquences sur les consommateurs européens d’une «application sélective» du verdict de la CJUE.

La Cour européenne a précisé le 12 novembre que mettre «la mention selon laquelle l’État d’Israël est le "pays d’origine" (des produits des colonies), alors que ces denrées sont en réalité originaires de territoires disposant chacun d’un statut international propre et distinct de celui de cet État (…) serait de nature à induire les consommateurs en erreur».

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com