Menu

Politique Publié

Sous la pression du gouvernement Ramaphosa, l’Afrique du Sud se retire de la CAN futsal de Laâyoune

De fortes pressions du gouvernement Ramaphosa sont à l’origine du retrait de l’équipe sud-africaine de la CAN futsal qu’accueillera Laâyoune. Une décision surprenante alors que la CAF avait confié au royaume l’organisation de cette compétition en septembre 2018.

Temps de lecture: 2'
Cyril Ramaphosa, président sud-africain. / DR

L’Afrique du Sud a décidé de boycotter la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) de futsal, prévue du 28 janvier au 7 février à Laâyoune, indiquent des médias locaux. L’association de football a annoncé la tenue cette semaine d’un point de presse pour expliquer sa décision.

Sans attendre son rendez-vous avec les médias, le président de l’association a reconnu qu’il avait été averti par le gouvernement Ramaphosa de ne pas prendre part au tournoi, au motif que «le lieu choisi est au cœur d’une discorde, ce qui représente un grand risque pour les joueurs».

«Nous devons nous retirer de la compétition en raison des problèmes avec le Maroc et la République sud-africaine», a affirmé l’inamovible Danny Jordaan, qui préside aux destinées du football dans son pays depuis de nombreuses années.

Et d’ajouter que «le Maroc insiste pour organiser le tournoi là-bas (à Laâyoune, ndlr). Nous leur avons conseillé de ne pas le faire, mais ils n’écoutent pas. La position de notre gouvernement est que Laâyoune est une zone contestée et un territoire occupé».

Quelles conséquences sur la participation de l’Angola et du Mozambique ?

Danny Jordaan assure que «malgré les tensions politiques entre l’Afrique du Sud et le Maroc, les équipes de la SAFA (South African Football Association) ont déjà joué au Maroc. Nous avons joué à Rabat, Marrakech, Casablanca, Tanger. Le Mamelodi Sundowns (club de foot basé à Prétoria, ndlr) y a déjà joué, nos filles U-17 y ont joué, les U-20 hommes et femmes aussi, mais cela n’arrivera jamais à Laâyoune».

Le président a annoncé avoir informé la CAF, dans une lettre, de la décision de son association. «En raison des politiques de notre pays, la République d’Afrique du Sud, et en ce qui concerne la République démocratique arabe sahraouie et le différend avec le Maroc sur le Sahara occidental, nous retirons notre équipe nationale de futsal» de la Coupe d’Afrique», rapporte le même média. En optant pour le boycott, la SAFA risque d’être condamnée à payer une amende estimée à 75 000 euros.

L’opération du tirage au sort, qui s’est déroulée le 7 décembre à Laâyoune, avait placé l’Afrique du Sud dans le groupe A aux côtés du Maroc, de la Libye et de la Guinée équatoriale. Le groupe B est composé de l’Egypte, la Guinée, l’Angola et le Mozambique.

En marge de la CAN futsal, Laâyoune accueillera une session du bureau exécutif de la Confédération de football. Le Sud-africain Danny Jordaan est membre de cette instance. Boycottera-t-il également la réunion de la CAF ?

Reste à savoir si la décision du gouvernement de Ramaphosa n’aura pas des conséquences sur la participation de l’Angola et surtout du Mozambique à la compétition.

Pour rappel, c’est au terme d’une réunion, tenue le 28 septembre 2018 à Charm el-Cheikh en Egypte, que le bureau exécutif de la Confédération africaine de football avait confié au Maroc l’organisation en 2021 de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) des moins de 17 ans (U 17) et de la CAN de futsal en 2020.

Article modifié le 2020.01.15 à 10h19

Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com