Menu

Politique Publié

Migration : L’année 2020 commence par de nouveaux drames

Temps de lecture: 2'
Photo d'illustration / DR.

Depuis le 1er janvier de l’année courante, des morts ont déjà été comptés parmi les migrants qui tentent une traversée vers l’Europe. Ainsi, seize décès ont été officiellement enregistrés en mer, tandis qu’un adolescent a été retrouvé mort dans le train d’atterrissage d’un avion reliant Abidjan à Paris via l’aéroport de Roissy, a rapporté l’AFP.

«Ces derniers mois, les arrivées à travers le détroit de Gibraltar ont considérablement diminué, tandis que la voie maritime vers les Canaries, dans l’Atlantique, a été plus empruntée», indique l’agence de presse, rappelant qu’en 2019, 2 698 migrants en situation administrative irrégulière sont ainsi arrivés par mer dans l’archipel espagnol, soit plus du double qu’en 2018.

«En début de semaine, les garde-côtes espagnols ont enregistré la naissance et la mort du bébé d’une migrante africaine sur cette route. Cette dernière a accouché pendant la traversée entre l’Afrique et les Canaries à bord d’un canot pneumatique chargé de 43 personnes, dont cinq mineurs, qui avaient pris la mer dimanche», indique la même source.

Quant à la découverte du corps de l’enfant en avion, la directrice de l’Association nationale d’assistance aux frontières pour les étrangers (Anafé), Laure Palun, a fait part à l’AFP de son choc face à un «drame rare, fruit de la logique de fermeture et de contrôle des frontières». «Cette mort questionne la logique des politiques migratoires européennes : lorsqu’il n’y a pas de voie de migration légale, les personnes doivent se cacher pour atteindre le pays où elles souhaitent se rendre, et cela entraîne des drames», explique la militante.

Et l’agence de presse de rappeler que ce drame, commencé dans un campement près d’Agadez (Niger), montre en effet que «la voie officielle de la ''réinstallation'', vantée par le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), laisse insatisfaits de nombreux migrants qui misent sur elle».

Avec l’externalisation des frontières européennes, «cette réinstallation veut que les demandes d’asile soient traitées sur le sol africain, ce qui est censé limiter les traversées de la Méditerranée de ceux qui ne seront pas reconnus réfugiés».

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com