Menu

Article

Maroc – Pays-Bas : Après son arrestation, où Ridouan Taghi sera-t-il extradé ?

Homme le plus recherché par Amsterdam pour différentes affaires de règlements de compte et de narcotrafic, le Néerlandais d’origine marocaine, Ridouan Taghi, a fini par être arrêté à Dubaï. Réclamé également par les services marocains en raison de ses liens avec la fusillade de La Crème, entre autres, il pourrait devenir l’objet d’une éventuelle rivalité entre les polices des deux pays.

Publié
Saïd Razzouki (à gauche) et Redouane Taghi (à droite) sont réclamés par le Maroc et les Pays-Bas / DR.
Temps de lecture: 3'

Après son arrestation à Dubaï dans la nuit de lundi à mardi, Ridouan Taghi sera-t-il extradé au Maroc en premier ou aux Pays-Bas ? C’est la question qui se pose après ce coup de filet susceptible d’être déterminant pour élucider plusieurs affaires de narcotrafic entre plusieurs Etats. En effet, les enquêteurs des deux pays doivent l’interroger sur son activité centrale au sein de la Mocro Maffia ainsi que sur des faits de règlements de compte; dont il serait l’instigateur, au sein de l’organisation implantée à Amsterdam, mais tout autant active ailleurs.

D’ailleurs, cette arrestation est décrite par la police d’Amsterdam comme «un coup dur» à la Mocro Maffia et une suite logique, après que l’homme a été placé en tête de la liste des personnes les plus recherchées. Cependant, il n’est pas encore su si une extradition pourra avoir lieu. Si c’est le cas, il est encore moins su où Taghi sera reconduit, entre Rabat ou Amsterdam, alors que les deux capitales observent un froid diplomatique.

Un appel du pied d’Amsterdam à Dubaï

A Dubaï, Ridouan Taghi a séjourné avec de faux papiers, pour camoufler son implication dans des meurtres aux Pays-Bas. Selon la police émiratie, il a pu esquiver le contrôle de sa véritable identité grâce à cela, en plus d’avoir effectué son entrée sur le territoire avant l’émission du mandat d’arrêt international à son encontre par Amsterdam. Au Maroc, il doit être écouté au sujet de la fusillade survenue en novembre 2017 au café La Crème de Marrakech, où ses liens avec les faits ont été établis par la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN).

Contrairement aux Pays-Bas, le Maroc a un accord formel d’extradition avec les Emirats arabes unis, mais Amsterdam clame la nécessité de livrer Ridouan Taghi d’abord à ses services. Pour cause, ces derniers soutiennent que «l’arrestation a été faite à [leur] demande». «Je ne sais pas encore ce que les autorités de Dubaï vont faire, mais je m’attends à ce que Taghi soit extradé vers les Pays-Bas d’ici quelques semaines, ou peut-être plus tôt», a déclaré le procureur Fred Westerbeke, cité par NRC, dans une conférence de presse tenue après l’interpellation de l’homme de 41 ans.

«La traque contre Taghi a pris de l’ampleur en 2018, à la suite des déclarations livrée par un témoin clé dans les affaires auxquelles le fugitif est lié. Le meurtre du frère de ce témoin, une semaine plus tard, a accru l’urgence», rappelle NRC. Selon la même source, cette recherche active a été rendue encore plus difficile par le fait que le Ridouan Taghi utilisait plusieurs fausses identités et recourait au cryptage de ses échanges téléphoniques.

Peu à peu, l’étau s’est resserré sur lui et il a été soupçonné de vivre entre le Maroc, l’Espagne ou les Emirats arabes unis.

Un homme clé recherché pour plusieurs cas de meurtres

En plus de son implication dans la fusillade du café La Crème au Maroc, Ridouan Taghi devra être entendu pour ses liens direct avec cinq liquidations aux Pays-Bas, trois tentatives d’assassinat et une série de préparation de meurtres, de septembre 2015 à janvier 2017. En plus de lui, seize suspects sont poursuivis pour les mêmes affaires, dont son homme de main Saïd Razzouki, qui est toujours en fuite.

Son arrestation et le fait qu’elle permettra de cerner plus facilement les ramifications de la Mocro Maffia revêt une importance telle qu’une deuxième opération policière a eu lieu, parallèlement à celle ayant permis sa capture. Alors que la police émiratie a mené ce coup de filet décisif à Dubaï, son homologue néerlandaise a initié dix perquisitions simultanées, dans les quartiers identifiés comme abritant un nombre important de membres de la famille du trafiquant.

Cette opération visant des maisons à Amsterdam, Utrecht, Huis ter Heide et Vianen a permis l’interpellation de cinq personnes âgées de 29 à 45 ans, notamment l’une des sœurs de Taghi, pour possession d’armes à feu, blanchiment d’argent et trafic de drogue. Nora Taghi est soupçonnée d’avoir prêté main forte à son frère à plusieurs reprises. Le nom d’une deuxième sœur est aussi cité dans cette série d’enquêtes.

En novembre 2018, la justice néerlandaise a augmenté la récompense prévue pour toute personne pouvant fournir des informations utiles aux enquêteurs pour l’arrestation de Redouane et de Saïd, de 25 000 à 100 000 euros. Il s’agit de la somme la plus élevée jamais accordée par le procureur général.

Soyez le premier à donner votre avis...
Emission spécial MRE
2m Radio + Yabiladi.com
/