Menu

Société Publié

Sebta et Melilla : Un ministre espagnol accuse les Marocains d'être à l'origine des problèmes scolaires

Les villes autonomes de Sebta et Melilla ont enregistré les plus faibles résultats scolaires. Pour le ministre espagnol de l’Education, il n’y a qu’une seule raison : le nombre important de Marocains dans ces deux villes. Jose Ignacio Wert s’est attiré les plus vives critiques après avoir exposé le fond de sa pensée. Détails…

Temps de lecture: 3'
DR

«Le problème fondamental de l'échec scolaire est qu'environ la moitié des étudiants ne maitrisent pas la langue castillane». déclarait mardi, le ministre espagnole de l’Education nationale, Jose Ignacio Wert, en réponse à une question posée par le Parti nationaliste basque, rapporte EFE. Il y’a  une «avalanche de population, essentiellement marocaine, qui arrive justement à bénéficier de cette éducation obligatoire et gratuite qui leur est fourni», a-t-il poursuivi.

Vives critiques

Les propos du ministre de l’Education ont choqué plus d’un. Le secrétaire espagnol de l’Education et de l’Université de JSME (Melilla Jeunesse socialiste), Pedro Bueno, a fait connaitre son point de vue. Il considère que  le ministre et ses conseillers «n'ont aucune idée de la réalité de la vie» dans la ville de Melilla. «Quelqu'un devrait dire à M.Wert que, tout d'abord, un Marocain n'a pas de droit de jouir de l'éducation publique en Espagne à moins que sa situation ne soit régularisée ou en cours de régularisation et, deuxièmement que la population immigrante marocaine à Melilla est de 8,7%, un chiffre similaire à celui du Pays basque qui a une population marocaine de 8,5%», explique M Bueno. Sur cette base, il estime que «justifier l'échec scolaire par ce chiffre, c’est ignorer la réalité de Melilla». «C’est une chose qu’il y ait des Marocains à Melilla et ç’en est une autre qu’il existe un nombre important de jeunes de religion musulmane et d’origine berbère qui, étant Espagnols, jouissent de l’éducation publique dans notre ville», a-t-il déclaré.

La Fédération syndicale de l’éducation accuse le ministre de favoriser la division sociale. D’après la Fédération, les causes de l’échec scolaire à Sebta et Melilla sont liées aux salles de classe surpeuplées, le manque de nouvelles écoles, ainsi qu'au manque d’enseignants.

La Fédération espagnole de l’Enseignement, quant à elle, pense qu’il est inadmissible pour le ministre de tenir «des affirmations aussi malheureuses» sans aucune connaissance de la gestion des villes de Sebta et Melilla.

Mohamed Ali et Juan Luis Arostegui, porte-paroles de la coalition Caballas (le premier groupe de l'opposition dans l'Assemblée de Sebta) se disent «scandalisés» par les déclarations du ministre et exigent de lui une «rectification immédiate». Ils considèrent que M.Wert fait une confusion entre «les musulmans espagnols et Marocains». «Le ministre déforme la réalité et sape la dignité de toute la communauté de Sebta  en général et arabo-musulmane en particulier», s’est indigné Mohamed Ali.

Les habitants de la ville aussi se disent exaspérés et considèrent que les déclarations du ministre renforcent «le soupçon permanent sur leurs appartenances religieuses. Les musulmans arabophones de Sebta ne veulent plus avoir à  se défendre de l'ignorance et de l'intérêt partisan de certains», ont-ils déclaré.

Les politiques aussi sont contre

Sur son profil tweeter, le député national de Sebta, Francisco Marquez, ne comprend pas le ministre. «M.Wert a tort. N'a-t-il pas eu le temps de répondre à la réalité éducative de Sebta?», s'interroge-t-il.

Pour Johan José Imbroda, président de Melilla, il ne s’agirait ni plus, ni moins, du résultat d'une politique développée au cours des huit dernières années par le gouvernement de José Luis Rodriguez Zapatero. En tout cas, il espère rencontrer Jose Ignacio Wert la semaine prochaine pour discuter du domaine de l’éducation à Melilla.

Relativiser ?

Le gouvernement de Sebta relativise. Mabel Deu, ministre de l'Education de la ville autonome considère que son confrère n’aurait pas été «droit» dans ses propos. Il appelle la communauté à se réjouir de la décision ministérielle d’accorder une attention particulière à l’éducation dans les villes de Sebta et Melilla. Alors que parallèlement, si le bilan est mitigé, le ministère devrait se poser les bonnes questions, étant donné que les deux villes sont aussi sous sa responsabilité.

ya3ini
Auteur : ichiadmia
Date : le 04 février 2012 à 23h59
je pense avoir un ministre qui raisonne ainsi est peut etre le probleme qu'il faut resoudre. S'il est incapable de profondement analyser la situation, alors qui est coupable dans ce cas?
Pax Inri
Auteur : sidiyazid
Date : le 04 février 2012 à 00h10
il a oublié une chose ....nous sommes aussi responsables de la crucification de Jesus !

mon dieu que la misere rend fachiste!
Des responsabilités maitres élèves
Auteur : kchachbi
Date : le 03 février 2012 à 18h14
Salam,
Rien de plus facile que de jeter la pierre ...
Pendant toute la durée du Protectorat, l'Espagne a peu formé ou pratiquement pas, à l'indépendance les cadres se comptaient sur les doigts des mains.
Si l'on tourne notre regard vers l'Amérique latine sous-développée, le nombre de Prix Nobel espagnols d'origine, on ne peut que dire que les espagnols sont des incompris et que c'est la responsabilité des autres. Que l'Espagne fasse partie des Pigs est un pur hasard, comme la faible industrialisation du Pays, ou sa vulnérabilité à la crise. Tout cela n'a rien à voir avec la qualité de l'enseignement. S'interrogent-ils sur les causes de leur perte d'influence ? Le temps des canonnières est révolu comme celui des dénis. La sélection des profs, leur niveau, leur pédagogie n'y est pour rien, pendant que la France nous offrait les meilleurs profs respectés de Gouraud ou Descartes, avant ceux "jeunes" du service civil. Rien de plus terrible que des raisonnements xéno-explicatifs ...
C'est la faute des élèves, pas des maitres ni de l'administration ...
Dernière modification le 03/02/2012 18:17
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com